Devoir de Philosophie

[La conscience, juge intérieur permanent] KANT

Voir sur l'admin

Extrait du document

conscience [La conscience, juge intérieur permanent] « Tout homme a une conscience et se trouve observé, menacé, de manière générale tenu en respect (respect lié à la crainte) par un juge intérieur et cette puissance qui veille en lui sur les lois n'est pas quelque chose de forgé (arbitrairement) par lui-même, mais elle est inhérente à son être. Elle le suit comme son ombre quand il pense lui échapper. Il peut sans doute par des plaisirs ou des distractions s'étourdir ou s'endormir, mais il ne saurait éviter parfois de revenir à soi ou de se réveiller, dès lors qu'il en perçoit la voix terrible. Il est bien possible à l'homme de tomber dans la plus extrême abjection où il ne se soucie plus de cette voix, mais il ne peut jamais éviter de l'entendre. Cette disposition intellectuelle originaire et (puisqu'elle est la représentation du devoir) morale, qu'on appelle conscience, a en elle-même ceci de particulier, que bien que l'homme n'y ait affaire qu'avec lui-même, il se voit cependant contraint par sa raison d'agir comme sur l'ordre d'une autre personne. Car le débat dont il est ici question est celui d'une cause judiciaire (causa) devant un tribunal. Concevoir celui qui est accusé par sa conscience comme ne faisant qu'une seule et même personne avec le juge, est une manière absurde de se représenter le tribunal ; car s'il en était ainsi l'accusateur perdrait toujours. - C'est pourquoi pour ne pas être en contradiction avec elle-même, la conscience humaine en tous ses devoirs doit concevoir un autre (comme l'homme en général) qu'elle-même comme juge de ses actions. Cet autre peut être maintenant une personne réelle ou seulement une personne idéale que la raison se donne à elle-même. » Kant.

Voici un texte très clair, dans lequel Kant définit avec précision la notion de conscience morale: un juge intérieur de nos actes, propre à notre être, qui finit toujours par se faire entendre. Ainsi, selon KANT, il n'est pas possible de s'affranchir de la conscience morale, qui est porteuse non seulement des notions de bien et de mal, mais aussi de tout l'arsenal juridique (les lois) qui les soutiennent dans la société.

Articulation des idées
 
 
• Un constat : Tout homme a une conscience, c'est-à-dire un juge intérieur.
 • Analyse de cette conscience (ses caractéristiques)
 — Elle est permanente (on peut essayer d'échapper à sa voix, mais on ne peut la faire taire, on ne « peut jamais éviter de l'entendre «).
 — Elle est la représentation du devoir dicté par la raison (elle dit ce que l'on doit faire).
 — Elle se donne comme le jugement d'une autre personne.
 • Conclusion : La conscience morale a une valeur universelle (elle peut s'appréhender comme le jugement de la raison de « l'homme en général «), puisqu'elle se pose toujours comme autre que la personne en qui elle parle.

« est privat-dozent de l'Université de sa ville natale, puis il est nommé professeur extraordinaire de mathématiques etde philosophie. En 1770, il devient titulaire de la chaire de logique et de métaphysique. Il vécut dans une demi-retraite pendant onze ans ; puis, commença la publication de ses grands livres, les trois Critiques. La Révolutionfrançaise l'enthousiasma, et l'on raconte qu'il ne se détournait de sa promenade, minutieusement réglée, que pouren aller apprendre les nouvelles. Il fut, en 1793, réprimandé par Frédéric-Guillaume II pour deux ouvrages sur lapolitique et la religion. A la mort du Roi, il reprit sa plume et dévoila l'affaire. Kant mourut le 12 février 1804, aprèsune très longue agonie. — A ses débuts, Kant fut un disciple de Leibniz et de Wolff. Il considère la science commeun fait, dont la possibilité, plus que l'existence, doit nous préoccuper. La lecture de Rousseau lui fait aussiconsidérer la moralité comme un fait. Nous retrouvons, en conclusion du système kantien, comme postulats, lescroyances dont Kant a ruiné la valeur dogmatique. Lui-même a défini son entreprise ainsi : « J'ai remplacé le savoirpar la foi. » — Le monde sensible est seul donné à notre expérience et à notre connaissance : ce sont les faits, lesdonnées de la sensation. Le monde intelligible est une« illusion théorique». Le pouvoir de la raison pure est illusoire.Les principes de l'entendement pur ne sont pas applicables aux noumènes, mais seulement aux phénomènes ; c'estla dialectique transcendante. La raison doit reconnaître ses propres limites ; limiter la raison, c'est réaliser sonobjectivité. — La connaissance se ramène à deux éléments : le monde sensible, ou phénomènes liés à l'espace et autemps et le monde intelligible, ou chose en soi, noumènes, pur objet de pensée. L'intuition et le concept sont lessources de la connaissance. — Mais, intellectuellement, il nous est impossible de parvenir à la connaissance dumonde intelligible. — L'espace et le temps sont les conditions de toute connaissance ; pour qu'un objet possède uneréalité objective, il faut qu'il soit placé dans l'espace et le temps. L'espace et le temps sont les formes a priori detoutes les données empiriques. C'est ce qu'analyse Kant dans son esthétique transcendantale ou analyse de lasensibilité. Les représentations données par ces deux éléments sont liées entre elles par la raison finie, à l'aide descatégories, ou principes de l'entendement pur. Les catégories (analytique transcendantale) qui dessinent les limitesde la vérité, sont les produits d'une force et non pas l'attribut d'une substance. Elles sont posées à l'occasion del'expérience, mais la dépassent. La quantité, la qualité, la relation et la modalité sont les classes de jugement ;chaque classe renferme trois catégories (concepts fondamentaux a priori de l'entendement pur). Quantité : unité,totalité, pluralité. Qualité : réalité, négation, limitation. Relation : substance, causalité, réciprocité. Modalité :possibilité, existence, nécessité. — L'analytique et la dialectique constituent la logique transcendantale. La raison aune destinée pratique, une faculté d'agir. Si la raison pure théorique est illusoire, la raison pure pratique est infaillibleElle est liberté, elle se donne à elle-même ses propres règles morales, qui définissent son autonomie. — Il y a enl'homme une tendance naturelle au désordre et au péché : cette tendance est servitude. La liberté devient donc uncommandement, un impératif à nous adressé ; elle est la raison d'être de la règle morale. Le devoir, loi imposée parla raison à la volonté, est la façon que nous avons de connaître la liberté. L'impératif (le la moralité est catégorique,absolu, inconditionnel, universel. « Agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée par ta volontéen une loi universelle. » Cette maxime de l'action a pour objectif une fin en soi, qui est l'être raisonnable.« Agis detelle sorte que tu traites toujours l'humanité, en toi-même et en autrui, comme une fin et jamais comme un moyen.» Dans ce monde idéal, cette république des fins, « chaque citoyen serait à la fois législateur et sujet ». Donc, «agis comme si tu étais législateur et sujet dans la république des volontés libres et raisonnables ». — L'homme étantnaturellement porté vers le désordre, ne peut accomplir ces impératifs catégoriques qu'imparfaitement. De cetteimperfection, naît le conflit religieux. Aux principes généraux de la raison pratique, sont liés des postulats. «L'existence de Dieu et l'immortalité de l'âme sont les postulats qui garantissent à la raison pratique l'utilité de soneffort. La croyance rétablit ce dont la raison pure théorique n'avait pu fournir aucune preuve valable. » — Kantanalyse d'autre part la notion du beau et la notion de la finalité. Le beau est ce qui plaît universellement sansconcept ; c'est aussi une finalité sans fin. L'idée de finalité a une valeur subjective ; le principe théologique a unenécessité entièrement relative à la constitution de notre esprit, qui pose ce principe : « Rien n'existe en vain. » —Kant demeure l'un des plus grands philosophes de tous les temps ; son influence fut considérable au rixe siècle, etse poursuit de nos jours. On ne peut désormais plus se livrer à des études philosophiques sans rencontrer, d'unefaçon ou d'une autre, la pensée de Kant. »

Le document : "[La conscience, juge intérieur permanent] KANT" compte 4033 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document [La conscience, juge intérieur permanent] KANT

Liens utiles