Devoir de Philosophie

Texte de Descartes : Lettre au marquis de Newcastle du 23 novembre 1646 (Langage et Pensée)

Extrait du document

descartes
    Introduction problématique Si le bon sens interdit de nier que certains animaux possèdent une aptitude à communiquer, y a-t-il lieu pour autant d'assimiler communication et langage, autrement dit d'octroyer à toute communication un statut linguistique ? Descartes dans sa Lettre au Marquis de Newcastle du 23 novembre 1646 distingue radicalement les performances verbales des pies, perroquets et autres oiseaux « parleurs » des discours humains caractérisés par une pensée émancipée des seules passions, la mise en oeuvre de signes et l'esprit d'à propos. Le souci de caractériser le langage humain se double ici d'une interrogation sur la différence de nature entre l'homme et l'animal : la faculté de langage contribue à tracer la frontière entre homme et animal et à poser les bases d'une discontinuité foncière entre eux. Contre Montaigne ou Charron, Descartes exacerbe en effet la différence entre homme et animal. Si l'homme parle parce qu'il pense, faut-il réduire le langage à n'être que l'instrument de la pensée tout en reconnaissant l'inépuisable diversité de nos formes d'expression linguistique ? En outre, quelle conception de l'homme sous-tendent respectivement les thèses continuiste et discontinuiste ?

« considérer qu'il ne leur manquerait que la parole. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles