Devoir de Philosophie

La violence est-elle l'échec de la justice ?

Extrait du document

justice

Cependant, bien que la violence ne puisse totalement provenir de l'échec de la justice, en particulier si l'on entend par justice une institution juridique commune, il est évident qu'elle peut y contribuer, ou en tout va l'encourager. En effet, le laxisme de la justice peut nourrir la violence en ne la sanctionnant pas réellement. En 1923, Hitler est condamné à cinq ans de forteresse après avoir tenté un coup d' Etat à Berlin.  Cependant, il ne purge pas totalement sa peine et sort au bout d'un an seulement d'emprisonnement. Ceci peut signifier, selon la façon d'interpréter, que la violence ne nécessite pas de réelle sanction. Sans aller jusqu'à dire que la violence est l'échec de la justice, nous pouvons envisager que la justice contribue dans certains cas à autoriser la violence.

            Par ailleurs, on ne peut certifier que la justice sanctionne toute forme de violence. Lorsque l'on s'intéresse aux manifestations de violence dans le monde entier, on constate qu'elles ne sont pas sanctionnées . La guerre en Iraq, qui oppose les Etats Unis aux Irakiens, entraine une terrible violence, autorisée par la justice, puisque tout pays a le droit de déclarer la guerre à un autre.  Alors que la violence exercée par un individu sur un autre lors d'une simple  bagarre est examinée par la justice et condamnée, la violence provoquée  par une guerre semble légitime. Dans ce cas, la violence peut apparaître comme l'échec de la justice au sens où la justice internationale, universelle, ne suffit pas à l'empêcher. Il est alors possible de penser que la violence rencontrée  chaque jour dans notre société est due à notre « mauvais exemple « de la justice des Etats. 

Liens utiles