Devoir de Philosophie

Explication de texte autour d'un extrait de l'ouvrage Le poète et l'activité de la fantaisie, de Sigmund Freud

Extrait du document

« Explication de texte autour d'un extrait de l'ouvrage Le poète et l'activité de la fantaisie, de Sigmund Freud Option 1 : A- Éléments d’analyse Expliquez l’expression « en tout homme se cache un poète ». Cela correspond-il à l’idée que nous nous faisons ordinairement de l’artiste ? Lorsque Freud évoque le travail du poète, il tente de le valoriser. Selon lui, l’inspiration créatrice du poète devrait se développer dès l’enfance et se maintenir. A travers sa réflexion, il soulève la question question de savoir de quelle nature doit être un homme pour devenir poète. Ainsi Freud affirme qu’« en tout homme se cache un poète», il écrit l’existence d’une partie créatrice en tout individu. L’utilisation du verbe « cacher » souligne sa croyance dans la vie inconsciente de l’homme. Chaque individu possède en lui les germes de la création qu’il ne faut pas bannir mais conserver, maintenir et développer. Dire qu’en tout homme se cache un poète, cela signifie que ce qui permet à un individu de devenir poète ou artiste est universellement partagé à « réduire l’écart entre leur particularité [de l’artiste] et l’essence humaine ». Contrairement à la croyance traditionnelle de l’artiste, individu original, ayant une contemplation autre du monde que la plupart des autres individus, Freud insiste sur l’idée que chacun a le potentiel de créer, d’activer son imaginaire et ne pas le dissimuler sous les carcans de la société. L’artiste (poète au sens de créateur) n’est pas un individu ici unique mais est une possibilité de création universelle, inconsciente de l’homme. Et pour montrer que chacun a en soi la capacité d’être un écrivain, il s’appuie sur le témoignage des écrivains euxmêmes, citant ici Dostoïevski, un auteur russe qui compte parmi les meilleurs écrivains au monde. Quelles sont d’après le texte les caractéristiques du jeu de l’enfant ? En quoi ressemble-t-il à l’activité du poète ? Dans ce deuxième paragraphe, Freud analyse le jeu de l’enfant comme portant « les premières traces d’une activité poétique ». Ainsi, Freud compare l’activité du poète au jeu de l’enfant. En effet, ce qui caractérise le jeu n’est pas son manque de sérieux. On aurait tendance, pourtant, à considérer que le jeu se définit comme une activité gratuite, désintéressée et non productrice, qui s’opposerait par exemple au sérieux du travail. Cependant quand l’enfant joue, il a la faculté de s’immerger, de s’engager dans son imaginaire ; il sait se calfeutrer dans un monde autre et s’investit pleinement dans cette activité qu’il »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles