Devoir de Philosophie

Inconscient: la première topique

Extrait du document

Au début du siècle, il propose une description à trois niveaux de l'appareil psychique. C'est la première topique, du grec topos : "lieu".Les trois instances de la première topique:* Le conscient : il est caractérisé par la vigilance.* Le préconscient : il est formé par l'ensemble des processus disponibles, provisoirement inconscients mais accessibles à la conscience.* L' inconscient : commun à tous les hommes, il est le siège des activités psychiques inaccessibles à la conscience, parce que des forces de refoulement s'y opposent. Le sujet repousse les idées ou les images qui représentent les pulsions inconscientes.Les pulsions de l'inconscient* Freud distingue : - les pulsions d'autoconservation comme la faim, - les pulsions sexuelles ou libido.* C'est à ces dernières que la conscience s'oppose. En effet, elles sont dangereuses car anarchiques, excessives et elles refusent la réalité. Seul compte, pour elles, le plaisir, la satisfaction immédiate.

« symptômes d'apparence organique - convulsions, paralysies, douleurs physiques - et de manifestations psychiquespathologiques - hallucinations, délires, angoisses, etc.). Les réponses de la médecine dite scientifique et de lapsychologie et psychiatrie qui s'en réclament ne permettent pas de comprendre cette souffrance qui s'exprime sousla forme de ce qu'on a le plus souvent caractérisé comme folie au sens de déraison et ne permettent pas de donnerun sens à des états morbides qui cependant ne détruisent pas en totalité le sujet qui les subit. Là où la médecinene voulait voir que des lésions et causes organiques, des altérations du système nerveux qu'en droit la sciencedevrait parvenir à expliquer objectivement, positivement, Freud, après de longs tatônnements, des résistances etincertitudes, émet la double hypothèse qui fonde la psychanalyse: les symptômes morbides ont un sens que le sujetméconnaît, ils sont l'expression symbolique d'un conflit psychique qui trouve ses racines dans l'histoire infantile dusujet ( qui et toujours une histoire familiale dont la structure et celle du complexe d'oedipe où se constitue de façonà fantasmatique, symbolique et imaginaire le rapport au désir et à la loi, à l'interdit de la transgression) etconstituant des compromis entre le désir, l'exigence de satisfaction et la défense qui, schématiquement, provient àla fois de la moralité et des normes de la vie sociale mais aussi du rapport du sujet à lui-même dans l'intériorisationde la loi. Le destin de l'inconscient et du sujet se joue ainsi entre affect et représentation, comme l'indique leconcept fondamental de pulsion qui lie le psychisme au corps. Cette thèse liminaire ouvre ainsi un large champd'investigation, l'inconscient, dont il faut énoncer les lois propres afin de montrer quelle part de méconnaissanceconstitutive l'homme dans son rapport à ce qu'il nomme lui-même et l'autre. Mais, Freud, n'échappant pas à ladomination sans partage du modèle scientifique de son temps, les sciences de la nature et le principe de causalitéqui est un principe explicatif, la biologie qui se développe considérablement à la fin du 19e ( rôle fondamental de lathéorie darwinienne), oscillera entre deux voies: justifier l'inconscient en l'érigeant en nature, usant ainsi desconcepts de causalité et de force mais aussi des concepts de la biologie, appréhender les phénomènes inconscientscomme production de signification qui font toujours l'objet d'un travail d'interprétation, comme par exemple le rêve.Ces difficultés de méthode (naturalisme d'un côté, herméneutique de l'autre) que nous ne faisons plus soulignerpartageront les héritiers et autres qui depuis discutent la théorie freudienne de l'inconscient dont il ne faut jamaisoublier que les effets pratiques, thérapeutiques et institutionnels (là encore objet de mille et une controverses). Considérant à partir de Freud que la psychanalyse est une théorie générale des névroses nous pouvons exposerschématiquement cette théorie au moyen de quelques concepts fondamentaux, puis examiner la question classiquedu déterminisme psychique et à partir de la critique non moins classique de Sartre qui, tout au moins dans "L'être &le néant", nie la réalité de l'inconscient pour lui substituer ce qu'il nomme la "mauvaise foi" comme conduite denégation et de fuite vis-à-vis de soi-même, affirmant ainsi contre tout déterminisme le caractère inaliénable de laliberté dans un monde aliéné. I ) Quelques concepts fondamentaux. 1) Découverte de l'inconscience et méthodes. Il y a un mythe fondateur de la psychanalyse. Ce n'est pas Freud qui découvre la voie pour accéder à l'inconscientmais Bertha Appenheim plus connue sous son nom de cas clinique Anna O. Celle-ci, nous sommes en 1880, alors âgéde 21 ans, d'origine viennoise, très vive et intelligente, souffre de symptômes hystériques, liés à la maladie de sonpère (paralysie de trois membres, troublent de la vue et du langage, comportements très opposées, soit calme etrangée, soit insupportable pour son entourage, etc.). Elle est soignée par Breuer, médecin viennois qui travaille avecFreud sur les maladies nerveuses. Mais Breuer, troublé par les relations affectives produites par la cure (ce queFreud nommera transfert ou relation d'amour du patient à l'analyste), prend peur et, sous la pression de sa femmejalouse dit l'histoire, s'enfuit à Venise pour une seconde lune de miel, dit toujours l'histoire. En ce sens, la cureéchoue, Freud qui est allé à Paris entre temps et qui prend connaissance de ce cas par Breuer va tirer deconséquence des échecs dans les traitements des maladies nerveuses : d'une part les méthodes utilisées pour faireparler les patients, la méthode cathartique et hypnotique, puis la méthode par suggestion ne sont pas satisfaisantespuisqu'elles ne font que soulager momentanément le patient et d'autre part le rôle de la vie affective et surtout dela sexualité a été ignorée ou plus ou moins consciemment écarté dans l'étiologie des névroses. Telles sont les deuxobservations, énoncées notamment en 1885 dans les " Etudes sur l'hystérie ", ouvrage écrit en collaboration avecBreuer duquel il se sépare par la suite. Ainsi Freud retiendra-t-il du cas Anna 0. que la cure analytique est une curepar la parole (talking cure) dont il faut préciser la forme et que l'origine des névroses est infantile (traumatisme ettroubles affectifs qui se répètent par suite à l'insu du sujet) et sexuelle, thèse qui fera scandale très rapidementdans la Vienne catholique et conservatrice de l'époque. La règle fondamentale de la psychanalyse sera baptisée du nom de méthode de libre association qui pose que lesujet, allongé sur un divan et ne faisant pas face au psychanalyste, s'interdit de procéder à une critique morale etintellectuelle des idées qui se présentent malgré lui à la conscience. Il faut ainsi souligner l'importance primordiale dela parole comme voie d'accès à l'inconscient, parole qui ne relève, dit Freud, ni de la magie, ni de la conversation, nide la confession. La thèse de la nature et de l'origine sexuelle des névroses comporte plus de difficultés encore puisque Freud sedevra de redéfinir la sexualité contre une tradition qui tend à la réduire à la procréation et à la culpabilité: ce seraitla partie animale, honteuse de l'homme qui doit ainsi faire l'objet d'une répression sévère par l'éducation et la morale.Plus encore il parait totalement scandaleux de parler de sexualité infantile, ce que va faire Freud, dans unecivilisation où l'enfant est considéré comme pur, innocent (ce qui ne signifie pas qu'il ne puisse pas être dit méchantbien évidemment) et où la sexualité ne se développe qu'au moment de la puberté. Développons cette question. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles