Devoir de Philosophie

Explication de texte de Pascal - Pensées: La grandeur de l’homme

Publié le 23/02/2022

Extrait du document

pascal

« La grandeur de l’homme lui permet de connaître une élévation morale, intellectuelle, c’est une qualité exceptionnelle qui va susciter le respect, l'admiration chez l’autre. Blaise Pascal, philosophe du 17 ème siècle, va nous montrer, dans un des textes de son ouvrage Pensées rassemblant plusieurs de ses réflexions et de ses notes, que c’est elle, avec la conscience, la réflexion, qui va permettre à l’homme d’être supérieur à toute autre espèce de l’univers. Nous nous demanderons ce qui fait de l’homme un véritable homme, et comment celui-ci, grâce à la pensée, est supérieur à l’univers entier. Pascal nous présente d’abord ce ce qui fait que l’homme est grand, contrairement à la nature, en affirmant que c’est la pensée qui le permet. Puis il démontre sa supériorité sur l’univers entier, grâce, non pas à sa force physique, mais à sa réflexion, à sa tête, seul membre du corps réellement important qui le diffère ainsi de la nature, d’un animal. Enfin, Pascal affirme qu’il faut continuellement travailler sa conscience, son savoir, pour toujours avoir une longueur d’avance sur l’univers, et ne pas perdre cette force. Pour Pascal, il faut se savoir misérable pour pouvoir être grand. C’est ainsi que la grandeur de l’homme se fait, car il est capable de se rendre compte de sa propre misère, ce qui lui permet de s’élever moralement et intellectuellement. Un arbre ne peut donc avoir de la grandeur, puisqu’il ne se sait pas misérable. C’est ainsi que l’homme se différencie de la nature, par la connaissance de sa propre misère ; il est intellectuellement plus grand qu’un arbre, ou que n’importe quel autre être vivant qui n’a pas conscience de sa misère, de son état, de son sort qui inspire la pitié. Se savoir misérable inspire la pitié, mais c’est aussi se savoir être un être conscient de ce que nous sommes, qui fait de nous quelqu’un de grand. Être conscient de sa misère, c’est le savoir, le savoir, c’est posséder de la grandeur. La pensée fait que l’homme est grand, car elle lui permet de se rendre compte de sa misère, il en devient conscient, et en la reconnaissant il s’élève moralement et intellectuellement, et se différencie ainsi de la nature qui n’a pas conscience de la sienne et qui est donc inférieur à l’homme par son incapacité à penser, à se rendre compte de sa misère. Un homme de grandeur et donc un homme qui pense. Selon Pascal, l’homme n’a pas besoin de ses membres pour être un homme, mais ce n’en serait pas un s’il ne pouvait penser, s’il n’avait aucune conscience, aucun savoir. Penser se fait avec la tête, alors la tête est le membre le plus important pour faire d’un homme un vrai. Si l’homme ne pense pas, alors il ne peut reconnaître sa misère, et n’est par conséquent pas élevé intellectuellement, il serait alors au même niveau que la nature, qui n’a aucune conscience, ou qu’une brute, une personne d’une violence exagérée, avec une totale inculture, un manque de sensibilité qui la rapprocherait alors de l'animal dans son état le plus sauvage. Lorsque Pascal compare l’homme au roseau, une plante à tige »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles