Devoir de Philosophie

L'acte d'un homme peut-il être qualifier d'inhumain ?

Publié le 03/01/2020

Extrait du document

essence humaine. Ce n’est pas parce que l'être humain agit d’une manière qu’on ne lui connaissait pas qu’il est Inhumain. L’homme, et l’ensemble des hommes, le collectif), ont une condition, évoluant d’une certaine manière et pas d’une autre parce qu’ils répondent comme il se doit à ce qui fait leur singularité par rapport à tout autre espèce : l’humanité.
Ainsi vient la question : l’homme est-il seul actant en puissance - parce que raisonnable - dans son milieu? Dès lors, l’action de cet autre actant que l'homme ne peut qu’être qualifiée d’inhumaine. Quand bien même le collectif, l’humanité entière, serait à considérer comme d’une force supérieure, celle-ci ne s’en trouve pas moins humaine. L’acte pur, alors ? Le parfait, Dieu ? L’a et l’fl, la voix décisive, l’être suprême est source d’acte Inhumain puisqu’il ne connaît pas le potentiel, s’il est l’être. Mais quelle est l’action de cet acte pur sur l’homme ? C’est là qu’intervient la notion de Jugement. Qui Juge qui ? Qui est le centre de quoi ? La pensée étant une faculté humaine, il faut se baser sur le Jugement de l’homme par rapport à une vision humaniste. Dieu est ce qui donne la conscience de perfectibilité à l’homme. Dieu, en ce sens, pourrait être considéré comme dépendant de la volonté humaine, de la foi. L’homme, libre puisque créé selon la tradition chrétienne, à l’image de Dieu, croit ou ne croit pas à ce Dieu-Amour, à cet Acte-Pur. Ainsi, la volonté de l’homme apparaît puissante à un point de pouvoir Juger et l’homme et la nature et Dieu et donc d’attribuer les qualificatifs d’humain ou d’inhumain.
Maître de lui-même, maître de ses capacités, ainsi donc rien ne pourrait arrêter le pouvoir de la parole de l’homme, Juge de tout le monde; puisque le mot « inhumain » fait partie de notre vocabulaire, tout passe sous le contrôle de notre puissance : ceci est humain, ceci ne l’est pas.
L’homme oublierait-il qu’il n’est pas, que Jamais il ne sera, « être en acte » ? Comment peut-il se permettre de Juger alors que, n’étant point parfait mais perfectible, il ne se connaît pas et ne peut donc pas déterminer les frontières de l’humain et de l’inhumain ? jtwtw voilà qui mérite d’être rappelé. Il est périlleux mais tellement séduisant d’inclure dans son vocabulaire l’adjectif « inhumain ».* L’homme, parce qu’il est perfectible, ne se connaîtra Jamais intégralement, de bout en bout. Chaque Jour, il repousse les horizons de sa puissance, grâce à l’action de sa conscience. Chaque Jour, il agit donc, et nullement

« et, entre autres, de qualifier diversement les choses et les actes.

Parmi les qualificatifs, il y a celui d'inhumain.

Le candidat B poursuit: " Qu'est-ce à dire pour un sujet qui souvent avoue ne pas entièrement se connaître lui-même? De quel droit se permet-il de qualifier quelque chose qui lui paraît ne pas être de son essence? Considère-t-il que la nature humaine ne serait pas le seul et unique sujet qui agisse en son environnement? C'est cela: qui, dans l'ensemble universel dans lequel nous évoluons, agit? Alors même que le sujet émetteur de ce pouvoir de l'action est déterminé, qui est son juge? » Ici le concept principal est cité presque par hasard dans la masse de tous les adjectifs possibles, et son sens, le cadre de son utilisation ne sont à aucun moment précisés.

Faute de s'appuyer rapidement sur quelques exemples précis de l'emploi de l'adjectif« inhumain», l'introduction en reste à un propos trop vague.

l.e développement La même différence se retrouve entre les deux copies au cours du déve­ loppement.

La c:opie A manifeste certes ici ou là quelques insuffisances; certaines idées sont un peu approximatives; mais on cerne bien la progression de la réflexion et sa cohérence.

Des transitions sont ménagées entre les dif­ férentes parties.

Les paragraphes sont souvent introduits par une ques­ tion, ce qui dynamise le style et stimule la réflexion.

Ce procédé évite l'effet« catalogue».

Voici par exemple la transition de la deuxième à la troisième partie : "Si pour l'homme" l'existence précède l'essence" , alors il devient capable de condamner un acte comme inhumain parce que celui-ci bafoue la dignité humaine.

Mais comment peut-on être sûr du caractère inhumain d'un acte?» Suit alors un développement précis sur l'impératif catégorique de Kant.

Il importe également de bien développer exemples et réftrences.

Évoquant le caractère inhumain du nazisme, la copie A ne se contente pas d'une allusion disant que les nazis ont commis des crimes : elle se demande pourquoi on peut les qualifier d'inhumains et montre qu'ils niaient eux­ même l'essence même de l'humanité, sa dignité.

La c:opie Ben revanche, dans la continuité de l'introduction, fait preuve de connaissances réelles sur des auteurs (Aristote, Rousseau) mais en reste toujours à un travail très général de définition de l'humain et ne se sai­ sit pas du caractère de protestation inscrit dans l'adjectif« inhumain ».

C'est tardivement et parmi d'autres aspects plus généraux qu'intervient la notion d'aliénation.

AnfJa!es baç 2QOO La.

l:lonne copie d•é1eve - Analyse 245 .._ _____ ;nN,_.

________ ........................................................

... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles