Devoir de Philosophie

la recherche philosophique implique t-elle le devoir de tolérance ?

Extrait du document

Exiger : sorte d’impératif, il y a une revendication

Exigence de la vérité : la vérité a des exigences

Tolérance : accepter les idées d’autrui, on admet des comportements différents

Quelle est la limite de la tolérance ? A quel point acceptons les différences ? Est-ce que la

tolérance est établie à partir de critères subjectifs ? Est-ce qu’à tout tolérer on détruit la

tolérance ?

Paradoxalement, on peut définir l’intolérable. Dire qu’il y a intolérance, c’est cesser de

tolérer. La liberté de croire suppose la tolérance.

La tolérance se définit comme une indulgence, une condescendant à l’égard de l’erreur c’est-

à-dire face à l’attitude passive. La tolérance est liée à la question de la sincérité (= phénomène

de sécularisation).

La contrainte est une action intolérable et inutile. Il faut suivre sa conscience car même

l’erreur à un droit d’être. L’intolérance n’est plus une simple condescendance à l’égard de

l’erreur, ce qui est intolérable c’est de déclarer quelqu’un comme dans l’erreur.

« C’est la vérité qui dépend des lois logiques de la pensée, du discours cohérent. Dans un discours, il ne faut pas glisser d’un sens à l’autre, il faut maîtriser le sens des termes. Tous les discours et pratiques doivent se soumettre à la question de la vérité, à l’instance de la vérité. La vérité matérielle est la correspondance entre ce que l’on pense et ce que l’on dit d’une part et ce que l’on fait d’autre part. la vérité matérielle suppose la vérité formelle donc c’est un discours contradictoire. La vérité est du domaine du nécessaire et de l’universel. B) un risque de dogmatisme Chaque système philosophique prend le risque de se crisper sur sa propre position. Chaque philosophie prétend avoir raison. II- Il n’y a que des vérités A) valeur du scepticisme Pour la conscience sceptique toute pensée peut se changer en une autre, il y a un commencement du monde. Toute contenue de pensée est finalement limitée. Elle est certaine d’elle car elle doute de toutes les autres pensées. La valeur du scepticisme est donc la certitude d’elle-même du au doute du reste. B) limite et impasse du scepticisme Le relativisme est le fait que chacun à sa vérité et que tout à la même valeur. On s’en tient à l’autorité des discours qui se légitime. C) refuser l’exigence de la vérité, ce n’est pas pour autant avoir le souci de la tolérance Ce n’est pas celui qui cherche la vérité mais le faux. L’intolérance ne peut être l’exigence. La liberté de conscience n’est pas l’acceptation de tous les discours, les opinions. III- a quelles conditions y’a-t-il compatibilité ? A) penser ce que l’on veut et dire ce que l’on pense Exiger, c’est reconnaître sa propre faiblesse, ses erreurs. Autrui à le droit de penser ce qu’il veut et de le dire quelles que soit son opinion même si elles sont fausses à nos yeux car il y a une liberté de l’erreur. B) combattre les pensées qu’on estime fausses Il faut prouver qu’autrui dit faux et il faut un discours qui démontre et donc communicable où l’on retrouve l’exigence de la vérité. Le discours doit se soutenir lui-même. C) un tel discours à des conditions politiques et éthiques Il faut dialoguer pour éviter le conflit d’opinions. La vérité est l’affaire du discours. Il peut y avoir confrontation mais pas conflit. La vérité cherche à être dans le vrai et non dans l’erreur car il faut utiliser des discours rationnels. L’argumentation devient une démonstration pour convaincre donc on est dans le domaine du nécessaire. Tout dialogue à des conditions politiques. Il existe des critères de la vérité. Conclusion : Tolérer, ce n’est pas tenir pour vrai n’importe quel intérêt du discours mais c’est reconnaître pour autrui la liberté entière de penser par soi-même et d’exprimer son opinion quelqu’il soit. En même temps, cette tolérance en appelle au jugement de chacun et pose une vérité universelle et accessible par la raison comme quoi l’exigence éthique de la vérité n’est pas compatible avec le souci d’être intolérable mais le présuppose. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles