Devoir de Philosophie

L'État doit-il tolérer toutes les opinions ?

Extrait du document

. Le despotisme est une forme de gouvernement où l'autorité est confiée à une seule personne, soit un individu qui règne avec un pouvoir politique absolu. Dans sa forme classique, un despotisme est un état où un homme unique, appelé un despote, retient tout le pouvoir, et toute autre personne est considérée comme son esclave. Cette forme de despotisme est la première forme connue d'État et de civilisation ; le pharaon d'Égypte est une despote classique.  Le despotisme implique la tyrannie.   On peut certainement se demander si tolérer toutes les opinions ne méne-t-il pas à un despotisme du peuple, un despotisme démocratique, demander son avis au peuple est certainement un bien mais accepter toutes opinions comme équivalentes est un mal, pensez à la tyrannie de la majorité selon Kant. Que critique-t-on dans l'idéal démocratique si ce n'est cette forme de croyance qui consiste à affirmer que toutes les opinions sont bonne à dire. Le peuple n'a certainement pas la connaissance des arcanes du pouvoir, le peuple n'est pas un spécialiste des problèmes économiques.   II  L'Etat ne doit tolérer que certaines opinions   Idée principale : L'Etat ne doit tolérer pas les opinions qui remettent en cause sa légitimité et son autorité, les coup d'Etat , les opinions qui appellent aux révolutions par exemple  notamment lorsque l'exercice de la force et de la violence est avéré.     A  L'Etat ne doit pas tolérer certaines opinions selon Kant notamment celles qui sont un appel à la résitance , au droit  de résister à l'oppression étatique, même si l'Etat a mal agi. Ainsi peut-on dire dans  Théorie et Pratique :  «   il s'ensuit que toute opposition au pouvoir législatif suprême , toute révolte destinée à traduire en actes le mécontentement des sujets , tout soulèvement qui éclate en rébellion est, dans une république , le crime le plus grave et le plus condamnable car il en ruine le fondement même.

« confiance. Le problème de l'immobilisme vient en soi de l'absence de confrontation d'idée, il est clair qu'un Etat démocratique du fait de l'opposition constante des citoyens à l'égard de l'autorité étatique demande à cet Etatd'agir. II Les raison d'en douter : l'Etat ne doit tolérer aucunes opinions 1 Seul l'Etat décide car seul il a l'autorité et le pouvoir, les opinions du peuple sont secondaires ( limitesd'une telle approche, l'Etat, en tout cas l'Etat démocratique tire sa légitimité du peuple !!!). Pourtant, celuiqui décide en dernier lieu, c 'est bien l'Etat, pas le peuple. 2 L'opinion est subjective , affective , moralisatrice , elle est changeante , elle ne peut gouverner, mais aussi l'opinion est manipulable : pensez au pouvoir des médias, des syndicats. Le domaine de la politique n'est pas celui de la morale, et du sentiment, voir Machiavel en ce qui concerne la manipulation de peuple, et sur la séparation de la politique et de la morale. 3 Est-ce que tolérer toutes les opinions, cela ne méne-t-il pas à une forme d'anarchisme, à l'absenced'Etat. Si on accepte de tout, et que l'Etat ne refuse plus rien, il doit satisfaire tout le monde, le peut-ilvraiment ? Donc il vaut mieux par sagesse politique n'en tolérer aucune. 4 Le dépotisme peut-il être démocratique ?. Le despotisme est une forme de gouvernement où l'autorité est confiée à une seule personne, soit un individu qui règne avec un pouvoir politique absolu. Dans sa forme classique, un despotisme est un état où un homme unique, appelé un despote , retient tout le pouvoir, et toute autre personne est considérée comme son esclave. Cette forme de despotisme est la première forme connue d'État et decivilisation ; le pharaon d'Égypte est une despote classique. Le despotisme implique la tyrannie . On peut certainement se demander si tolérer toutes les opinions ne méne-t-il pas à un despotisme du peuple, undespotisme démocratique , demander son avis au peuple est certainement un bien mais accepter toutes opinions comme équivalentes est un mal, pensez à la tyrannie de la majorité selon Kant. Que critique-t-on dans l'idéaldémocratique si ce n'est cette forme de croyance qui consiste à affirmer que toutes les opinions sont bonne à dire.Le peuple n'a certainement pas la connaissance des arcanes du pouvoir, le peuple n'est pas un spécialiste desproblèmes économiques. II L'Etat ne doit tolérer que certaines opinions Idée principale : L'Etat ne doit tolérer pas les opinions qui remettent en cause sa légitimité et son autorité,les coup d'Etat , les opinions qui appellent aux révolutions par exemple notamment lorsque l'exercice dela force et de la violence est avéré. A L'Etat ne doit pas tolérer certaines opinion s selon Kant notamment celles qui sont un appel à la résitance , au droit de résister à l'oppression étatique, même si l'Etat a mal agi. Ainsi peut-on dire dans Théorie et Pratique : « il s'ensuit que toute opposition au pouvoir législatif suprême , toute révolte destinée à traduire en actes lemécontentement des sujets , tout soulèvement qui éclate en rébellion est, dans une république , le crime le plusgrave et le plus condamnable car il en ruine le fondement même. Et cette interdiction est inconditionnelle , au pointque quand bien même ce pouvoir ou son agent , le chef de l'Etat , ont violé jusqu'au contrat originaire et se sont làdestitués, aux yeux du sujet , de leur droit à être législateurs , puisqu'ils ont donné licence au gouvernement deprocéder de manière tout à fait violente (tyrannique ), il n'en demeure pas moins qu'il n'est absolument pas permisau sujet de résister en opposant la violence à la violence. » B L'Etat n'a pas à tolérer les opinions amorales, immorales, intolérantes, délirantes, irrationnelles,religieuses Pensez aux thèses racistes voir sur ce point Arendt sur les Origines du Totalitarisme , aux thèses des intégristes religieux, aux thèses pronant la violence et la haire, la destruction de la culture de l'autre, les thèses pourl'indépendance de certaines régions. C L'Etat ne doit tolérer que les opinions en corrélation avec les idéaux qu'il défend, par exemple pour laFrance républicaine; liberté, égalité, fraternité. Questionnement subsidiaire: 1- Est-ce l'Etat a le pouvoir de décider ou non de la validité des opinions, n'y a-t-il pas des limites à sonexercice ? Son autorité ne vient-elle pas du peuple ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles