Devoir de Philosophie

Les religions peuvent-elles être objet de science ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

3. - Le but qu'on se propose d'atteindre (cf. un objectif). RELIGION Étymologie discutée. Cicéron fait dériver le mot du latin relegere qui s'oppose à neglegere comme le soin et le respect s'opposent à la négligence et à l'indifférence. D'autres font dériver le mot de religare: La religion est avant tout le lien qui rattache l'homme à la divinité : «La religion consiste dans un sentiment absolu de notre dépendance.» (Schleiermacher). La religion c'est le sentiment que l'homme ne s'est pas donné lui-même l'existence, qu'il dépend d'un Être qui le dépasse infiniment. Sociologiquement, les religions sont les divers cultes organisés (avec leurs dogmes et leurs rites) pour rendre hommage à Dieu. * ProblèmeLa question est celle des capacités des sciences de l'homme à atteindre la vérité, de leurs conditions de possibilité, à partir de l'exemple particulier des religions.

La croyance religieuse est communément appelée la « foi «. C’est l’engagement d’un individu au service d’un idéal auquel il croit. De fait, il apparaît souvent que le sujet soit déçu des résultats que lui procure cette faculté qu’est la raison. La raison peut beaucoup de choses, mais elle n’est pas forcément apte à éclairer les mystères de la Révélation, ou tout l’enseignement des religions. Recourir à la croyance en un Dieu peut désigner un besoin fondamental que la raison ne peut assouvir. Par ailleurs, certains affirmeront que la raison est en l’homme une part de l’intelligence divine, et qu’ainsi il est possible par elle de remonter au principe unique. La raison serait alors une foi construite et comprise, une intelligence du divin en l’homme. Mais il y a toujours de l’incommunicable, de l’inexplicable (révélation, intuition, extase etc.) qui pousse la raison à s’abaisser face à ce qui est infiniment grand. Comment alors comprendre la croyance religieuse de manière intelligible en faisant abstraction de la raison, puissance critique en l’homme par excellence, tribunal des idées ?  

Liens utiles