Devoir de Philosophie

À propos de l'histoire de la philosophie (I).

Publié le 30/06/2022

Extrait du document

histoire

« Autour de l’historie de la philosophie (I) Par [email protected] “the whole of the history of Philosophy becomes a battleWeld covered with the bones of the dead; it is a kingdom not merely formed of dead and lifeless individuals, but of refuted and spiritually dead systems, since each has killed and buried the other’ (LHP, 17).”(2). "L’histoire de la Philosophie, au contraire, ne montre ni l’immobilité d’un contenu simple et complet, ni le mouvement continu d’une addition pacifique de nouveaux trésors à ceux déjà acquis. Il semble simplement offrir le spectacle de changements toujours récurrents dans le tout, qui finalement ne sont même plus connectés par l’objectif commun." (3). “La philosophie tourne autour des «problèmes philosophiques», et l’histoire de la philosophie est l’histoire de ces problèmes : de la façon dont ils naissent et on essaie d’y répondre, en se transformant en chemin, voire en disparaissant momentanément (enterrés par d’autres) pour réapparaître ensuite, sous un nouveau jour... Vue de cette façon, l’histoire de la philosophie est une discussion gigantesque autour d’un ensemble de problèmes, relativement identique et stable, auquel chaque philosophe de l’histoire apporte sa contribution, avec de nouveaux arguments.”(4) L'Academie, Rafael Sanzio. Il est essentiel que nous, les étudiants, n’ayons pas une idée d’ensemble de la philosophie. Autrement dit, nous n’avons pas de critère sur ce que la philosophie a fait pour nous. C’est pourquoi l’histoire de la philosophie insiste sur les philosophes et n’étudie pas les contextes. Cela arrive avec l’histoire de la philosophie comme avec les mauvais livres d’histoire que racontent les bataillons comme s’ils venaient de nulle part. Il y a, bien sûr, et c’est là un travail louable, l’histoire des guerres où l’on étudie les guerres indépendamment de leur contexte historique. Ces traités examinent en détail le déroulement et la stratégie des batailles considérées individuellement. Mais cela ne sera jamais une histoire et ne pourra jamais être qualifié comme telle. Mais c’est ce qui arrive à l’histoire de la philosophie. Du moins, comme me le présente le programme de mon université, l’UNED (Espagne). L’étude des philosophes n’est pas l’histoire de la philosophie. Mais ne soyons pas naïfs. Cela n’arrive pas par hasard. Ce que je pense maintenant n’est pas une découverte. Le siège de la connaissance qu’est l’université le connaît et occulte intentionnellement le discours de la philosophie. Quand nous voulons connaître le discours philosophique de Platon à Nietzsche »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles