Devoir de Philosophie

Commentaire sur un extrait de Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer: « Nous sentons la douleur, mais non l'absence de douleur »

Extrait du document

schopenhauer
Le plaisir va-t-il toujours de paire avec notre bien-être ? L'Homme est poussé à toujours désirer et à toujours souffrir. Mais est-ce que je vais souffrir à cause de mes plaisirs? Nous aspirons à une vie durablement et pleinement satisfaite, un plaisir c'est un désir qui est assouvi, mais ce désir passé est remplacé par d'autres présents et futurs. Or comment ces plaisirs peuvent-ils nous faire souffrir, c'est-à-dire si notre bien-être n'a que pour conséquence la souffrance ? Mais alors, pourquoi l'homme qui prend plaisir à fumer, regrette t-il juste après et souffre t-il d'être malade ? Le bien-être, ce n'est pas souffrir, ni subir une douleur ou une sensation particulière, mais n'est-ce pas aussi risquer de tous perdre sans avoir pris conscience de ce bien-être maintenant passé ? C'est-ce que soutient Arthur Schopenhauer dans cet extrait du Monde comme volonté et comme représentation. « Ainsi la possession accroît la mesure de nos besoins, et du même coup la capacité de ressentir la douleur. » déplore-t-il. Si le bien-être en effet, ce n'est pas prendre conscience des plaisirs parce qu'on en a trop, alors cela suppose que nous sommes insensible au plaisir. Or la douleur est une sensation que nous sommes capable de ressentir à travers tous nos sens, alors comment ressentons-nous la joie ? Pouvons-nous prendre conscience de la joie quand elle est là ? Comment ressentons-nous la douleur et le plaisir ? Sommes-nous des victimes de notre bien-être ? Comment la vie peut-elle est bonne si l'on ne fait que souffrir ?

« Le souvenir du plaisir qui a disparu nous fais replonger dans la souffrance.« La douleur et la privation » sont les seuls à nous faire produire « une impression positive », cela veut dire que ladouleur est perceptible et qu'il a une sensation propre, la souffrance et c'est grâce a cela qu'elle peut « sedénoncer d'elle même ». Nous connaissons la douleur et savons dons la reconnaitre mais en revanche quand noussommes dans un état de bien-être comment s'en apercevoir? Nous ne pouvons pas. En effet « le bien-être, aucontraire n'est que pure négation ». Le bien-être, cet état agréable où nous sommes satisfait n'émet pas desensation, quand nous allons bien donc nous ne ressentons rien car c'est imperceptible. C'est assez contradictoirecar nous savons quand nous souffrons mais pas quand nous sommes satisfait.A cause de cette imperceptibilité, nous ne remarquons dans nos que le mauvais et le plaisir prend une part infimecar nous le ressentons pas. Quelles sont les conséquences de cette imperceptibilité ? Comment apprécier le meilleurde nos vies si nous ne le remarquons pas? La vie comporte « trois grand biens », ils nous sont donné par notre condition, notre naissance, et la façon deprendre soin de notre corps. Ce sont « la santé, la jeunesse et la liberté ». Mais à cause de cette imperceptibilité dubien-être nous avons du mal à nous rendre compte à quel point ces biens sont importants, et c'est bien à cause dela non-sensation que nous découvrons leurs valeurs si importantes pour le bon déroulement de notre vie. Comme ledit Schopenhauer nous les « apprécions pas » car nous les possédons.Pour « en comprendre la valeur, il faut que nous les ayons perdus, car ils sont aussi négatifs » nous annonce lephilosophe. En effet ces biens sont négatifs car ils n'ont pas de sensations propres a chacun et sont doncimperceptible. Pour découvrir leur vrai valeur il faut se référer à la douleur que nous causera leur perte et de plusc'est souvent comme ca que nous découvrons que nous avions ces biens. Pourtant certains plaisirs peuvent se faireressentir et durée plus que quelque instant, comme un père qui vient d'être papa, la joie d'avoir un fils le combleratoute sa vie et peut même l'aider à s'améliorer pour donner l'exemple. Ce sont des plaisirs qui nous envahissent,nous sourions et pouvons ressentir la sécurité comme quand nous sommes dans les bras de son amoureux. La joieest perceptible car c'est un sentiment de chaleur et de bien-être qui nous envahit, rien ne peut nous arriver.Cette souffrance peut aussi nous faire réaliser « que notre vie était heureuse ». En effet lors de la perte de nosbiens, nous ne nous retrouvons sans aucun repères pour nous améliorer et cette souffrance est beaucoup moinsagréable qu'importe la vie que nous avions avant. Notre vie avant la disparition d'un plaisir peut-être comparé à des« jours heureux » et notre vie après la disparition à des « jours malheureux ». Nous nous apercevons de cetteévidence que grâce à notre souffrance.Alors que peut-on faire face à tant de douleur inévitable? Peut-on la diminuer ? C'est-ce que la dernière partie dutexte s'emploie à approfondir. Enfin, Schopenhauer nous donne des indications pour diminuer notre souffrance.Pour lui, plus nos « jouissances augmentent, autant diminue l'aptitude à les goûter », cela veut dire que si l'onaugmente nos plaisirs, on aura plus de mal à les apprécier pour leur valeurs. Cette phrase rejoins sa comparaisonavec la faim et la soif, il faut donc diminuer nos plaisirs pour tous les apprécier, pour tous les « goutés ». En effet sil'on laisse augmenter nos plaisirs ils vont finir par devenir « habitude », et à cause de cela leur effet bénéfique et dejouissances disparaitrons petit à petit car ces plaisirs seront devenu banale et sans valeurs à nos yeux.De plus, si nos plaisirs augmentent, lors de leurs disparitions la souffrance qu'ils engendrerons sera beaucoupconséquente « par là même grandit la faculté de ressentir la souffrance ». Ces plaisirs qui s'additionne de plus enplus deviennent habituels et le philosophe nous rappelle que « la disparition d'un plaisir habituel cause une impressiondouloureuse » cela peut se justifier car ces plaisirs habituels sont des plaisirs à lesquelles nous sommes attachéscomme un amoureux de longue date, si ce plaisir habituel venait à disparaitre la souffrance serait considérablementplus importante qu'un plaisir normal, car plus nous avons de plaisir plus la souffrance accroit avec eux.Pour finir, Schopenhauer rassemble dans une phrase toute la démonstration qu'il vient d'effectuer dans son texte. «Ainsi la possession accroît la mesure de nos besoins, et du même coups la capacité de ressentir la douleur », cettephrase démontre bien que la possession de plaisirs importants entrainera toujours le désir d'autre futurs plaisirs, maisdu même coups ces accroissement de plaisirs ne fera qu'augmenter la possible souffrance lié à ces plaisirsinnombrables. Nous pouvons conclure de ce texte que le bien-être est un sentiment qui ne peut pas se séparer de la souffrance.Mais grâce à cette souffrance nous pouvons enfin prendre conscience de notre ancienne vie heureuse. PourSchopenhauer, nous ne pouvons pas empêcher cela car le plaisir va de pair avec la souffrance mais nous pouvonsessayer de diminuer au mieux cette souffrance en réduisant nos plaisirs. Pour convaincre le lecteur, Schopenhauerutilise plusieurs méthodes comme des figures de styles et affirmation, son texte présente des arguments pourconvaincre mais il est toujours possible d'améliorer sa thèse, en effet nous avons dit que le plaisir pouvais seressentir, mais cela ne reste quand même pas comparable à la douleur. \Sujet désiré en échange : existe-t-il une nature féminine ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles