Devoir de Philosophie

KANT: En quel sens peut-on dire que la raison affranchit l'homme de la nature ?

Publié le 01/07/2015

Extrait du document

kant

Une propriété de la raison consiste à pouvoir, avec l'appui de l'imagi-nation, créer artificiellement des désirs, non seulement sans fondements établis sur un instinct naturel, mais même en opposition avec lui ; ces désirs, au début, favorisent peu à peu l'éclosion de tout un essaim de

5 penchants superflus, et qui plus est, contraires à la nature, sous l'appella¬tion de « sensualité' «. L'occasion de renier l'instinct de la nature n'a eu en soi peut-être que peu d'importance, mais le succès de cette première tentative, le fait de s'être rendu compte que sa raison avait le pouvoir de franchir les bornes dans lesquelles sont maintenus tous les animaux, fut, chez l'homme, capital et décisif pour la conduite de sa vie.

KANT

1. sensualité : recherche du plaisir des sens pour lui-même.

QUESTIONS

1. Dégagez l'idée directrice et la structure de ce texte.

2. Expliquez :

a.  « créer artificiellement des désirs « ;

b.  « sa raison avait le pouvoir de franchir les bornes dans lesquelles sont maintenus tous les animaux «.

 

3. En quel sens peut-on dire que la raison affranchit l'homme de la nature ?

n Intérêt philosophique du texte L'intérêt philosophique de ce texte est double.

1.    Aspect « classique « du texte : la raison y est présentée comme faculté spécifiquement humaine de rompre avec le règne naturel. Cela signifie que tous les hommes la possèdent, mais sans exclusion de leur part « ani­male «. Elle est tout entière offerte à chacun, mais son usage peut être soit bon, soit mauvais. Dans la Sixième Proposition de l'Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique, Kant utilise une image pour expliquer cela : l'homme est fait d'un bois tordu et noueux, mais il a la capacité de se redresser et de devenir régulier. En cela, Kant se situe dans la lignée de Descartes : le « bon sens « est « la chose du monde la mieux partagée «, mais tous les hommes ne s'en servent pas à bon escient.

2.    L'éveil de la raison est une arme à double tranchant. Il rend l'homme capable du meilleur comme du pire. La sensualité, comprise comme pen‑

chant à la « superfluité «, en constitue un bon exemple et permet de souli­gner le second aspect, vraiment original, du texte. Car Kant ne se place pas du tout d'un point de vue moral. Son but n'est pas de condamner la sensualité, mais de montrer que cette faculté, que l'on aurait pu considérer comme spécifiquement animale, est en réalité l'apanage de l'homme. Même et peut-être surtout lorsqu'il est sensuel, l'homme est homme. On se trouve donc loin des clichés considérant Kant comme un rationaliste rigoriste.

kant

« 106 LA RAISON • imagination : elle désigne au sens premier la faculté de penser à partir d'images, perçues ou non à l'extérieur. Elle peut donc reproduire ces images ou bien en produire de nouvelles, en faisant entrer l'homme dans ce que Kant nomme le règne du« superflu». Elle est en quelque sorte un relais entre la raison et la sensibilité. • instinct naturel : il est ici opposé à la raison. Il désigne la faculté, com­ mune à tous les animaux, de préserver leur vie et leur intégrité corporelle (manger, boire, se reproduire, fuir devant le danger ... ). Mais cette faculté reste de l'ordre du besoin, enraciné dans le corps. Elle ne s'élève pas au registre du désir, qui est toujours mêlé de pensée ou, comme l'explique plus précisément Kant ici, de raison et d'imagination. • sensualité : il faut la distinguer de la sensation, qui désigne une affec­ tion de l'âme que l'on rapporte à un objet extérieur (la sensation de froid, rapportée à de la glace) ; de la sensibilité, qui permet la sensation (c'est une sorte de réceptivité de l'esprit) ; et du sentiment, qui ne se rapporte à aucun objet extérieur précis et désigne un état de l'âme (de la peine devant un paysage, par exemple). La «sensualité» définit ici une com­ plexification voire une perversion de la capacité de l'âme à ressentir du plaisir par les sens. Elle consiste à faire de ce plaisir une fin en soi. C'est pourquoi elle rompt avec l'instinct naturel, où le plaisir est le résultat de quelque chose d'autre, mais non l'objet direct de la recherche. Un exemple: si l'on éprouve une sensation de plaisir ou de satiété après avoir étanché sa soif avec un peu d'eau, on est dans le registre de l'instinct. Si on se surprend à rechercher tel millésime de vin pour partager un bon repas entre amis, on entre dans le règne de la sensualité. On le recherche non parce qu'on a soif, mais parce qu'on souhaite donner du plaisir à toute la tablée. • Intérêt philosophique du texte L'intérêt philosophique de ce texte est double. 1. Aspect « classique » du texte : la raison y est présentée comme faculté spécifiquement humaine de rompre avec le règne naturel. Cela signifie que tous les hommes la possèdent, mais sans exclusion de leur part « ani­ male ». Elle est tout entière offerte à chacun, mais son usage peut être soit bon, soit mauvais. Dans la Sixième Proposition de l'Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique, Kant utilise une image pour expliquer cela : l'homme est fait d'un bois tordu et noueux, mais il a la capacité de se redresser et de devenir régulier. En cela, Kant se situe dans la lignée de Descartes : le « bon sens » est « la chose du monde la mieux partagée », mais tous les hommes ne s'en servent pas à bon escient. 2. L'éveil de la raison est une arme à double tranchant. Il rend l'homme capable du meilleur comme du pire. La sensualité, comprise comme pen- »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles