Devoir de Philosophie

En quel sens la science instruit-elle la raison ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

Plus généralement, l'observation ne nous fait rien connaître de plus que la succession phénoménale.L'argument de Hume est que nos sens ne nous font pas connaître les pouvoirs ou les forces que régissent les phénomènes physiques. L'observation d'un phénomène n'en contient pas la raison.Mais, si nos sens ne nous font pas connaître la raison des faits, le raisonnement seul n'en est pas capable non plus. Hume, dans l'argument exposé, présuppose que le raisonnement ne peut porter que dans les limites de ce que l'on peut connaître par observation. Par exemple,jamais la simple raison ne nous permettra de savoir qu'une chose est cause d'une autre au vu d'une simple succession.L'observation est en effet singulière, et la raison d'un fait n'apparaît qu'au terme de sa répétition. En dehors de la répétition observée d'une succession de phènoménes, rien ne permet d'affirmer que leur succession n'est pas aléatoire, "accidentelle" : il pourrait s'agir d'un simple hasard. Ainsi, aucun raisonnement ne vient suppléer à l'incapacité où est l'observateur d'un phènoméne unique d'en connaître la raison.Hume peut donc conclure : la réflexion et la puissance de raisonner ne sont d'aucun secours lorsqu'il s'agit de connaître les faits.

« Ensuite, on pouvait déterminer la problématique et faire apparaître le débat de l'empirisme et du rationalisme àl'endroit de la question de la causalité. Hume débute par une supposition : celle qu'un homme soit soudain transporté dans le monde. Une telle hypothèseest typique de la pensée empiriste, puisqu'elle oblige à réfléchir sur la manière dont l'esprit parvient à constituer desconnaissances à partir de sa seule présence au monde. Quand bien même on accorderait à un tel homme la capacité de réfléchir, c'est-à-dire, de s'abstraire de la situationprésente afin de la penser, cette capacité ne trouverait pas à s'employer. En effet, tout ce que pourrait faire un telhomme, c'est observer une succession d'objets. Peut-on même parler d'objet concernant une succession d'événements? Au niveau de la pure observation, il n'estmême pas sûr que l'on puisse avoir une représentation stable d'objets. A fortiori, on ne saurait découvrir dans le phénomène de la succession d'événements la relation de causalité qui peutêtre tenue pour sa structure. Plus généralement, l'observation ne nous fait rien connaître de plus que la successionphénoménale. L'argument de Hume est que nos sens ne nous font pas connaître les pouvoirs ou les forces que régissent lesphénomènes physiques. L'observation d'un phénomène n'en contient pas la raison. Mais, si nos sens ne nous font pas connaître la raison des faits, le raisonnement seul n'en est pas capable non plus.Hume, dans l'argument exposé, présuppose que le raisonnement ne peut porter que dans les limites de ce que l'onpeut connaître par observation. Par exemple, jamais la simple raison ne nous permettra de savoir qu'une chose estcause d'une autre au vu d'une simple succession. L'observation est en effet singulière, et la raison d'un fait n'apparaît qu'au terme de sa répétition. En dehors de larépétition observée d'une succession de phènoménes, rien ne permet d'affirmer que leur succession n'est pasaléatoire, "accidentelle" : il pourrait s'agir d'un simple hasard. Ainsi, aucun raisonnement ne vient suppléer à l'incapacité où est l'observateur d'un phènoméne unique d'enconnaître la raison. Hume peut donc conclure : la réflexion et la puissance de raisonner ne sont d'aucun secours lorsqu'il s'agit deconnaître les faits. Sans la réitération d'une observation ou d'une expérience, la raison ni la réflexion ne trouveraientà s'employer. Dans les limites d'une expérience singulière, nous ne pouvons être certains que de ce qui estimmédiatement présent à nos sens, ce qui ne fait pas encore une connaissance. Il n'y a de connaissance qu'à partir du moment où notre raison dégage la structure du phénomène, la raison de lamanifestation, et cette opération n'est possible que sur la base d'une expérience ou d'une observation réitérées. On aura reconnu là, à l'occasion d'une réflexion sur la causalité, une idée centrale de l'empirisme. Ce dernier ne niepas le rôle de la raison dans la connaissance, mais fait apparaître les considérations de son emploi légitime. Laconnaissance physique n'est le fait ni de l'observation immédiatement, ni de la raison immédiatement. On pouvait ici faire apparaître la nature conflictuelle de la thèse, le rationalisme, qu'il soit cartésien ou kantien,affirmant au contraire que la raison possède un pouvoir de connaître immédiatement à partir d'elle même, y comprisles phénomènes naturels. Par exemple, Kant, sans nier le rôle de l'expérience, considérait que la relation de causalité pouvait être connue parla simple raison, la répétition de l'observation ou de l'expérience n'étant pas requise. 2. La science et l'histoire de la raison. A. La notion d'obstacle épistémologique. L'histoire des sciences montre par ailleurs que sous le terme de raison se rangent non seulement des principes aussinets que les vérités logiques, mais aussi tout un monde de conceptions jugées évidentes constituant pour lascience autant d'obstacles épistémologiques qui l'entravent dans la compréhension de ses résultats. Par exemple,l'idée de force vitale sera l'un des obstacles que devra surmonter la biologie pour se constituer comme science. »

Le document : "En quel sens la science instruit-elle la raison ?" compte 4854 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document En quel sens la science instruit-elle la raison ?

Liens utiles