Devoir de Philosophie

Comment concevez-vous les rapports de la mémoire et de l'intelligence ?

Extrait du document

B. L'intelligence trouve un auxiliaire précieux dans une mémoire rapide et fidèle. — a) Tout d'abord, le savoir, grâce auquel l'homme cultivé est capable de donner la raison des choses et passe ainsi pour intelligent, est conservé par la mémoire : qu'un ingénieur oublie subitement ce qu'il a appris et il sera incapable de donner de ces explications qui lui valaient

sa réputation d'intelligence.

« 120 PSYCIIOLOGIE b) Elle évoque plus il propos : la bonne mémoire est celle qui rappelle· les souvenirs utiles et laisse les autres dans l'inconscient; elle suppose· donc un choix qui demande une intelligence vive. c) Elle localise avec plus d'aisance : pour localiser, en effet, ~ous déve­ loppons le souvenir en faisant apparaître le second terme d'un rapport dont le premier seulement est conscient (ainsi : je me rappelle avoir discuté, sans me rappeler avec qui); mais percevoir les rapports est affaire d'intelligence et un individu intelligent reconstituera plus rapidement une scène et la localisera plus exactement que s'il était mal doué. Par ailleurs, B. L'intelligence trouve un auxiliaire précieux dans une mémoire rapide et fidèle. - a) Tout ù "abord, le savoir, grâce auquel l'homme cultivé est capable rlc donner la raison des choses et passe ainsi pour intelligent, est conservé par la mémoire : qu'un ingénieur oublie subitement ce qu'il a appris et il sera incapable de donner de ces explications qui lui valaient sa réputation d'intelligence. bl Ensuite, si des explications nombreuses se présentent 11 l'esprit au­ quel se pose une question, c'est que la mémoire évoque des cas analogues : le savant ne formerait pas tant d "hypothèses s'il ne se souvenait pas de ce qu'il a vu. c) Enfin, l'exercice même de l'intelligence lui donne une habitude du raisonnement et de la rigueur logique; or, l'habitude est une sorte de mémoire. Aussi une intelligence rapide est normalement accompagnée d'une bonne mémoire et ces mémoires insolentes d'individus médiocrement intelligents sont toujours déficientes par quelque point : ce ne sont pas de bonnes mémoires. CoNCLUSIO'.'i. -Notre esprit est un tout dont les différentes fonctions ne sont séparables que par un travail d 'abstration qui trahit la réalité : la mémoire nous aide à comprendre tout comme l'intelligence nous permet de nous mieux souvenir. AUTRES SUJETS SUR LA MEMOIRE Quelles sont les principales causes de l'oubli des souvenirs ? Est-il jamais total? (Caen, sept. 1947, Philo) Leibniz a dit : " Il reste touîours quelque chose dans notre esprit de toutes nos pensées passées, et aucune n'en saurait jamais être effacée complètement. » Discutez cette assertion. (Lausanne, sept. 1947, Philo; Strasbourg, juin 1946, Philo.) Le recul du passé nuit-il ou profite-t-il à la fidélité de la mémoire ? (Maroc, sept. 1947; Philo.) On veut vous faire donner la fameuse loi de RIBOT. Mais n'ayez pas l'air de le comprendre. Commencez par exposer la constatation commune de J'erfet destructeur dn temps sur les souvenirs. Puis signalez l'exception paradoxale des vieillards. Enfin, montrez que cette exception rentre dans la loi générale. Exnosez et discutez la théorie physiologique de la mémoire. !Rennes, juin 19.fü, Philo.) »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles