Devoir de Philosophie

L'inconscient, chapitre censuré de mon histoire ( LACAN )

Extrait du document

histoire

L'inconscient est un concept qui regroupe tout les éléments qui se déroulent hors de la sphère consciente d'un individu. Le problème de l'inconscient est posée pour la première fois par Leibniz au 18e siècle. Freud développera plus tard ce concept pour en faire le pilier fondamental de sa théorie psychanalytique. Selon lui, la part de l'inconscient représente environ 80 % de la personnalité d'un individu. Le système complexe qu'est l'inconscient nous serait aujourd'hui inconnu si nous n'avions pas pu le déceler d'une manière ou d'une autre. L'inconscient laisse donc parfois sont empreinte dans la conscience. Jacques LACAN, psychanalyste et philosophe, étudiera cette question en profondeur notamment dans son ouvrage Écrits. Le texte qui fera l'objet de notre étude est un extrait de cet œuvre. 

« II/ Mécanismes de l'inconscient Dans un deuxième temps, étudions les mécanismes observés par LACAN au niveau de l'inconscient. Premièrement,quand LACAN traite du « chapitre de mon histoire qui est marqué par un blanc ou occupé par un mensonge » (l 1), il veut parler de la censure effectué par l'inconscient. Mais qu'est-ce que cette censure ? La censure est uneinstance qui va travailler a juger mes pulsions. Elle va opérer une classification des pulsions notamment selon lasociété ou l'on vit : Les saines et malsaines car en effet, une pulsion ne peut être supprimée. Les « mauvaises »pulsions sont refoulées mais peuvent à tout moment resurgir, c'est « le retour du refoulé ». Dans le cas desmaladies mentales, le retour du refoulé est provoqué par la décompensation ( le fait que la défense ne compenseplus l'attaque ). La censure agit donc comme « brouilleur » par le déplacement ou la condensation. Commençons pardéfinir ces notions. Le déplacement consiste à déplacer un ou plusieurs éléments, personnages, décors et même unsens ( le sens du rêve ). Ce déplacement dérange l'architecture d'une pensée, d'une suite d'images notamment dansun rêve. Une réaction peut aussi être déplacé comme l'indifférence face à un danger. La condensation enphilosophie correspond à la réduction d'un récit jusqu'à l'incompréhension totale. Le travail de cette censure estdonc d'obstruer la compréhension d'un rêve. Selon LACAN, notre inconscient détient la clé de notre constitutionmentale et se protège avec la censure. Néanmoins, dans cet extrait, il évoque aussi la notion de vérité qui pourraisêtre retrouvée, mais comment et par quel procédés ? Freud à démontré que l'inconscient jouait un rôle essentieldans le comportement humain. Il étudiera longuement le phénomène hystérique pendant la renaissance. Il réussirapar exemple à guérir des patients sans les toucher, juste en replaçant les problèmes de leurs inconscient dans leurssphère consciente. La psychanalyse de Freud est donc un des mécanismes majeur de la détection et de larésolution des problèmes inconscients. D'ailleurs, LACAN traite aussi du problème hystérique : « le noyau hystériquede la névrose où le symptôme hystérique montre la structure d'un langage ». Dans cet phrase, LACAN veut signifierque, dans le cas de l'hystérie, les manifestations gestuelles et comportementales du sujet composent un langage, lelangage de l'inconscient. Mais ces trouble on souvent une origine ancienne qui viennent avec le traumatisme de lanaissance ( L'enfant devient dépendant des autre, il est NEOTENIQUE ). LACAN en fait une allusion quand il parledes « souvenirs de mon enfance, impénétrables ». Ici il vise les différentes étapes de la psychogénèse a passer pourêtre en bonne santé mentalement parlant. Dans ces différente étapes, la question du désir est omniprésente. Lapremière étape , le Stade oral 1, est liée au ressentiment provoqué par l'attente du sein maternel, si cette étape cetraduit par trop de gratification ou trop d'attente le sujet risque de développer une schizophrénie. Si un problèmearrive au stade oral 2, le sujet risque de développer une psychose maniaco-dépressive. Ensuite arrive le stade anal1 avec la prise de conscience de lui même de l'enfant. Si cette étape se déroule mal, l'enfant risque de développerune paranoïa . Le stade anal 2 ajoute la question de la récompense des parents suite à une meilleur gestion fécalede l'enfant. Si cette étape ce déroule mal, l'enfant peut développer une névrose obsessionnelle. Enfin le Stadephallique met en jeux la question du pouvoir de l'enfant. Si cette étape se déroulait mal, l'enfant pourrait développerune hystérie. Enfin, LACAN évoque l'impacte des tradition et des légendes sur notre être. On parle ici du surmoi,notion inventée par Freud. Cette notion renvoie aux éléments extérieurs qui nous cadrent et nous sculptent. LACANparle ici des grand modèles tels que Ulysse pour les grec et Achille pour les Romains. Tous ces élément constituentles mécanismes qui construisent la psychogénèse de chacun et déterminent qui nous somme et qui nousdeviendrons. Mais cet inconscient aurait-il un rôle ? III/ Fonction de l'inconscient Dans cette troisième et dernière partie, nous commenterons les fonctions de l'inconscient détectés par LACAN.Premièrement, l'inconscient garderait des traces de notre parcours : « les souvenir de mon enfance » (l.8) . Cestraces serait d'infimes parties qui composerait l'inconscient et qui, reconstituée, constitueraient la personne que jesuis aujourd'hui. L'histoire de ce parcours psychologique est appelé « psychogénèse ». Comme nous avons pu le voirdans la partie précédente, selon l'étape effectué, les enjeux et les risques sont différents. Alors, quand LACAN parledu « Chapitre de mon histoire qui est marqué par un blanc ou occupé par un mensonge », il veut sans doute parler d'un de ses étapes que nous aurions plus ou moins bien effectué . Mais si nous supposons que nous ayonsmalheureusement échoué une de ses étapes, serions-nous dans l'incapacité totale de changer les chose ? Pour mapart, je suivrais la pensée de Freud qui distinguait un cas de névrose et de psychose. Contrairement au caspsychotique, la névrose intervient uniquement après que la balance du surmoi et du moi a déjà basculé du coté dusurmoi. C'est pourquoi je pense que si un cas psychotique est « guérissable », il reste plus difficile à traiter qu'uncas de névrose. En outre, je dirais que l'inconscient est le garde fou de nos pulsions. L'oscillation entre le ça et le »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles