Devoir de Philosophie

Est-il contradictoire de reconnaître des différences et de désirer l'égalité des individus ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

Chacun manifeste, en effet, sa subjectivité qui est la sienne propre. Dès lors, je ne peux pas être égal, substituable par mon voisin ou mon ami. Ma différence, ma singularité est intrinsèque même à mon essence. - De plus, affirmer ou désirer l'égalité, c'est vouloir niveler les différences et en définitive les nier. Ce contre quoi Nietzsche s'élèvera de manière virulente : en effet, pour lui affirmer que tout être humain se vaut, c'est étouffer l'humanité dans la médiocrité et ne pas laisser au génie le moyen de s'exprimer. Il dit dans Zarathoustra, « [...] c'est ainsi que la justice me parle à moi : « les hommes ne sont pas égaux. »/ Et il ne faut pas non plus qu'ils le deviennent ! ». Déclarer l'égalité de tous, c'est accorder la même valeur à tous alors que pour Nietzsche, rien n'est plus important que la reconnaissance du génie et des personnalités fortes, surtout dans le domaine culturel. - Enfin, le désir d'égalité amène à une dissolution des valeurs. Pour Sartre, les hommes sont ce qu'ils font.

La réflexion devra être principalement centrée autour d'une comparaison des notions de "différence" et d' "inégalité" (donc: "identité" et "égalité"). Ces notions ne sont pas du tout deux à deux équivalentes; elles ne s'imposent pas non plus sur le même registre, puisque la question fait de la différence une donnée de fait, tandis que l'égalité est de l'ordre du désir (il vaudrait mieux dire de l'exigence). On veut en fait savoir s'il y a ou non une contradiction entre une réalité (la différence) et un idéal (l'égalité).

Les hommes sont des êtres originaux. On ne peut pas trouver deux êtres humains absolument semblables. La difficulté s’accroît entre des individus issus de traditions, de cultures et de vie totalement différentes. De nos jours, cette différence est reconnue et même jugée indispensable. La diversité du genre humain fait sa richesse. Reconnaître les différences, c’est selon le sens du mot l’action d’admettre quelque chose qui était d’abord méconnu ou nié. C’est donner une position sociale et humaine à la diversité des êtres humains. Dès lors comment accorder une égalité à tous les humains ? Parler de contradiction, c’est dire que l’on soutient en même temps une proposition et son contraire, deux choses qui ne peuvent pas être vraies en même temps. Il s’agit alors ici s’il est possible de parler dans un même temps de différence et de qualité. Le terme « égalité « est un terme complexe ; ses acceptations varient et ses domaines d’application sont multiples. Le concept provient à l’origine des mathématiques. Il signifie un certain rapport entre des grandeurs en vertu duquel elles peuvent être substituées l’une à l’autre. Or, en ce qui concerne les êtres humains, ils ne semblent nullement substituables puisque mon individualité est unique. Pourtant n’y a-t-il une base commune à l’humanité ? L’égalité ne concerne-t-elle pas seulement le domaine moral et de droit ? De plus, parler de différences ne présuppose pas, comme pour Aristote, un fond commun, une certaine identité ?

« - De plus, affirmer ou désirer l'égalité, c'est vouloir niveler les différences et en définitive les nier. Ce contre quoi Nietzsche s'élèvera de manière virulente : en effet, pour lui affirmer que toutêtre humain se vaut, c'est étouffer l'humanité dans la médiocrité et ne paslaisser au génie le moyen de s'exprimer. Il dit dans Zarathoustra, « […] c'estainsi que la justice me parle à moi : « les hommes ne sont pas égaux. »/ Et ilne faut pas non plus qu'ils le deviennent ! ». Déclarer l'égalité de tous, c'estaccorder la même valeur à tous alors que pour Nietzsche, rien n'est plusimportant que la reconnaissance du génie et des personnalités fortes, surtoutdans le domaine culturel.- Enfin, le désir d'égalité amène à une dissolution des valeurs. Pour Sartre, leshommes sont ce qu'ils font. Or, dire qu'ils se valent, c'est donner une mêmevaleur à des types d'actions et de vie totalement opposés. C'est leurpermettre alors de faire n'importe quoi. Aristote nous enseignait déjà pourtantqu » à des gens différents, il est juste et mérité qu'il revienne quelque chosede différent. » Demander l'égalité, c'est pour chacun s'exposer au fait que sesactes et mérites ne valent plus rien et soient récompensés par la même choseque les actions d'autres qui font moins d'effort. L'égalité se base sur un fond commun de l'espère humaine et neconcerne que la dignité - Pourtant, il faut bien comprendre que l'égalité qui prévaut dans le domaine humain n'est pas la stricte égalité mathématique. Les hommes ne désirent pas que les individus soient considéréscomme égaux et substituables dans tous les domaines. Ce qu'il faut, c'est affirmer la communauté qui fondel'humanité. Celle-ci est bien une espèce distincte dans la nature, basée sur une certaine ressemblancefondamentale. Sinon, pourquoi la classer dans une catégorie et une classe à part ?-Pour Proudhon, cette communauté réside dans la possession pour tous de la raison. Il faut reconnaître danschaque homme l'existence de la raison qui lui donne la dignité. La justice dès lors est pour lui "le respectspontanément éprouvé" pour la dignité en quelque personne. " De l'identité de la raison chez tous les hommes, et dusentiment de respect qui les porte à maintenir à tout prix leur dignité mutuelle, résulte l'égalité devant la justice."(De la justice dans la révolution) Toute vie humaine est digne. C'est sur ce principe de transcendance de la viehumain que se basent les principes actuels de bioéthique, notamment ceux sur l'euthanasie.- L'égalité est ainsi une égalité de droit tel que l'énonce la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. « Tousles hommes naissent libres et égaux en droit ». Ce qui signifie que la justice et les institutions ne doivent pasaccorder moins de droits à certains individus sous prétexte qu'ils sont issus d'un milieu défavorable ou qu'ils sontd'une couleur autre que la dominante. « Un juge siège comme un arbitre dans un procès civil. Il ne veut pas savoir sil'un des plaideurs est riche et l'autre pauvre… Ici, le pouvoir du juge n'est que pour établir l'égalité »(Alain, Proposd'un normand) Dans cette égalité de droit, je ne déclare pas les individus identiques mais je les traite sanspréférence, avec justice.- L'égalité est alors un fond sur lequel prend naissance la reconnaissance de la subjectivité de chacun et lui donnela liberté de s'affirmer librement. C'est donner la possibilité dans une société à chacun de s'épanouir et de révélerson génie. Les différences n'apparaissent que sur une égalité de fond - Le désir universel d'égalité en définitive ne pose pas sur la négation des différences, mais sur la critique d'unjugement basé sur ces mêmes différences. Ce jugement de supériorité a mené à des désastres. Hitler en estsûrement l'exemple le plus criant. Il a en effet déclaré que les juifs étaient des sous-hommes, qu'ils n'avaient pas ledroit de vivre. Ce qu'il faut reconnaître, c'est qu'il semble imposer d'établir des supériorités entre les hommes et dansleurs différences.- Pour Bayle, la nécessité d'affirmation de l'égalité de valeur se justifie par le caractère de la connaissance humaine: nous ne pouvons connaître la vérité, ni en déterminer les critères absolus. La multiplicité des points decomparaison semble de toute façon rendre impossible d'affirmer qu'un individu est supérieur à un autre. Dès lors,l'égalité a l'avantage de rendre impossible cette ségrégation.- Enfin, la différence n'exclut pas la ressemblance, la différence apparaît au sein des choses qui ont des élémentsidentiques. Aristote définit ainsi la différence dans la Métaphysique : « Différent se dit des choses hétérogènes quisont identiques sous quelques points de vue. » C'est bien parce que les hommes partagent une origine communequ'il est possible de distinguer entre eux des éléments non-identiques.- Ainsi, si identité et différence s'opposent et s'excluent, l'égalité peut être conciliée avec la différence. L'égalitéadmet la différence tant que celle-ci ne prétend pas être le droit. La différence est un fait, mais ne mène pas audroit. L'égalité est donc un principe selon laquelle une similitude est reconnue a des êtres différents. Ainsi, la contradiction entre différence et égalité dépend du sens accordé aux mots mais aussi au domaine danslequel on se place pour réfléchir. L'égalité dans le sens de substitution, d'équivalence stricte nie les différences.Aucun homme est substituable à un autre du fait même de son unicité, de sa subjectivité. Pourtant dans le domainedu droit, l'égalité peut être posée. Elle stipule seulement qu'il faut reconnaître à tous la dignité puisque chaque être »

Le document : "Est-il contradictoire de reconnaître des différences et de désirer l'égalité des individus ?" compte 1656 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Est-il contradictoire de reconnaître des différences et de désirer l'égalité des individus ?

Liens utiles