Devoir de Philosophie

XVIIIe SIÈCLE : APOGÉE DE L’ART CLASSIQUE (histoire de la musique)

Publié le 23/09/2015

Extrait du document

histoire

aîné, organiste à Ohrdruf, il entre à quinze ans dans le chœur de l'église Saint-Michel de Lunebourg où il découvre la musique vocale polyphonique. Un voyage à Hambourg, un autre à Celle, lui font connaître les meilleurs artistes de son temps. Nommé organiste à Arnstadt (1703), il se rend à Lübeck (1705) pour entendre le célèbre Buxtehude, et assister aux Soirées Musicales de cette ville. En 1707, il tient les orgues de Mülhausen et épouse sa cousine Maria Barbara Bach qui lui donnera huit enfants. L'année suivante, il obtient la place de maître de chapelle à la cour de Weimar. En' cette même qualité, le prince d'Anhalt l'appelle à Cœthen de 1717 ài723. Période féconde durant laquelle Bach produit de nombreuses œuvres instrumentales.

 

Après la mort de sa femme en 1720, il se remarie dix-huit mois plus tard avec la cantatrice Anna Magdalena Wülken dont il aura quatorze enfants. En 1723, il sollicite la succession de Kuhnau comme Cantor (maître de chapelle) de Saint-Thomas de Leipzig, et y demeure jusqu'à sa mort en 1750, donnant l'exemple d'une vie chrétienne patriarcale, modeste et digne, toute consacrée à la musique et à la religion.

 

SON ŒUVRE

 

Innombrables et inconnues de son temps, les œuvres de J.-S. Bach illustrent tous les genres en honneur à l'époque dans le domaine instrumental et religieux.

 

a) Œuvres vocales. — Cinq cycles annuels complets de cantates d'église, à raison d'une par dimanche, et quelques cantates profanes (Cantate du café, la Chasse, Nous avons un nouveau gouvernement) ;

Très varié d'aspects, extrêmement riche et fécond, le XVIIIe siècle — époque du baroque — voit l'épanouissement de l'art classique qui atteint alors son plus haut degré de perfection. Le drame lyrique italien imprègne toute la musique européenne, et impose un style uniforme aux genres instrumental et religieux. Celui-ci perd tout caractère liturgique et devient extérieur et théâtral.

 

Six grands musiciens synthétisent l'art de cette époque : RAMEAU et Gluck en France, Haendel et Bach en en Allemagne, Haydn et Mozart en Autriche. Un genre nouveau apparaît : l'opéra-comique, dont le succès ira grandissant.

 

1. LA MUSIQUE DRAMATIQUE EN FRANCE - L'OPÉRA

 

De Lully a Rameau.

 

De la mort de Lully — qui marque un ralentissement dans la production lyrique — jusqu'à l'avènement de Rameau, quelques musiciens maintiennent toutefois le prestige de la scène française. Marc-Antoine CHARPENTIER (1634-1704), compositeur de grande valeur étouffé par la dictature de Lully, malgré des qualités dramatiques

Haydn (1732-1809).

 

SA VIE

 

Originaire de Rohrau (Basse-Autriche) où il naît en 1732, François-Joseph Haydn, fils d'un charron amateur de musique, entre à la maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne à Vienne, en 1740. Il y fait toutes ses études, se lie avec le célèbre poète Métastase, et le compositeur Porpora (1685-1767), et pour gagner sa vie exerce le métier de musicien ambulant. Entré d’abord au service du comte Morzin, il occupe ensuite l’importanté fonction de maître de chapelle des princes Esterhazy qui exigent une tâche écrasante : tous les matins, Haydn compose; l’après-midi, il fait répéter ses musiciens; le soir, il dirige les exécutions. Grâce à son heureux caractère, il s'accommode fort bien de ce labeur incessant et de cette situation sans indépendance. A cette époque, en effet, les musiciens portent la livrée des domestiques .et logent avec eux. Malgré son isolement, sa réputation se répand à l’étranger.

 

A la mort du prince, libéré de toute contrainte après vingt-neuf années de servitude, Haydn jouit de sa liberté et se rend à Londres où il reçoit un chaleureux accueil. Adopté par l'Angleterre, il y retourne en 1794, et obtient le même succès. Refusant de s'y fixer, il rentre à Vienne où il a pour élève Beethoven, et meurt en 1809.

histoire

« HISTOIRE DE LA MUSIQUE certaines s'oriente vers la musique religieuse. CAMPRA (r66o-1744), créateur de l'opéra- ballet, unit avec aisance les goûts italiens et français. DESTOUCHES (r672-1749), connaît le succès avec son opéra d'Issé. Par la nouveauté de son harmonie, il prépare la voie à Rameau. RAMEAU (r683-1764) . /!1 SA VIÈ Né à Dijon en r683, Jean-Philippe Rameau meurt à Paris en 1764. Fils d'un organiste, il entre au collège des Photo Hachette. RAMEAU. Portrai t attribué à Chardin. (Musée de Dijon.) Jésuites, mais après quatre années d'études, il se voue ent ièrement à la musique pour laquelle il manifeste cl' excellentes dispositions depuis son plus jeune âge. Après un court voyage en Italie, il tient durant quel­ ques mois les orgues de Notre-Dame à Avignon, puis celles de la cathédrale de Clermont-Fer rand. Sa vie errante le mène à Paris, Lyon, Dijon, à nouveau Clermont-Ferrand. Enfin en 1723, il s'établit défini­ tivement à Paris, où ont déjà paru son premier livre d e Pièces de Clavecin (1706) et son Traité de l'Harmonie (r722). Désormais connu comme organiste, claveciniste et théor ic ien, Ram eau , qu i vient de se marier en 1726, et a publié ua deuxième recueil de Pièces de Clavecin (I724), devient maitre de musique et organiste du riche »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles