Devoir de Philosophie

Etre libre, est-ce pouvoir faire ce que l'on veut ?

Extrait du document

"Quand chacun fait ce qu'il lui plait, on fait souvent ce qui déplait à d'autres" (Rousseau, Lettres écrites de la montagne). Cette formule montre qu'il est naïf et dangereux d'identifier la liberté a une indépendance totale. "pouvoir faire ce que l'on veut" = aspect réducteur de la liberté.  Etre libre n'est-il pas plus exigeant qu'on ne le croit?  Problématique: Pour que la liberté existe vraiment, ne doit-elle pas plutôt concerner également chacun, c qui implique qu'elle soit limitée mais garantie par des principes communs? Ne s'agit-il pas alors fondamentalement d'agir de manière non pas dépendante mais autonome, en étant capable d'assumer nos actes?

  • I) L'indépendance absolue: un leurre?

1 ) La liberté comme puissance d'agir 2) L'idéal de l'indépendance absolue. 3) Une liberté "destructive d'elle même" (rousseau)

  • II) "Il n'y a point de libertés sans lois" (Rousseau).
1) De la (fausse) liberté naturelle a la 'vraie) lib. civile 2) De la loi du plus fort a la force des lois- la nécessaire prise en compte d'autrui. 3) de l'indépendance a l'autonomie  
  • III) L'enjeu: la responsabilité
1) Etre libre: vouloir faire ce que l'on peut 2) Le choix éclairé par la raison 3) être libre, faire ce que l'on doit?

« L'indépendance est une illusion dangereuse.Au contraire, être libre, c'est être autonome, et non pas indépendant.ce qui signifie que la lib. provient des lois A CONDITION que celles ci aient pour origine et pour fin le peuple, c'est-à-dire qu'elles soient de nature démocratique, et reconnues par tous.Rousseau: "l'obéissance qu'on s'est prescrite a la loi est liberté". III) L'enjeu: la responsabilité (synthèse: nous avons un devoir de liberté, être libre) une question de raison et de conscience.) 1) Etre libre: vouloir faire ce que l'on peut On parvient alors au renversement de la formule initiale."quand on veut, on peut" et "vouloir, c'est pouvoir".être libre n'est pas équivalent a une certaine puissance d'agir, mais revient a être capable de prendre des décisions.ce n'est pas en pouvant tout faire que je suis libre, mais en faisant le choix réfléchi aux Conséquence de mon choix,et en assumant ce choix. 2) Le choix éclairé par la raison Descartes critique la liberté d'indifférence. = preuve d'un manque de réflexion.au contraire, je suis libre dans le choix qui ne peut pas ne pas être fait.être libre n'est pas agir à la légère, mais se prononcer à la lumière de la raison? 3) être libre, faire ce que l'on doit? On en arrive à l'idée du devoir.Je suis libre quand j'agis en "connaissance de cause"autrement dit, je dois être déterminé par la connaissance du vrai et du bien. Conclusion Contrairement à la vision un peu négative et restrictive qui veut que la liberté des uns s'arrête ou commence celledes autres, on pourrait dire que ma liberté commence ou celle des autres commence: être libre, c'est d'abordaccepter qu'autrui le soit. C'est donc fondamentalement une question de réciprocité. En dernier ressort, c'estchacun qui est garant de la liberté (et des droits en général), et si les droits on été instaurés, c'est d'abord pourprotéger chacun contre lui-même.Faire son devoir est-ce renoncer à sa liberté ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles