Devoir de Philosophie

Le bonheur est il la fin de toute action humaine ?

Extrait du document

ultime, dernier, opposé à initial. b) Cause finale : qui provoque ou explique un fait à la manière d'un but à atteindre, ou comme moyen par rapport à une fin ; opposée à cause efficiente ; cf. cause, finalisme, téléonomie. 7. - Finalité. : a) Fait de posséder une fin, une signification, d'être organisé selon un dessein, un plan ; on distingue : la finalité externe qui a pour fin un être autre que celui dont il est question ; la finalité interne à un être dont les parties sont considérées réciproquement comme moyen et fin (cf. un organisme) ; la finalité immanente qui résulte de la nature et du développement de l'être même (adaptation du vivant à son milieu) ; la finalité transcendante qui est réalisée dans un être par l'action qu'exerce sur lui un autre être. b) Principe de finalité : la nature ne fait rien en vain, c.-à-d. tout être a une fin ; d'où, à l'inverse, l'idée d'une preuve de l'existence de Dieu à partir de l'existence de la finalité dans la nature ; cf.

Déjà Pascal observait: "tous les hommes recherchent d'être heureux, cela sans exception; quelques différents moyens qu'ils y emploient, ils tendent tous à ce but". Aussi, le bonheur, point focal de toute existence humaine, ne semble pas nous être dû de droit, mais paraît procéder d'une insatiable recherche d'un "mieux et plus d'être", d'une inlassable maturation spirituelle. Mais, qu'est-il? Dans une acception classique, un état de complète satisfaction remplissant et submergeant toute la conscience. Mais, le problème est de savoir s'il nous est possible d'atteindre un tel état? Si cette félicité est bien la fin dernière et suprême de l'exister humain? Et, si le bonheur n'est pas une entité aporique, une invention chimérique, une vue de l'esprit irréalisable?  Dans bonheur, il y a heur, c'est-à-dire ce qui m'arrive, l'avènement: du bien ou du mal; ce peut être bonheur; mais ce peut être aussi malheur. S'il y a bon dans bonheur, c'est qu'il y a Bien, et s'il y a Bien, c'est qu'il y a vertu. Comment lier vertu et bonheur?  Si tous les hommes désirent le bonheur, il leur est difficile de déterminer avec une certitude complète ce qui pourrait les rendre heureux. Le plus souvent, ils entendent par « le bonheur « la satisfaction absolue et s'imaginent que seule la possession de ce qui leur manque pourrait les combler.  Lorsque Saint-Just affirmait : « Le bonheur est une idée neuve en Europe «, il voulait sans doute souligner par là que, dans les démocraties, tous les obstacles au bonheur du corps social, qu'ils soient économiques ou social, pouvaient être levés. On constate toutefois que si les progrès scientifiques et techniques et plus généralement l'oeuvre civilisatrice ne sont pas sans valeur dans la quête du bonheur, car ils permettent la satisfaction des besoins et des goûts de l'homme, un plus grand développement de ses talents et de sa personnalité, ils n'impliquent pas le bonheur. On peut se demander, dès lors, si le bonheur n'est pas, pour chacun de nous, un idéal de l'imagination irréalisable et s'il constitue la véritable destination de l'humanité.

« valeur dans la quête du bonheur, car ils permettent la satisfaction des besoins et des goûts de l'homme, un plusgrand développement de ses talents et de sa personnalité, ils n'impliquent pas le bonheur. On peut se demander,dès lors, si le bonheur n'est pas, pour chacun de nous, un idéal de l'imagination irréalisable et s'il constitue lavéritable destination de l'humanité. Discussion : Aristote, La Politique : "Tous les hommes aspirent à la vie heureuse et au bonheur, c'est là une chose manifeste." Ilreste cependant à s'interroger sur la nature du bonheur, est-il collectif ou est-il individuel ? Car on est confronté àdeux différentes perceptions de la vie en société : une perception antique qui considère l'homme dans un ensembleet une conception contemporaine qui considère l'homme comme individu. Ainsi qu'elle serait la place du bonheur dansces deux formes de vies bien distinctes ? Première partie : le bonheur collectif On voit que les différents régimes politiques ne parviennent à approcher la question du bonheur des citoyens qu'enlégiférant c'est-à-dire en permettant de résoudre les disparités les plus criantes en concédant certains avantagesmatériels ou économiques. Le problème se trouve donc toujours quelque peu déplacé : "Le mythe du bonheur estcelui qui recueille et incarne dans les sociétés modernes le mythe de l'Égalité." J. Baudrillard, La société deconsommation.En outre la question du bonheur collectif, même si elle se heurte aux limites que l'on vient de mentionner ne peutmanquer d'être sérieusement prise en considération : "Il y a une espèce de honte d'être heureux à la vue de certaines misères." La Bruyère, Les Caractères. Oncomprend d'abord que la jouissance individuelle est difficilement permise quand domine la souffrance alentour.Aristote, La Politique : « Ce n'est pas seulement en vue de vivre, mais plutôten vue d'une vie heureuse qu'on s'assemble en une cité.» Il s'agit donc bienici de souligner l'importance de créer une collectivité qui se réunit dans unmême but : le Souverain Bien. Comme si on ne pouvait pas concevoir lebonheur individuellement et qu'il ne pouvait justement pas exister hors de lacité. Par conséquent, le bonheur semble être la chose vers laquelle toutcitoyen tend, et vers laquelle toute action humaine (notamment celle de seréunir en une cité) est dirigée. Aristote souligne précisément cette volontéconsciente et inconsciente d'être perpétuellement heureux au sein d'une cité.Pourtant la conquête des sociétés modernes semble être la placeprépondérante qu'elles attribuent à l'individualité, ainsi chacun doit êtrecapable de trouver son bonheur tout seul. Et puisque l'individualité sembleêtre une valeur bénéfique pour tous alors à quoi bon s'occuper du bonheurd'une population entière ? Si le bonheur devenait un problème public, alors, enun sens la société concernée ne serait plus individualiste, puisqu'elle sous-entendrait qu'elle a pour rôle de rendre les gens heureux. Deuxième partie : L'individualisme Ainsi la société enfante des hommes, mais elle est n'est pas contrairement à une mère, préoccupée par leur avenir.Chacun doit s'occuper de son propre bonheur, tout en restant bien dans les limites qui lui sont instaurées.« Tout homme est capable de faire du bien à un homme; mais c'est ressembler aux dieux que de contribuer aubonheur d'une société entière. » Lettres persanes, Montesquieu. La société n'a pas cette puissance de la divinité etelle ne peut mettre en oeuvre que des outils imparfaits ou utiliser des méthodes relativement inefficaces.Jean Onimus, Bonheurs, bonheur : « Or notre civilisation individualiste, en fondant le bonheur collectif sur l'égoïsmedes individus, et la richesse générale sur la concurrence des intérêts particuliers, n'a guère favorisé cette ouverture.Chacun vit séparé, méfiant, conscient de ses droits, cloîtré dans son privé, et considère le voisin comme unétranger, peut-être un concurrent, voire un adversaire. » Ainsi le bonheur pourrait être un problème public si lemalheur des uns pouvait affecter le bonheur des autres. Seulement il semble que dans les sociétés modernes cetterelation n'existe pas, bien au contraire, puisque l'on a pour habitude de dire « ce qui fait le malheur des uns, fait lebonheur des autres ». Ce proverbe illustre bien quel rapport nous entretenons entre individus d'une même société.Loin d'être de la solidarité, il s'avère être une compétition dans la recherche du bonheur. Ainsi lorsque quelqu'un estmalheureux c'est en quelque sorte un concurrent de moins dans cette quête, et un peu plus de joie pour soi-même.En aucun cas, si je convoite la place de mon voisin, je ne peux souhaiter sa réussite. Ainsi lorsque Bakounine disait« ma liberté personnelle ainsi confirmée par la liberté de tous s'étend à l'infini » ne semble pas pouvoir s'appliquer aubonheur. Si dans le principe de la liberté, il est nécessaire qu'il n'y ait pas un homme en esclavage pour que lesautres soient libres, il est au contraire nécessaire que beaucoup soient malheureux pour que peu soient heureux. Lebonheur des uns passe donc avant tout par le sacrifice des autres. Cependant, même si le bonheur de certains,nécessite le malheur des autres, il reste tout de même indéniable qu'il est le centre de toutes les activités et detoutes les pensées. Il est la raison même de la vie. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles