Devoir de Philosophie

La démarche expérimentale

Extrait du document

L'hypothèse est un effort pour comprendre, autrement dit pour prendre ensemble tous les faits, pour les systématiser (sun-istemi, en grec, signifie je pose ensemble). Par exemple, l'hypothèse de la pression atmosphérique permet de comprendre que l'eau monte dans les pompes vides jusqu'à une hauteur de 10,33 m et qu'elle ne monte plus au delà. On saisit que la pression atmosphérique, avant d'être une expérience, est une exigence et, comme disait Brunschvicg, « une invention qui est un acte rationnel ». De même l'augmentation de poids du métal calciné devient intelligible dans l'hypothèse de Lavoisier (brûler ce n'est plus perdre du phlogistique, mais tout au contraire fixer de l'oxygène). Claude Bernard, pour rendre intelligible le caractère acide et clair de l'urine de ses lapins, suppose que, se trouvant à jeun, ces lapins « vivant de leur propre sang » ont été dans une situation de carnivores. De même, Le Verrier fait l'hypothèse d'une planète encore inconnue dont la force d'attraction expliquerait les « perturbations » d'Uranus. Il calcule ce que devraient être la masse, la distance de cette planète supposée qu'il appelle Neptune, pour que, dans le cadre des lois de Newton, les mouvements d'Uranus deviennent intelligibles. Faire une hypothèse, c'est donc intégrer le fait dans un contexte de relations intelligibles où le savant introduit des faits possibles. L'hypothèse se présente comme un possible inventé ayant pour fonction de rendre le réel intelligible. III.

Liens utiles