Devoir de Philosophie

Les instruments de mesure nous font-ils connaître ce qu'est le temps ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

temps

 

 
 — Instrument : objet permettant de réaliser une opération, appareil, outil.
 — Mesure : détermination d'une grandeur à partir d'un étalon ou d'une unité servant de référence.
 — Temps : milieu indéfini, où les événements se déroulent, durée humaine qualitative et vécue.
 — Connaître : saisir l'essence et l'être d'une chose.
 

 
 Les appareils permettant de déterminer quantitativement le temps, à partir d'une unité, nous font-ils saisir son essence ?
 
 
 Faut-il valoriser l'aspect qualitatif ou quantitatif du temps?

 

 

 

a. Le temps vécu : le projet de la conscience vers l'avenir.
b. Le temps vécu, durée concrète s'offrant à mon intuition.

 

« a. Le temps vécu : le projet de la conscience vers l'avenir. Ne voir dans le temps qu'un ennemi, c'est, semble-t-il, ne pas tenir compte de la dimension de l'Avenir : or laconscience est projet, anticipation d'elle-même, fuite vers l'avenir. Perpétuellement en avant d'elle-même, elle sedonne rendez-vous « dans le pas encore ». Dire que la conscience représente ce mouvement de transcendance vers l'avenir, cette dimension insaisissable et généralement imprévisible, c'est dire que la conscience humaine estliée à l'action, au faire : l'homme se dépasse vers un futur qu'il veut construire, bien que ce futur ne dépende quepartiellement de lui. Dans cette perspective, le temps peut donc être l'organe de ma liberté et de ma puissance, ildevient alors mon allié, puisque je veux construire mon histoire et l'Histoire et que je me projette ainsi vers lespossibles, vers cette page blanche où je décide d'inscrire mon nom et mes valeurs. SARTRE : [...] L'homme existe d'abord, se rencontre, surgit dans le monde, et ]...] il se conçoit après. L'homme, tel que le conçoit l'existentialiste, s'il n'estpas définissable, c'est qu'il n'est d'abord rien. Il ne sera qu'ensuite, et il seratel qu'il se sera fait. Ainsi, il n'y a pas de nature humaine, puisqu'il n'y a pasde Dieu pour la concevoir. L'homme est non seulement tel qu'il se conçoit,mais tel qu'il se veut, et comme il se conçoit après l'existence, comme il seveut après cet élan vers l'existence, l'homme n'est rien d'autre que ce qu'il sefait. Tel est le premier principe de l'existentialisme. C'est aussi ce qu'onappelle la subjectivité, et que l'on nous reproche sous ce nom même. Maisque voulons-nous dire par là, sinon que l'homme a une plus grande dignité quela pierre ou que la table ? Car nous voulons dire que l'homme existe d'abord,c'est-à-dire que l'homme est d'abord ce qui se jette vers un avenir, et ce quiest conscient de se projeter dans l'avenir. L'homme est d'abord un projet quise vit subjectivement, au lieu d'être une mousse, une pourriture ou un chou-fleur ; rien n'existe préalablement à ce projet ; rien n'est au ciel intelligible, etl'homme sera d'abord ce qu'il aura projeté d'être. Non pas ce qu'il voudra être.Car ce que nous entendons ordinairement par vouloir, c'est une décisionconsciente, et qui est pour la plupart d'entre nous postérieure à ce qu'il s'estfait lui-même. Je peux vouloir adhérer à un parti, écrire un livre, me marier,tout cela n'est qu'une manifestation d'un choix plus originel, plus spontanéque ce qu'on appelle volonté. Mais si vraiment l'existence précède l'essence,l'homme est responsable de ce qu'il est. Ainsi, la première démarche de l'existentialisme est de mettre tout homme en possession de ce qu'il est et de faire reposer sur lui la responsabilitétotale de son existence. Avez-vous compris l'essentiel ? 1 Notre existence dépend-elle de nous ?2 La nature humaine nous indique-t-elle quelles sont nos responsabilités ?3 Est-ce par ma volonté que je deviens ce que je suis ? Réponses: 1 - Non, pas au sens où il dépendrait de nous d'exister ou non. Mais nous en sommes maître au sens où nouschoisissons notre manière d'exister, notre façon d'être. On ne choisit pas d'être homme, mais d'être cet homme-là.2 - Pas du tout. La nature humaine n'existe pas. Cette idée sert le plus souvent d'excuse, d'alibi pour sedéresponsabiliser, en faisant de son existence et de ses actions une sorte de fatalité.3 - Pas exactement. II faut se méfier de la notion de « volonté », qui désigne une faculté réfléchie, critique, quiintervient en réalité de façon seconde et subsidiaire, par rapport à un choix, plus originel et fondamental, de soi-même : la subjectivité . »

Le document : "Les instruments de mesure nous font-ils connaître ce qu'est le temps ?" compte 1609 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Les instruments de mesure nous font-ils connaître ce qu'est le temps ?

Liens utiles