Devoir de Philosophie

> Peut-on être indifférent à la vérité ?

Extrait du document

Nature du sujet : pointu

 

Partie du programme abordée :

 

La vérité.

> Peut-on être indifférent à la vérité ?

 

POUR DÉMARRER

 

une question en apparence assez paradoxale : la vérité étant la conformité de la pensée et de son objet, nous ne voyons pas immédiatement comment on peut se comporter de façon totalement neutre par rapport à ce qui semble directement issu de notre pensée. En fait, pour bien comprendre le sujet, il faut se rappeler que la vérité est une valeur et le fruit d'un choix. Elle s'enracine dans notre liberté.

 

CONSEILS PRATIQUES

 

Il faut étudier les différentes raisons pour lesquelles on pourrait être neutre à l'égard de la vérité, en particulier lorsque cette dernière porte sur un objet ou un événement qui ne nous concerne pas. Demandez-vous également si être neutre ne signifie pas aussi que l'on admet qu'une vérité puisse ne pas l'être, ce qui enlèverait toute signification à cette dernière.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

Michel Foucault, surveiller et punir, NRF-Gallimard.

« savoir répondra par la négative. Penser à Socrate qui reproche l'endormissement de ses concitoyens qui n'agissentque selon coutumes, traditions et habitudes, sans chercher à définir la valeur de leurs actes.Penser aussi, à Descartes qui découvrez dans l'exercice critique du doute une manifestation de la liberté de l'esprit.(A développer) Non seulement il est apparu difficile d'être indifférent à la vérité de fait, mais une telle indifférence apparaîtmaintenant comme contradictoire avec la sagesse et une certaine idée de l'homme. En ce sens c'est une obligationmorale que de chercher la vérité. Troisième partie: Dans un souci critique, chercher quelles peuvent être les conceptions de la vérité pour montrer le caractère illusoired'une telle recherche.Dans une optique platonicienne, la vérité est atteinte au-delà des apparences dont se nourrissent les opinions. Elles'identifie au réel authentique, conçu comme stable, absolu, universel, au-delà de la réalité sensible, changeante etrelative. Lire : Platon, Phédon, par exemple. Or une telle conception de la vérité n'entraîne-t-elle pas une certaine illusion, n'est-elle pas elle-même illusoire ? Surle premier aspect, on peut emprunter aux philosophes sceptiques des arguments qui montrent comment cette véritéest impossible à atteindre. Par voie de conséquence, la sagesse peut consister dans l'indifférence, non pas naïve,mais réfléchie et fondée. L'indifférence, alors, peut même être considérée comme la condition du bonheur.Sur le deuxième aspect, il convient d'opposer deux conceptions de l'Être, l'une inspirée de Parménide, à laquelle serattache Platon, l'autre inspirée de Héraclite où l'Être n'est pas le stable, mais au contraire le changeant et lecontradictoire. De telle sorte que ce qui est vérité pour une tradition est illusion pour l'autre. En particulier Nietzschea critiqué la conception platonicienne d'une vérité stable et immuable, en laquelle il voit le refus du risque de vivreet le refuge à l'angoisse devant le changeant. Lire : Nietzsche, Le gai savoir, livre V. Dans un tel contexte on peut comprendre que l'indifférence à la vérité devienne la condition de la recherche d'unevérité plus flexible et qui s'adapte aux réalités mouvantes.S'interroger encore sur ces dernières critiques. Ces dernières attitudes critiques par rapport à une conception de lavérité sont-elles véritablement une indifférence ? Non, car un tel refus est la condition pour être plus proche duréel. L'attitude sceptique n'est pas indifférence dans la mesure où se refuser d'affirmer quoi que ce soit, loin d'êtrel'attitude du dilettante qui ne croit en rien, révèle un respect pour l'impossible vérité. Par ailleurs, critiquer la véritéen tant que réel au-delà du sensible vécu, c'est encore vouloir rejoindre le réel autrement conçu. De telle sorte querefuser la vérité, c'est encore affirmer une autre forme de vérité. Conclure : la démarche suivie nous amène à penser qu'il est impossible d'être indifférent à la vérité. • Ce qui était en jeu La valeur que représente la vérité pour l'homme. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles