Devoir de Philosophie

La science de l'histoire

Voir sur l'admin

Extrait du document

La critique externe se propose tout d'abord de rétablir les témoignages qui nous sont parvenus dans leur authenticité, de faire la chasse, aux « interpolations «, aux falsifications, aux ajouts ultérieurs. La contradiction éventuelle des idées, les différences de style permettent de dépister ces interpolations. La critique interne étudie la vérité du document lui-même et, pour cela, s'efforce de confronter des témoignages indépendants dont la non-contradiction est gage de vérité. Bien sûr, à côté des témoignages volontaires, il y a les vestiges que le passé laisse derrière lui sans préméditation et que l'archéologie découvre et interprète (monnaies, outils, inscriptions, etc.).

B. La subjectivité de l'historien

Même si une connaissance du passé est possible indirectement, cette connaissance, dira-t-on, demeure subjective. L'historien est l'homme d'un pays, d'une classe sociale, d'une époque. Il ne donnera vie au passé qu'en se projetant en lui avec ses valeurs et ses préoccupations contemporaines. La subjectivité de l'historien est-elle un obstacle insurmontable ?

L'histoire est d'abord un récit, une description. L'histoire est aussi et surtout la science qui étudie le passé humain, le devenir humain. Le mot "histoire" désigne également ce devenir lui-même. On peut alors dire que l'histoire, c'est la science qui étudie l'histoire.

Le document : "La science de l'histoire" compte 974 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

Liens utiles