Devoir de Philosophie

L'histoire comme science ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

histoire Termes du sujet: SCIENCE : Ensemble des connaissances portant sur le donné, permettant la prévision et l'action efficace. Corps de connaissances constituées, articulées par déduction logique et susceptibles d'être vérifiées par l'expérience. HistoireDu grec historia, « enquête ». Ce mot recouvre principalement deux significations, que la langue allemande distingue : le devenir historique lui-même, comme ensemble d'événements (Geschichte), et la connaissance du passé que l'historien essaie de constituer (Historie).La première signification pose le problème du sens et de la finalité de l'histoire ; la seconde, celui de la scientificité de la discipline de l'historien.1. L'idée de déterminisme Le matérialisme historique (Marx et Engels, L'Idéologie allemande) montre comment les conditions de vie et les rapports sociaux déterminent la conscience de l'homme. On peut repérer dans l'histoire les lois d'un processus idéologique par lequel la classe dominante impose une pensée dominante.2. Les limites de l'histoireEn réaction contre l'histoire événementielle, la recherche d'une démarche scientifique (étude des documents et des archives, critique des témoignages) a conduit les historiens de l'École des Annales à étudier les structures et les systèmes de représentation plutôt que les batailles et les grands hommes.

« SUPPLEMENT ENVOYE PAR UN INTERNAUTE: L'HISTOIRE COMME SCIENCE DE L'HOMME On oppose traditionnellement des sciences dites "exactes" ou "dures", aux sciences humaines. Cette opposition est lourde de sous-entendus: ces dernières ne seraient ne seraient que des sciences "inexactes", "molles", des sciences au rabais qui ne doivent leur titre descience qu'à un abus de langage. Mais qu'en est-il vraiment? Parmi les sciences humaines, on compte particulièrement: la sociologie, l'histoire, l'anthropologie, la psychanalyse, etc... Nous nepasserons pas en revue ces différentes sciences, mais nous nous intéresserons au cas particulier de l'histoire, en lui donnant une valeurgénérale. En effet, son cas est particulièrement intéressant. 1) la comparaison sciences humaines/sciences exactes Sur quels critères se base-t-on pour dire que les mathématiques ou la physique sont des sciences alors que l'histoire n'en est pas une?Qu'est-ce qui pourrait entériner la supériorité épistémologique d'une science comme la physique sur une autre comme l'histoire? Parmi ces critères, on cite souvent: - la vérification: en physique, il est possible de vérifier une théorie. L'histoire, elle, s'intéresse à un objet absent, disparu, du passé; il estdès lors difficile de vérifier quoi que ce soit. - le recours à un protocole expérimental: lors d'une expérience destinée à vérifier une théorie, le physicien suit un protocole qui garantitl'objectivité de ses résultats. L'historien, lui, ne dispose pas d'une telle méthodologie. Selon le sujet qu'il traite, il est souvent obligé dechanger de manière de procéder, selon le sujet. - la généralité: les énoncés de la science physique ont une valeur de généralité. On définit même la science comme un passage dusingulier à l'universel. En histoire, par contre, les résultats auxquels on peut arriver sont par nature singuliers. Il s'agit toujours deconnaître un événement précis, dans ce qu'il a d'unique. Aristote en tirait même la conclusion que l'histoire est moins philosophique quela poésie ( Poétique ). En effet, un poème comme l' Iliade peut avoir une valeur générale: il nous propose des types d'hommes (le valeureux Hector, le rusé Ulysse...) qui ont une valeur de modèle. - l'utilisation des mathématiques: en physique, il est possible de réduire un phénomène compliqué en apparence à une formulemathématique simple. Le phénomène est donc quantifiable. - l'établissement de lois: dès lors, la prévision est possible. Il suffit de distinguer quels sont les paramètres dont la variation va entraînerune modification du phénomène. C'est-à-dire que trouver quelles sont les lois universelles de la nature permet de prévoir cesphénomènes d'une part, et d'agir sur eux d'autre part. En histoire, il n'y a pas et il ne peut pas y avoir recherche de lois générales a priori.L'historien s'intéresse plutôt aux causes: il se contente d'expliquer comment un événement a pu se produire, ce qui ne veut pas direqu'en réunissant les mêmes conditions, le même phénomène se répéterait. En effet, comme il s'intéresse à des sujets humains doués deliberté, rien n'est prévisible. La liberté est en ce sens un facteur de "désordre", rend caduque le projet d'une connaissance scientifique del'homme. - la neutralité du scientifique: en vertu de tous ces caractères de la science physique, on en déduit que le physicien est le modèle duscientifique rigoureux. Quand un physicien fait de la physique, il n'est jamais question qu'il fasse intervenir sa subjectivité. Par exempleses convictions religieuses ou politiques n'influent en rien sur son travail. Ce qui fait que tout physicien peut trouver les mêmes résultatsque n'importe quel autre. Pour eux, l'ennemi, c'est la subjectivité, dont ne peut les garantir qu'un protocole expérimental particulièrementélaboré. On pourrait presque dire que dans les sciences exactes, ce n'est pas le scientifique qui fait la science: elle existe déjà enpuissance, il suffit d'écarter la subjectivité pour qu'elle vienne à jour. Cantor disait en ce sens qu'il n'y a pas de différence entre unmathématicien qui dort et un mathématicien qui travaille! L'historien, lui, ne peut pas faire l'économie de sa subjectivité. Ne serait-ce que parce qu'il a besoin de comprendre les hommes dont ilparle, d'entrer en sympathie avec... De cette comparaison, il semble qu'il faille en effet tirer la conclusion que l'histoire, et avec elle les sciences humaines en général, n'a quepeu des titres requis pour être comptée comme science. Elle ferait figure de parent pauvre de la communauté scientifique. Mais est-cequ'on ne peut pas nuancer ce point de vue? 2) cette comparaison a-t-elle un sens? En fait, lorsqu'on se pose une question du type "l'histoire est-elle une science?", on suppose implicitement qu'il y a une science reine, les mathématiques, qui connaît une application privilégiée, la physique, et que au fur et à mesure qu'on s'éloigne de ces sciences modèles,on perd en rigueur et en scientificité. On établit ainsi, volontairement ou non, une hiérarchie des sciences. Et souvent la discussionconsiste à débattre de la question de savoir où placer le seuil entre "vraie" science et "pseudo" science ou "simili" science... Par exemple,on s'accorde encore à la rigueur pour reconnaître une valeur épistémologique à la biologie, alors même qu'elle n'utilise pas lesmathématiques, ne permet pas la prévision, se borne souvent à enregistrer des résultats de laboratoire dont on ne mesure pas les limitesde validité... Mais la médecine? On parle bien de science médicale! Alors qu'il s'agit d'une pratique . Et la psychanalyse? C'est-à-dire que lorsqu'on pose la question "ceci est-il une science?", on se réfère à une science modèle, ou à un groupe de science, maispour des raisons qu'on ne mesure pas. Le choix de la science de référence reste arbitraire. A la limite, on peut presque admettre comme science tout ce qui se présente comme tel. Chaque science, en son domaine, crée de nouveaux critères de scientificité, c'est vrai pour labiologie, la psychanalyse, l'histoire... Etudier la question de l'objectivité des historiens reviendra donc à montrer en quoi l'historien, dans sa pratique, crée une nouvelleconception de l'objectivité, remet en question la conception régnante de la science. Selon la science qu'on prend comme référence, notreconception même de ce qui est scientifique, de ce qui ne l'est pas bouge. D'ailleurs, qu'est-ce qui peut justifier le privilège des mathématiques ou de la physique? La physique tient peut-être son prestige du faitqu'elle est susceptible d'application techniques, qu'elle augmente le pouvoir de l'homme sur la nature. En ce qui concerne lesmathématiques, elles sont sans doute une connaissance royale, mais une connaissance vide comme le disait le mathématicien RenéThom, connaissance de ce qui n'existe pas dans le monde naturel qui nous entoure, pure discipline de l'esprit qu'on peut voir comme unsimple outil pour les autres sciences... Il est trop facile de critiquer la scientificité de l'histoire en la comparant aux mathématiques, c'est-à-dire en lui reprochant de ne pas être des mathématiques, de n'être que ce qu'elle est. »

Le document : "L'histoire comme science ?" compte 1863 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document L'histoire comme science ?

Liens utiles