Devoir de Philosophie

Faut-il s'abstenir de penser pour être heureux ?

Publié le 15/02/2005

Extrait du document

Il faut du courage pour passer ces épreuves mais une fois tous cela régler ne serions nous pas plus heureux qu'avant ? Si nous arrivions à penser tout en restant heureux, ne serait ce pas ça le bonheur ? Voir la réalité de sa vie et l'aimer quand même, ne pas se cacher derrière des illusions, un faux bonheur, c'est tellement dur mais la récompense que nous offrira peut être le bonheur n'en vaut t'elle pas la peine? Comment atteindre ce bonheur ensuite?                            

Le bonheur est une chose tellement mystérieuse, il est impossible de le décrire, il varie en fonction de chaque personne, de l'âge, de la classe sociale, du moment de notre vie… Alors même en y réfléchissant nous ne pouvons pas savoir exactement ce qui nous rendrait heureux, nous ne pouvons jamais être sur de nos choix, de leurs conséquences sur le futur.   Par exemple, aujourd'hui je désire me marier et je pense que cela me rendra heureux; mais qui peut me dire si dans deux ans mon mariage me rendra encore heureux ? Il est possible qu'il me rende heureux toute ma vie, qu'il me donne de merveilleux enfants qui me rendront encore plus heureux. Mais il est aussi possible que ce mariage m'apporte des tas de problèmes financiers par exemple, qu'au bout de trois mois je divorce, que je sombre dans une dépression. Personne ne peut savoir l'avenir, ce que je pensais qui aller me rendre heureux peut me rendre heureux ou malheureux, là est toute la complexité du bonheur.   On peut ainsi se rendre compte que même en pensant nous ne sommes pas sûr d'atteindre le bonheur, c'est ce que nous confirme Kant dans les fondements de la métaphysique des moeurs, avec son impossibilité de déterminer le bonheur: « le bonheur est un concept si indéterminé «.

• Est-il nécessaire de renoncer à exercer une activité rationnelle pour être en possession d'un état de satisfaction durable ? • Être heureux, est-ce accéder à un état de passivité ou bien à un mouvement de transcendance créatrice ? Par quelles voies atteindre cet état ? Par des hasards favorables ou bien par une activité spirituelle ? Le problème est, en définitive, de savoir si le bonheur se définit comme le parachèvement de l'acte réussi ou bien de manière statique. L'en/eu est clair : nous gagnons, selon la réponse apportée, un certain style de vie et d'existence.

« On peut ainsi se rendre compte que même en pensant nous ne sommes pas sûr d'atteindre le bonheur, c'est ce quenous confirme Kant dans les fondements de la métaphysique des moeurs, avec son impossibilité de déterminer le bonheur: « le bonheur est un concept si indéterminé ». Pour lui, pour êtrecertain d'atteindre le bonheur il faut détenir l'omniscience, ce qui est bien surchose impossible; si l'on détenais l'omniscience on pourrait ainsi comprendrece qui nous rendrait heureux à long terme, car pour savoir si quelque chosenous rend vraiment heureux, il faut l'avoir déjà vécu. Le philosophe allemand KANT a déjà rédigé son premier grand livre de métaphysique (ou plus exactement de critique de la métaphysique), « Critique de la raison pure » (1781), lorsqu'il entreprend une première approche de la morale avec les « Fondements de la métaphysique des mœurs » (1785) qui précéderont de trois ans son grand ouvrage sur la morale : « Critique de la raison pratique » (1788). On connaît le résultat de cette critique de la métaphysique : sur les questions de l'âme (le sujet profond de notre expérience interne), du monde (le tout complet de la réalité, objet de notreexpérience externe), et de Dieu (considéré comme fondement suprême de la totalité des êtres),nous ne pouvons que nous livrer à des spéculations métaphysiques qui dépassent les limites del'expérience effective possible. Un savoir métaphysique transcendant, portant sur la réalité nonsensible (les noumènes), est impossible. Voilà ce que révèle la démarche critique, qui s'interrogesur les conditions a priori de possibilité de la connaissance. Une fois ce travail accompli, KANT cherche à appliquer cette même méthode critique à la morale, en s'interrogeant cette fois sur lesconditions de possibilité de l'action morale. C'est cette investigation qui fait le contenu des « Fondements de la métaphysique ». Et passant en revue les thèmes traditionnels de la philosophie morale, KANT ne manque pas de rencontrer la question du bonheur et, dans la deuxième section de l'ouvrage (« Passage de la philosophie morale populaire à la métaphysique des mœurs »), de mettre fortement en question cette notion en la rattachant non à la raison , mais seulement à l'imagination : « Il n'y a pas à cet égard d'impératif qui puisse commander, au sens strict du mot, de faire ce qui rend heureux, parce que le bonheur est un idéal, non de la raison, mais de l'imagination, fondé uniquement sur des principes empiriques, dont on attendrait vainementqu'ils puissent déterminer une action par laquelle serait atteinte la totalité d'une série de conséquences en réalité infinie. » « Un impératif qui puisse commander… » Ceci ne prend pleinement sens qu'à l'intérieur du système de KANT . On sait que pour lui, dans la nature, toute chose agit d'après des lois. Mais notre monde humain n'est pas seulement celui de la nature, il est bien plus spécifiquement celui dela culture. Les hommes ne sont pas des choses, mais des êtres raisonnables, qui n'agissent pas tellement sous la pression des contraintes de lanature mais bien plutôt selon leur volonté. Autrement dit, dans leurs actions, les hommes ont la capacité d'agir selon des principes, selon lareprésentation qu'ils se font de ce qui est raisonnable. Eux aussi (comme les choses de la nature) obéissent à des lois, mais en tant qu'êtres deculture ils obéissent consciemment à des lois qu'ils se sont données eux-mêmes et qui sont conformes à la raison. Le malheur de l'homme tient à cequ'il n'est pas entièrement un être raisonnable, qu'il n'est pas totalement déterminé dans ses actions par la représentation objective du bien. Entrela loi et lui (cad son vouloir) doit s'interposer le devoir qui s'exprime par des impératifs. Mais KANT opère la distinction entre des impératifs hypothétiques et des impératifs catégoriques. A chaque fois, il s'agit de l'homme conçu comme un sujet capable d'être déterminé pratiquement par la raison, et se posant la question de savoir si l'action qu'il va entreprendre est bonneou non. Ou bien cette action est bonne comme un moyen obligé pour obtenir quelque chose d'autre, et l'impératif (qui est la formule par laquelleest déterminé l'action) est un impératif hypothétique. Ou bien l'action qui doit être accomplie est bonne « en soi », elle est nécessaire par elle-même, elle est sans rapport avec un autre but, et l'impératif qui la commande est catégorique. Le détour par cette grille conceptuelle est nécessaire pour comprendre ce qu'il en est du bonheur dans le système de KANT . Il faut savoir aussi que KANT distingue, parmi les impératifs hypothétiques, ceux qu'il appelle « problématiques » (se rapportant à une fin seulement possible) et ceux qu'il appelle « assertorique » (se rapportant à une fin réelle). En effet ,il dit : « Il y a une fin que l'on peut supposer réelle chez tous les êtres raisonnables, […] un but qui n'est pas pour eux une simple possibilité, mais dont on peut certainement admettre que tous se le proposenteffectivement en vertu d'une nécessité naturelle, et ce but est le bonheur. L'impératif hypothétique qui représente la nécessité pratique de l'actioncomme moyen d'arriver au bonheur est ASSERTORIQUE. » L'impératif qui commande les actions à accomplir pour atteindre le bonheur n'est pas un impératif catégorique, mais seulement un impératifhypothétique : « L'impératif qui se rapporte au choix des moyens en vue de notre bonheur propre, cad la prescription de la prudence, n'est toujours qu'hypothétique ; l'action est commandée, non pas absolument, mais seulement comme moyen pour un autre but. » Mais il y a un impératif qui ne se propose pas comme condition un autre but à atteindre. Un impératif qui concerne« non la matière de l'action, ni ce qui doit en résulter, mais la forme et le principe ». Cet impératif est catégorique. « Cet impératif peut être nommé « l'impératif de la MORALITE . » Ainsi, selon KANT , y a-t-il à distinguer entre bonheur et moralité. Alors que la moralité est tout entière tournée vers le rationnel et l'universel, le bonheur est de l'ordre de l'empirique et du particulier : « malgré le désir qu'a tout homme d'arriver à être heureux, personne ne peut dire en termes précis et cohérents ce que véritablement il désire et ilveut. » Et de se moquer longuement des alternatives où il est impossible de trancher. L'homme veut la richesse ? Mais quede soucis, d'envies, de pièges cela ne va-t-il pas provoquer ! L'homme veut la connaissance ? Cela risque de luidonner une vue plus claire des maux qui le menacent ! L'homme veut une longue vie ? Ne sera-ce pas un cortège de »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles