Devoir de Philosophie

HEGEL et l'histoire universelle

Voir sur l'admin

Extrait du document

Dans l'histoire universelle nous avons affaire à l'Idée telle qu'elle se manifeste dans l'élément de la volonté et de la liberté humaines. Ici la volonté est la base abstraite de la liberté, mais le produit qui en résulte forme l'existence éthique du peuple. Le premier principe est constitué par les passions humaines. Les deux ensemble forment la trame et le fil de l'histoire universelle. L'Idée en tant que telle est la réalité ; les passions sont le bras avec lequel elle gouverne [...] Ici ou là, les hommes défendent leurs buts particuliers contre le droit général ; ils agissent librement. Mais ce qui constitue le fondement général, l'élément substantiel, le droit n'en est pas troublé. Il en va de même pour l'ordre du monde. Ses éléments sont d'une part les passions, de l'autre la Raison. Les passions constituent l'élément actif. Elles ne sont pas toujours opposées à l'ordre éthique ; bien au contraire, elles réalisent l'Universel. En ce qui concerne la morale des passions il est évident qu'elles n'aspirent qu'à leur propre intérêt. De ce côté-ci, elles apparaissent comme égoïstes et mauvaises. Or ce qui est actif est toujours individuel : dans l'action je suis moi-même, c'est mon propre but que je cherche à accomplir. Mais ce but peut être bon, et même universel. L'intérêt peut être tout à fait particulier mais il ne s'ensuit pas qu'il soit opposé à l'Universel. L'Universel doit se réaliser par le particulier. La passion est tenue pour une chose qui n'est pas bonne, qui est plus ou moins mauvaise : l'homme ne doit pas avoir des passions. Mais passion n'est pas tout à fait le mot qui convient pour ce que je veux désigner ici. Pour moi, l'activité humaine en général dérive d'intérêts particuliers, de fins spéciales ou, si l'on veut, d'intentions égoïstes, en ce sens que l'homme met toute l'énergie de son vouloir et de son caractère au service de ces buts en leur sacrifiant tout le reste. Ce contenu particulier coïncide avec la volonté de l'homme au point qu'il en constitue toute la détermination et en est inséparable : c'est là qu'il est ce qu'il est. Car l'individu est un « existant » ; ce n'est pas l' « homme général », celui-ci n'existant pas, mais, un homme déterminé. Le mot « caractère » exprime aussi cette détermination concrète de la volonté et de l'intelligence. Mais le caractère comprend en général toutes les particularités de l'individu, sa manière de se comporter dans la vie privée, etc. ; et n'indique pas la mise en action et en mouvement de cette détermination. Je dirai donc passion entendant par là la détermination du vouloir n'ont pas un contenu purement privé, mais constituent l'élément actif qui met en branle des actions universelles. L'intention, dans la mesure où elle est cette intériorité impuissante que courtisent les caractères faibles pour accoucher d'une souris, n'entre évidemment pas dans nos considérations. Nous disons donc que rien ne s'est fait sans être soutenu par l'intérêt de ceux qui y ont collaboré. Cet intérêt, nous l'appelons passion lorsque, refoulant tous les autres intérêts ou buts, l'individualité tout entière se projette sur un objectif avec toutes les fibres intérieures de son vouloir et concentre dans ce but ses forces et tous ses besoins. En ce sens, nous devons dire que rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion. La passion, c'est tout d'abord l'aspect subjectif, formel de l'énergie de la volonté et de l'action. Le contenu ou le but en restent encore indéterminés - aussi indéterminés que dans le cas de la conviction, de l'opinion et de la moralité personnelles. Il s'agit alors de savoir quel est le contenu de ma conviction, le but de ma passion, - de savoir aussi si l'un ou l'autre est vrai. S'il est vrai, il faut qu'il passe dans la réalité, dans l'existence : c'est alors qu'intervient l'élément de la volonté subjective, lequel comprend tous les besoins, les désirs, les désirs, les passions aussi bien que les opinions, les idées et les convictions de l'individu. HEGEL

Ce texte de Hegel tiré de la Raison dans l’histoire, il est question du rôle des passions, de la raison et de la liberté dans le mouvement de l’histoire et du dépassement dialectique de l’opposition entre l’universel et le particulier. Il exprime une vision téléologique de l’histoire mettant en exergue une ruse de la raison à l’œuvre dans l’historie et supposant le rôle actif des passions comme truchement de l’universel au particulier. Dès lors, on peut observer trois mouvements argumentatifs dans ce extrait : la mise en rapport de la Raison et des passions dans le processus historique (1ère partie : du début du texte à « Ses éléments sont d'une part les passions, de l'autre la Raison «), l’étude du rôle particulier des passions (2nd partie : de « Les passions constituent l'élément actif « à « elles apparaissent comme égoïstes et mauvaises «), c’est-à-dire ce mouvement dialectique entre l’universel et le particulier (3ème partie : de « Or ce qui est actif est toujours individuel « à la fin du texte). C’est suivant ces trois moments que nous entendons rendre compte de l’extrait proposé.

« Texte : Ici ou là, les hommes défendent leurs buts particuliers contre le droit général ; ils agissent librement. Mais ce quiconstitue le fondement général, l'élément substantiel, le droit n'en est pas troublé. Il en va de même pour l'ordre dumonde. Ses éléments sont d'une part les passions, de l'autre la Raison. Les passions constituent l'élément actif.Elles ne sont pas toujours opposées à l'ordre éthique ; bien au contraire, elles réalisent l'Universel. En ce quiconcerne la morale des passions il est évident qu'elles n'aspirent qu'à leur propre intérêt. De ce côté-ci, ellesapparaissent comme égoïstes et mauvaises. Or ce qui est actif est toujours individuel : dans l'action je suis moi-même, c'est mon propre but que je cherche à accomplir. Mais ce but peut être bon, et même universel. L'intérêtpeut être tout à fait particulier mais il ne s'ensuit pas qu'il soit opposé à l'Universel. L'Universel doit se réaliser par leparticulier. Introduction : Ce texte de Hegel tiré de la Raison dans l'histoire , il est question du rôle des passions, de la raison et de la liberté dans le mouvement de l'histoire et du dépassement dialectique de l'opposition entre l'universel et leparticulier. Il exprime une vision téléologique de l'histoire mettant en exergue une ruse de la raison à l'œuvre dansl'historie et supposant le rôle actif des passions comme truchement de l'universel au particulier. Dès lors, on peutobserver trois mouvements argumentatifs dans ce extrait : la mise en rapport de la Raison et des passions dans leprocessus historique (1 ère partie : du début du texte à « Ses éléments sont d'une part les passions, de l'autre la Raison »), l'étude du rôle particulier des passions (2 nd partie : de « Les passions constituent l'élément actif » à « elles apparaissent comme égoïstes et mauvaises »), c'est-à-dire ce mouvement dialectique entre l'universel et leparticulier (3 ème partie : de « Or ce qui est actif est toujours individuel » à la fin du texte). C'est suivant ces trois moments que nous entendons rendre compte de l'extrait proposé. I – L'ordre du monde entre passion et raison a) Le point de vue d' Hegel dans l'ensemble de ce texte est un point de vue général ou plus exactement, il montre que ce mouvement de la Raison dans l'histoire ne doit pas simplement se comprendre d'un point de vue local ouparticulier mais s'applique à l'ensemble de l'humanité bien qu'il émettra quelques réserves sur certaines peuplades.C'est en ce sens que la localisation n'a pas d'importance dans le propos de l'auteur. Les hommes sont donc définiscomme des êtres libres, c'est-à-dire capables de se déterminer eux-mêmes sans contrainte extérieure simplementcomme des êtres recherchant et défendant les intérêts propres c'est-à-dire leurs intérêts particuliers en tantqu'êtres vivants. Néanmoins, il faut bien voir que cette liberté de la volonté entre notamment en conflit avec le droitgénéral c'est-à-dire avec l'ordre établi le plus souvent par des lois. De ce point de vue, la liberté semble être semouvement négatif de l'individu conduit par les caprices de sa volonté. b) Pourtant, Hegel remarque que ce mouvement de liberté qui semble aller contre le droit lui-même et l'ordre en général c'est-à-dire la stabilité de la société et de la communauté n'a pas une incidence direct sur le sens généralde l'historie ou plus exactement n'a pas le sens négatif qu'on pourrait lui prêter à première vue. En effet, lefondement général et son élément substantiel qui sont la réalisation effective de l'Idée et l'avènement de l'Espritabsolu sont par troublés par cette liberté facteur de désordre. Cette vision téléologique de l'histoire est tout à faitsingulier est suppose alors que cette liberté négative issue des intérêts particuliers n'est pas un frein au progrès del'humanité et à sa marche historique. c) Malgré le désordre que peut produire cette liberté des individus donc leur égoïsme il n'en reste pas moins que lemonde reste ordonné et suit une direction particulière. Les éléments constitutif de cet ordre sont alors les passions,c'est-à-dire cette liberté de la volonté recherchant partout son propre intérêt et la Raison. Ces deux éléments sontcombinés pour être le moteur de l'histoire. La raison sans les passions ne peut rien en tant qu'elle manque d'unsupport phénoménale pour apparaître effective. Quant au passion, sans cette Raison à l'œuvre dans l'historie qui »

Le document : " HEGEL et l'histoire universelle " compte 3650 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document 	HEGEL et l'histoire universelle

Liens utiles