Devoir de Philosophie

dissert juste la fin du monde et la crise familiale

Extrait du document

« Juste la fin du monde est une pièce de théâtre écrite par Jean-Luc Lagarce en 1990. Huis clos à cinq personnages, la mère, sa fille, ses deux fils et la femme de l’un des fils, « un dimanche, évidemment », dans la maison où vivent la mère et la fille. L’intrigue tient en peu de lignes : Louis, le personnage principal, est un écrivain qui a quitté sa famille bien des années plus tôt. Il décide de retourner la voir afin de lui annoncer sa mort prochaine. Celle-ci présente des similarités avec la situation de Lagarce, atteint du sida, qui se savait condamné au moment de l’écriture de la pièce, de sorte qu’on a pu voir en Louis comme un double du dramaturge. Nous verrons dans cette dissertation si la pièce de JFM ne met-elle en scène qu’une crise familiale ? Nous nous interrogerons d’abord sur la crise et finalement les crises des personnages, puis nous verrons qu’il s’agit d’une crise familiale. Enfin nous verrons que c’est aussi une crise du langage. D’abord la crise personnelle on peut l’entendre de trois façons différentes. Les trois personnes qui peuvent être en crise dans cette pièce c’est le personnage, le spectateur ou encore l’auteur. Les personnages sont en crise, chez Lagarce, chaque personnages a sa propre crise personnelle. Louis est évidemment confronté à l’idée de sa mort prochaine, Suzanne se questionne sur son futur, va -telle partir va-t-elle rester. Antoine est aigris par ce rôle que la famille l’oblige a jouer et qu’il ne veut plus jouer mais qu’il continue a vouloir jouer. Chez Racine, Phèdre est déchiré par un amour coupable avec l’idée de le dire mais aussi de ne pas le dire. Chez Koltès, Roberto Zucco est mue par des pulsions meurtrières qui l’amène a tué sa mère pour qui il a des sentiments de tendresse. Chaque personnages traversent donc une crise. Cette crise des personnages pose la question de l’inscription tragique des pièce. La crise parce qu’elle suppose un changement qui va être définitif à son issue, elle va amener les personnages à alterner sans cesse entre espoir et désespoir. Le personnage est donc seul face à sa crise, seul face aux choix qu’induis cette crise et seul face aux forces qui le dépassent. Chez Racine encore, les forces qui dépassent l’être ce sont les passions, chez Koltès ce sont les pulsions meurtrières. Chez Lagarce en revanche, c’est le passé qui fonctionne comme une sorte de puissance qui pèse sur les personnages. Autre crise présente dans la pièce c’est la crise personnel de l’auteur. Dans Juste la fin du Monde on ne peut pas ne pas faire mention de la crise que traverse Lagarce au moment de l’écriture puisqu’il sait désormais qu’il est atteins de cette maladie : le Sida. En effet cette maladie qui dans les années 80 n’a pas de traitement et qui donc va amener l’auteur plus ou moins à la mort. Il y a donc une inscription autobiographique dans la pièce, que l’on retrouve aussi dans la mise en scène du rapport à la famille puisque Lagarce est dans la même situation que Louis. En effet, il vient d’une famille populaire, ouvrière et deviens celui qui est partis et celui qui a refusé la tradition du travail dans l’usine d’à côté pour devenir un artiste. Enfin »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles