Devoir de Philosophie

L’État est-il l’ennemi de l’individu ?

Extrait du document

individu

moderne, l’individu « bourgeois » ne semble sans doute pas victime de l’État, mais c’est évidemment le « prolétaire » qui souffre le plus immédiatement du fait que l’État correspond aux intérêts de la classe qui l’exploite. Toutefois, on peut noter que l’idéologie bourgeoise est elle-même constitutive de la notion d’individu, en sorte que l’individu bourgeois est trompé dans sa vision des rapports humains. C’est bien ce que montre notamment la critique, rédigée par Marx, de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : cette Déclaration ne concerne en fait qu’un homme bourgeois, individualiste et séparé du collectif. En conséquence : les deux consciences sont fausses, et c’est l’État lui-même qui produit une notion d’individu à laquelle adhère la conscience ouvrière en allant contre ses propres intérêts.

Du point de vue marxiste, la disparition de l’État (bourgeois) ne peut donc signifier la sauvegarde de l’individu : celui-ci, avec l’idéologie égoïste qui l’accompagne, doit disparaître en même temps ; l^diçpa-. ntibîTdeTIÉtat arinoricê~ërrfait7dansje~déroulement]3ëZrHistôirerilavè'nè-f

C’est à ce propos qu’on peut s’interroger, avec peut-être encore plus de raison, sur l’accord possible entre État et individu. Même si l’on sait que les tentatives d’application des conceptions de Marx ont abouti à de tout autres résultats que ce qu’il avait prévu, on doit constater qu’elles ont donné naissance à un État totalitaire pour lequel l’individu n’avait plus rien de respectable.

[III. État et liberté]

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles