Devoir de Philosophie

Or, autrui serait devant moi un en-soi et cependant il existerait pour soi, il exigerait de moi pour être perçu une opération contradictoire, puisque je devrais à la fois le distinguer de moi-même, donc le situer dans le monde des objets; et le penser comme conscience, c'est à dire comme cette sorte d'être sans dehors et sans parties auquel je n'ai accès que parce qu'il est moi et parce que celui qui pense et celui qui est pensé se confondent en lui. Il n'y a donc pas de place pour autrui et pour une pluralité des conscience dans la pensée objective... mais, justement, nous avons appris à révoquer en doute la pensée objective. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, p.402. Commentez cette citation.

Extrait du document

conscience
ATTENTION ! Un délai de 24 heures est à prévoir pour obtenir le commentaire de cette citation.

Liens utiles