Devoir de Philosophie

Commentez et discutez le texte suivant : « Notre époque technique n'a fait qu'augmenter le besoin d'une culture générale solide... De plus en plus, les grands industriels et même les purs scientifiques, tendent à recruter des collaborateurs cultivés de préférence à des collaborateurs avertis : les se-conds, bien souvent, ne progressent guère au-delà de leur succès initial, alors que les premiers sont sus-ceptibles d'apprendre. » « La culture générale n'est nullement cette culture vaine qui permettait hier de citer Cicéron ou Plutar-que et qui consiste aujourd'hui, à parler avec une docte apparence, de fission, de fusion, de téléfission. Une telle science peut servir pour compenser des complexes d'infériorité ou pour s'évader du réel; mais sa condamnation est faite depuis longtemps. Cette fausse science n'a rien à voir avec la culture ni avec la vraie science. »

Extrait du document

technique

Le terme c hier «, introduit à dessein, indique claire­ment que la conception de la culture générale a changé. De nos jours, elle n'est plus ce qu'elle était autrefois. Tout laisse croire que le savoir a varié en contenu. Littéraire hier, il est aujourd'hui scientifique. La fausse culture d'hier consistait à pouvoir citer des philosophes latins ou grecs. Celle d'au­jourd'hui ne doit pas se résumer à parler d'un air savant de physique moderne.

 

Ces deux formes de culture générale sont actuellement dépassées. Elles ne sont plus que des pseudo-cultures, incom­patibles avec la science véritable.

« ----------------------------~·--···- Il.- ANALYSE ET EXPLICATION DU TEXTE. Celui-ci affirme d'abord, qu'il vaut mieux préférer un collaborateur cultivé à un collaborateur averti, parce que, le premier est susceptible d'évoluer et de progresser. n définit ensuite, la culture générale véritable convenant à notre époque et la distingue de la fausse. Il ne manque pas de signaler avec force le contenu de la culture authentique afin de mieux inciter à réfléchir sur ce qu'elle doit être en réalité. L'auteur commence par constater la nécessité d'une culture générale vraie, à notre époque. Il remarque qu'ac­ tuellement, les industriels éminents, les savants eux-mêmes ont tendance à rechercher plufôt des compagnons de travail cultivés qu'avertis. Il en donne la raison immédiatement : les esprits avertis sont, certes, bien informés, mais, déjà parvenus au terme de leur pouvoir d'acquisition intellectuelle. Ils ne pro­ gressent plus. Tout autres apparaissent les esprits cultivés. Ils sont c instruisables :. dans le sens où l'entend Rousseau. Ils possèdent l'aptitude à élargir leur horizon intellectuel de base, car ils ont appris à apprendre. Le reste du passage demeure centré sur la définition de la bonne culture générale. Le terme c hier :. , introduit à dessein, indique claire­ ment que la conception de la culture générale a changé. De nos jours, elle n'est plus ce qu'elle était autrefois. Tout laisse croire que le savoir a varié en contenu. Littéraire hier, il est aujourd'hui scientifique. La fausse culture d'hier consistait à pouvoir citer des philosophes latins ou grecs. Celle d'au­ jourd'hui ne doit pas se résumer à parler d'un air savant de physique moderne. Ces deux formes de culture générale sont actuellement dépassées. Elles ne sont plus que des pseudo-cultures, incom­ patibles avec la science véritable. 36- »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles