Devoir de Philosophie

La beauté sensible est-elle une preuve de l’existence de Dieu?

Extrait du document

dieu

La beauté du monde est souvent cachée parce que nous sommes devenus insensibles à cette beauté. Les laideurs des fabrications humaines ou la laideur de notre âme nous la masque et, comme l'écrivait Nietzsche, «il y a dans le monde beaucoup de fange» mais «ce n'est pas assez pour en faire un monde fangeux!»

 

[Ainsi parlait Zarathoustra). Cette beauté du monde, nous pouvons l'apercevoir et l'aimer quand nous sommes suffisamment attentifs, de

cette attention dont Malebranche disait qu'elle est la prière que l'esprit adresse à la vérité. Pour Simone Weil, la contemplation de la nature et de ses spectacles les plus grandioses (montagnes, mers, astres) élève l'âme au-dessus de sa médiocrité ordinaire et lui révèle ce que Kant appelait «la sublimité de notre destination» [Critique de la faculté de juger). Alors, le sentiment de la beauté manifeste la présence de Dieu.

« La beauté n'est pas une garantie de perf ectio n ·~[·]~· La beauté sensible peut nous induire en erreur. Elle n'est pas toujours l'indice de la pureté et du bien. Elle cache quelquefois la perversité et le mal qu'un regard attentif découvre partout dans le monde. Il ne faut pas se fier aux apparences L e sens commun n'a pas tort de nous mettre en garde contre les séductions de l'ap- •C ' est la sagesse de se rendre compte qu'H '1 a dans le monde beaucoup de choses qui sentent mau · vais .• Fri edrich Nietzsche , Ainsi parlait Zarathoustra parence. La bea uté sen­ sible ne doit pas faire illu sion et Simone Weil le dit elle-même: «Une chose belle ne contient aucun bien. { ... ) Elle est une promesse et non un bien.» Or, rien ne nous garantit que la promesse sera tenue. La beauté sensible nous signif ie l'amour, mais c'est bien souvent trompeur. Le monde n'est pas une harmonie L a beauté sensible est trop éphémère pour témoigner d'un Dieu par· fait, d'autant plus que le monde est souvent laid. Dire que le monde est un ensemble har­ monieux dont la beauté résid e dans l'accord des parties et que cet ordre manifeste Dieu , c'est avoir les yeux fermés. Un br ef regard sur le monde nous pe rsuade que rien dans la C réa - tion n'exp rime une qu elco nque perfec­ tion . Il y a des beautés perverses L a beauté sensible n'est pas nécessai­ rement l' indice de Dieu , ce la peut être la b ea uté qui séd uit et éloi gn e de s vraie s valews. Telle est la beauté de la «femme fatale» qui entraîne l 'homme à sa perte. Telle est la beauté de don Juan qui détruit par jeu. Telle est la beauté du feu qui éclaire et réchauffe ... mais qui brûle. Si le mo n de éta it réellement beau, sa beauté nous révélerait la pré­ sence de Dieu. Mais le mond e n'est pas beau, et la beauté sensible n'est souvent qu'une apparence trompeuse et un maquillag e. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles