Devoir de Philosophie

Y a-t-il une contradiction entre l'évolution des sciences et leur prétention à la vérité ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

Telle est la question à résoudre. POUR DÉMARRER Faut-il penser, en raison de la remise en question permanente des théories scientifiques, qu'il n'y a aucun domaine où puisse exister une vérité absolue ? Ce sujet s'attache au devenir de la science et pose le problème de la relativité du savoir. Conseils pratiques Examinez soigneusement la notion de vérité. Remarquez que les théories anciennes ne sont pas périmées mais s'intègrent dans les théories plus modernes. Donc le relativisme est permis, mais non pas le scepticisme. Bibliographie EINSTEIN et INFELD, L'évolution des idées en physique, Champs-Flammarion.T. KUHN, La structure des révolutions scientifiques, Flammarion.POPPER, La logique de la découverte scientifique, Payot.


- Peut-on admettre que les sciences prétendent élaborer une vérité définitive ? Quelle conception de la vérité se trouve ici mise en cause ? - Ne pas suggérer que, si les sciences ont commis des erreurs, elles seraient enfin parvenues à un état définitif ; on peut, dans cette optique,   
analyser le rôle des erreurs et de leurs rectifications dans l'histoire des sciences.
- Il est conseillé, à partir d'exemples précis, de préciser rigoureusement ce que l'on peut nommer « vérité scientifique «.
- Ce qui est nommé dans le sujet « histoire des sciences « doit être explicité et qualifié : ce n'est pas une simple accumulation, et l'on peut en préciser le caractère « dialectique « (cf. Bachelard).

a) La science évolue et se contredit.
b) Les vérités scientifiques sont provisoirement vraies (Popper).
c) Plus la science avance, moins elle ne nous donne de certitudes.

a) L'objet des sciences est infini.
b) Les sciences se complexifient.
c) La science étend ses conquêtes.

.../...

« Introduction La science se déploie dans le temps ; chaque science, loin de se constituer d'un seul coup, revêt une dimensionhistorique. Et c'est là l'origine d'un problème sur la valeur et la légitimité des connaissances qu'elle constitue : si sescontenus évoluent, c'est que la vérité est changeante ; elle se transforme au fil du temps. Comment peut-on, dans ces conditions, parler de vérité, sachant que la prétendue vérité est amenée à changer deformule, cela sans jamais parvenir à une forme définitive. I – La science modifie historiquement ses vérités a) La science comme phénomène culturel Phénomène historique et culturel, la connaissance scientifique se constitue dans le temps. Cf. Kant : les maths naissent dans l'Antiquité avec Thalès (ou un autre), par rupture avec les pratiques empiriquesdes Egyptiens ; la physique mathématique se constitue au XVII ème siècle avec Descartes et Huygens, la chimieavec Lavoisier à l'époque de la Révolution ; Le XIXème verra l'avènement des sciences de l'homme (économie, sociologie, psychologie, histoire). Le savoir scientifique se manifeste ainsi comme une conquête progressive du réel. v. la loi des 3 états d'AugusteComte: mais avec cette particularité qu'aux yeux du fondateur du positivisme, l'état ultime, positif, établira desvérités définitives. Transition a vers b Néanmoins, en particulier après les révolutions épistémologiques fin XIXè/début XXème siècle, et en raison durenouvellement constant des modèles théoriques en maths, sciences de la nature et sciences humaines, il apparaîtbien que l'activité scientifique n'en finit pas de modifier les contenus de ses savoirs b) la « philosophie du non » G. Bachelard a emprunté à la philosophie hégélienne le terme de dialectique pour définir l'évolution scientifique : laraison scientifique se montre capable de contester ses premiers acquis pour les dépasser, pour aller plus loin. Ainsi la mécanique newtonienne ( Principes mathématiques de philosophie naturelle , 1686-87), qui permet de passer de la mécanique rationnelle à une explication globale des lois de l'univers, laisse-t-elle la place auxrationalismes beaucoup plus complexes d'Einstein, puis de Dirac (qui donne place à des concepts négatifs) : àchaque étape, toute la science antérieure se trouve mise en cause. C'est le lieu de saisir à quel point la vérité scientifique ne se constitue que dans l'espace critique du débat : lesoppositions et les résistances ne proviennent pas seulement du public, mais sont constitutives du travail scientifiquelui-même : cf. par exemple les débats nombreux et intenses entre tenants de la géométrie euclidienne (isotope,homogène et tridimensionnelle), jusqu'alors tenue pour la seule vraie (universelle) et ceux des géométries dites noneuclidiennes de Lobatchewski ( Pangéométrie ,1855) et de Riemann (1826-1866), à plus ou moins de trois dimensions (hyper espaces). Transition b vers c Ces systèmes, ces « vérités », semblent bien se contredire et se nier : une figure aussi simple que le «triangle »revêt des propriétés complètement différentes selon le type de géométrie : chez Euclide, la somme des angles d'untriangle est égale à 180 degrés ; mais elle est toujours inférieure dans le système de L., et supérieure dans celui deRiemann. c) Qui dit vrai ? Nous sommes bien face à des définitions, i-e à des « vérités » inconciliables, et l'on peut comprendre que l'on envienne à interpréter cette incompatibilité comme imposant un choix « idéologique » : ou bien c'est Euclide qui ditvrai et les autres théories ne sont que des curiosités annexes, purement ludiques ; ou bien l'on se décide en faveurdes « nouvelles » géométries et l'on juge celle d'Euclide comme définitivement dépassée. Transition I vers II En vérité, l'épistémologie contemporaine (v. Poincaré [la S et l'H, 1902] ou Bachelard, [NES, 1934]), ne pose pas laquestion en ces termes : II a) vérité et validité »

Le document : "Y a-t-il une contradiction entre l'évolution des sciences et leur prétention à la vérité ?" compte 3076 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Y a-t-il une contradiction entre l'évolution des sciences et leur prétention à la vérité ?

Liens utiles