Devoir de Philosophie

Le désir est-il toujours l'expression d'un manque ?

Extrait du document

Le désir, cette notion extrêmement complexe semble être le propre de l'Homme, en effet, contrairement à la bête qui elle se contente de combler ses besoins vitaux, l'Homme court après des désirs infiniment variés. Nous avons en effet tous les mêmes besoins ( à peu de choses près ), mais nos désirs nous différencient les uns des autres par leur extrême variabilité. En son infinité et son indétermination, le désir se démarque clairement du besoin même s'il peu s'y mêler. Mais cette définition – succincte - Nous amène à nous demander – s'il peut se mêler à la notion de besoin et donc de quelque chose à satisfaire – si le désir n'est pas, dans tous les cas de figure, l'expression d'un manque ? Cela sous-entendrait que le désir serait toujours issu d'une sensation de manque, de vide à combler et à cela, nous répondrons en suivant trois axes principaux : le désir, ou la réponse à une permanente insatisfaction; en second axe : de la puissance issue du désir; et en troisième axe : le désir comme faisant partie intégrante de l'homme. A l'origine, le désir est issu d'un manque. Plus subtil et varié qu'un besoin – le besoin de boire est aisément comblé, mais le désir de boire peut s'avérer plus compliquer car la soif est bien spécifique et destinée à une boisson particulière – car le désir pose des conditions afin d'être comblé. En effet, le besoin peut être comblé par n'importe quoi qui permette d'y remédier, mais le désir demande une chose bien précise afin d'obtenir satisfaction. La notion de plaisir, sentiment agréable face à la satisfaction du désir exaucé, n'est présente que dans le désir. Cependant, le désir peut-il seulement être satisfait ? Le désir ne nous ramènerait-il pas à l'incomplétude de l'Homme ?

Liens utiles