Devoir de Philosophie

La science est désintéressée. Le savant ne peut être lui-même intéressé. Comment comprenez-vous cette affirmation ?

Extrait du document

La science est désintéressée. Le savant ne peut être lui-même intéressé. Comment comprenez-vous cette affirmation ?

« r LA SC!E?\CE ET LA MÉTHODE 200 c; L'utilité surtout t,c ·est-à-dire les besoins de la vie, les nécessités de la guerre, de l'économie nationale et de l'industrie), reste le point de départ de nombreuses découvertes; exemple : invention du procédé Leblanc pour la fabrication du carbonate de sodium. PASTEUR lui-même fait ses expériences alors qu'il est au service d'un industriel lillois et les nécessités de l'action l'out orienté, de même que plus tard les préoc­ cupations humanitaires le guideront dans sa lutte contre la rage. Ce rôle du facteur utilitaire apparaît parfois si important que les par­ tisans de la thèse biologique ont pu prétendre que la théorie scientifique est née entièrement de la pratique : la géométrie de l'arpentage et la physiologie de la médecine. Comment donc expliquer !"affirmation qui met le désintéressement à la base de tout progrès scientifique? Il faut pour nous en rendre compte aller plus au fond de notre analyse. II. - LA RÉALITÉ JUSTIFICATRICE. A. L"n examen plus approfondi montre en effet : le rôle souvent néfaste de l'intérêt pour le progrès des sciences. a) Le goût de l'argent met un terme aux recherches scientifiques et pousse à monnayer et commercialiser la science : si BRANLY, acceptant l'offre de MARCO:'ii, était devenu ingénieur technique, il aurait dû quitter ses recherches de laboratoire. b) L'attachement it ses propres idées, c'est-à-dire l'esprit de système, aveugle le savant et nuit ü la valeur de son travail : PoucnET, dans sa lutte contre PASTECR, croyait pouvoir interpréter ses expériences en faveur de sa thèse. c) Les préoccupations utilitaires sont plus une entrave qu'un auxiliaire, limitant les recherches aux besoins immédiats, hypnotisant le savant, lui mettant comme des œillères qui l'empêchent de voir, à côté, des faits intéressants et le portant à interrompre ses investigations dès que le but concret est atteint. Des vues désintéressées, au contraire, permettent au chercheur de s 'éle­ Yer plus haut, de Yoir plus loin et, aboutissant ainsi à une connaissance plus générale, de construire un édifice à la fois plus scientifique et plus fécond. B. Ainsi, l'étude de la réalité nous amène à affirmer la nécessité du désintéressement au véritable progrès des sciences. a) üne preuve de droit se tire du but essentiel et premier de la science qui est la découverte de la vérité. Vers elle tend de toutes ses forces 1 'intelligence humaine. Et cette curiosité intellectuelle, éminemment désintéressée, qui a suffi pour engendrer la science doit être aussi le principal moteur de son progrès. b) Les faits viennent confirmer éloquemment cette façon de voir et montrer que les vrais savants ont toujours fait preuve d'un désintéres­ sement édifiant. Ils ne désirent qu'une chose : 'étendre le champ des con­ naissances humaines; et PASTEUR aussi bien que BRANLY ou M. et Mme CuRIE refusent toujours de tirer de leurs découvertes un profit. per- »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles