Devoir de Philosophie

La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ?

Publié le 05/03/2004

Extrait du document

L’homme conscient est considéré comme celui qui agit tout en le sachant. Ainsi la conscience installe l’individu dans le monde, et lui permet de prendre position. L’homme, toujours devant le monde, doit s’efforcer de le connaître, de le juger ou de le transformer. Il paraît donc avoir une place insigne dans le monde, et pense alors que ses actes, ce qu’il fait, ne sont que les produits de sa liberté. Mais de nombreux penseurs ont présenté le caractère inconscient des actions produites par l’individu. Par conséquent, l’homme subit de nombreuses déterminations dont il n’a pas conscience, déterminations qui s’éclairent à travers l’ignorance, la passion, le social et l’inconscient. C’est au regard de ces origines mal comprises qu’on présentera le caractère toujours aveugle de la fatalité des actions accomplies par l’homme. La notion d'inconscient introduit-elle la fatalité dans la vie de l'homme ?

 

  • I) L'inconscient est une fatalité.

 

a) L'inconscient est une fatalité intérieure. b) Il y a des conduites d'échec. c) Nous sommes victimes de notre inconscient.

 

  • II) L'inscient n'introduit pas la fatalité dans la vie de l'homme.

 

a) L'inconscient c'est moi ! b) On peut se libérer de ses pulsions. c) La liberté contre le déterminisme inconscient.

.../...

« Introduction L'homme conscient est considéré comme celui qui agit tout en le sachant.

Ainsi la conscience installe l'individu dans le monde, et lui permet de prendre position.

L'homme, toujours devant le monde, doit s'efforcer de leconnaître, de le juger ou de le transformer.

Il paraît donc avoir une place insigne dans le monde, et pense alors queses actes, ce qu'il fait, ne sont que les produits de sa liberté.

Mais de nombreux penseurs ont présenté le caractèreinconscient des actions produites par l'individu.

Par conséquent, l'homme subit de nombreuses déterminations dont iln'a pas conscience, déterminations qui s'éclairent à travers l'ignorance, la passion, le social et l'inconscient.

C'est auregard de ces origines mal comprises qu'on présentera le caractère toujours aveugle de la fatalité des actionsaccomplies par l'homme.

I.

De la passion à l'aliénation.

a. La philosophie est véritablement née à travers la figure de Socrate .

Celui-ci tentait, par la puissance du dialogue, d'exhorter ses interlocuteurs à se connaître eux-mêmes.

Il procédait ainsi par le moyen de la« maïeutique », moyen permettant « d'accoucher les esprits ».

Socrate alors déstabilisait chacun dans sescertitudes profondes.

Il permettait à l'autre de retrouver en lui ce qu'il avait déjà, et ainsi de connaîtrevéritablement les raisons de ses actes.

Car le plus souvent les hommes produisent des actes méchants parignorance, d'où la célèbre formule : « nul n'est méchant volontairement ».

Il est affirmé en ce sens que les hommesn'écoutent pas toujours la partie la plus noble de leur âme, la raison, qui leur permettrait de tendre à l'Idée de Bien.En effet, ils s'arrêtent souvent à leurs appétits, et ne voient pour leur bien que la satisfaction de leurs désirs.

Ainsile désir, la passion, est une des causes de la fatalité de l'ignorance en l'homme.

b.

Même si la raison s'emploie souvent à dompter, à éradiquer la passion, il apparaît que la raison aussi se nourrit de passions.

Ainsi, les hommes font l'histoire, selon Hegel , en poursuivant leurs intérêts et leurs passions.

Les hommes sont ainsi les jouets inconscients de l'Esprit qui les dépasse et qui suit son cours historique.

Car l'universel(esprit) doit se réaliser par le particulier : « rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion » (Hegel, La Raison dans l'histoire ).

Les passions, les intérêts particuliers réalisent donc l'universel.

Ainsi l'homme régit par une passion peut, sans en être conscient, accomplir l'universel.

c.

Avec Marx , c'est l'existence sociale qui détermine les actions des hommes, leur conscience.

Ainsi, toujours pensant agir librement de son propre chef, l'homme s'avère n'être que leproduit de sa place qu'il occupe dans les rapports sociaux tendant à laproduction : « Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leurexistence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leurconscience » (Marx, Avant-propos à la Critique de l'économie politique , 1859).

Les conditions matérielles de l'existence sont responsables, selonMarx, des inégalités parmi les hommes, et de leurs effets, comme l'aliénationd'un ouvrier qui ne sait pas réellement le produit sur lequel il travaille.

II.

le déterminisme en sociologie et en psychanalyse a. Le sociologue P.

Bourdieu présentera (cf.

La distinction ), avec le terme « habitus », les caractères innés et acquis en l'homme.

L' habitus est une incorporation des règles qui régissent tel ou tel « champ » social, quel'homme reproduit sans cesse.

Ainsi, il y a des habitus différents selon qu'on est issu du monde ouvrier ou du monde bourgeois.

Chaque classe sociale ases habitudes bien ancrées en chaque individu issu d'elle.

L' habitus est un système de comportements permettant à chacun de se mouvoir « comme unpoisson dans l'eau » à l'intérieur de sa classe social.

L' habitus comprend donc une part d'inné (héritage culturel issu des parents) et une part d'acquis(héritage culturel qu'on se forge soi-même).

D'où le fait que pour cet auteurun enfant de professeur aura plus de facilité à l'école qu'un enfant d'ouvrier. Chacun vit ainsi sans connaître ce qui le détermine réellement, et la liberté ne peut s'acquérir que si on connaît lesdéterminations qui font qu'on soit ainsi.

b.

Admettre l'existence de l'inconscient revient donc à réfléchir sur une prétendue maîtrise de ses actes, et à. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles