Devoir de Philosophie

Le philosophe est-il un sceptique ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

Il est vrai qu'on ne prête qu'aux riches : le philosophe n'est-il pas en partie responsable de cet état de choses ? Il lui faut alors se démarquer de l'attitude sceptique et montrer qu'il n'est pas ce qu'il paraît être, et que le scepticisme n'est pas ce qu'on croit.I - La philosophie comme critique du savoira) A cet égard, le philosophe a fort à faire : la vision spontanée qu'on a de lui n'est pas nouvelle, puisque Platon et Aristophane la décrivaient déjà très précisément - pour des raisons différentes il est vrai : si Aristophane dépeint un Socrate ridicule vivant dans les nuées, c'est pour terminer sur un appel au meurtre. Platon dépeint l'attitude philosophique pour en montrer les limites mais surtout pour mettre en lumière ce qui est visé par le philosophe : la sagesse comme savoir théorique, ce qui suppose une rupture avec l'esprit simplement pratique. La conception spontanée du philosophe est celle d'un incapable qui vit dans les nuages, comme Thalès qui, regardant les étoiles, tombe dans le puits qui se trouve devant lui. Il y a donc un ridicule de la vie contemplative, qui est d'ignorer les choses les plus banales : quand on prétend aimer la sagesse, comment peut-on être aussi ignorant ?b) Le philosophe peut bien tenter de se justifier, jamais il n'échappe à ce reproche, d'autant plus que, fait aggravant, il prétend démontrer à ses contemporains qu'ils vivent dans l'erreur et l'illusion et que lui, le philosophe, vit dans la réalité. Dès lors, le philosophe peut être considéré comme un sceptique universel, qui met tout en doute et n'adhère à aucune doctrine.II - Scepticisme et philosophiea) Ajoutons enfin que les philosophes ne sont même pas d'accord entre eux : ils constituent des sectes et se déchirent mutuellement. Épicure fulmine contre Platon, les Stoïciens rejettent et l'épicurisme et le platonisme, Aristote critique Platon et tous ses prédécesseurs ; la philosophie ne semble donc pas un lieu de paix.

« a) Mais si la critique sceptique possède une validité contre opinion qui croit savoir, elle croit quant à elle pouvoirruiner la possibilité même du savoir, si bien que la philosophie est amenée à distinguer critique et scepticisme. Eneffet, le scepticisme n'est que le moment négatif du savoir : il s'attaque aux contenus de pensée pour en montrerl'inconsistance, mais sa critique ne vaut que pour l'opinion subjective et arbitraire qui se croit objective etdéterminée, et pour le dogmatisme qui pense connaître l'absolu à partir de principes qui n'ont qu'une portée limitée.Le scepticisme apparaît donc comme un passage obligé vers la constitution d'un savoir conscient de ses propresprincipes, mais en aucun cas il ne peut être un aboutissement. b) Face à lui, le criticisme est l'attitude philosophique qui voit dans lescepticisme une négation de tout savoir et de toute vérité, mais qui admetque le scepticisme a raison dans ce qu'il critique : son tort est seulement d'entirer des conclusions générales — en quoi il ne rompt d'ailleurs pas avec lamanière de penser du dogmatisme. L'attitude critique et non sceptiqueconsiste bien plutôt à rejeter le dogmatisme, mais pour sauver le savoir detoute atteinte du scepticisme : on reconnaît là l'orientation kantienne de laphilosophie, qui d'une certaine manière ruine l'idée classique de sagesse, maispour la remplacer par une sagesse plus active qui pense les conditions depossibilité de la réalisation de la raison dans le monde. Critique du dogmatisme chez KANT Être critique ne va pas de soi. Il importe, afin d'y arriver, de surmonter deuxattitudes. La première d'entre elles est le dogmatisme. Dogmatisme vient dumot « dogme », qui, en grec, signifie « foi ». Le dogme est l'expression de lafoi. Il se caractérise par un certain nombre de propositions indiscutablesparce que fondatrices. Il n'est pas répréhensible en soi de suivre un dogme.Toute pensée ne peut se développer que par référence à un certain nombrede fondements. Ou bien il n'y a plus de pensée possible. Doutons sans cessede tout et plus aucune valeur n'est possible. Plus aucune idée ne peut être défendue. Toutefois, si l'adhésion à un certain nombre de fondements est une attitude nécessaire et positive, ilarrive que le fait de poser un dogme tourne au dogmatisme, qui est un travers de l'esprit. Le dogmatisme, en effet,consiste à affirmer un certain nombre de choses sans les démontrer. Par opposition au dogme en vigueur dans lechristianisme, qui est l'affirmation de la foi en un Dieu unique, le dogmatisme est une attitude péremptoire affirmantlourdement des choses en dehors de toute foi et de toute expérience. Résultat, le dogmatisme laisse toujoursderrière lui une impression d'arrogance, ainsi que d'abstraction. D'où la valeur de l'empirisme et, derrière lui, duscepticisme. Conclusion Il est donc clair que la philosophie commence dans le scepticisme : elle consiste d'abord à se déprendre despréjugés et des vérités trop bien connues, que ce soit pour les rejeter ou pour les valider ensuite. Mais elle dépassele scepticisme par la visée qui lui est propre d'un savoir qui atteigne enfin la vérité : le philosophe a été sceptique, ilne le devient pas. »

Le document : "Le philosophe est-il un sceptique ?" compte 1304 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Le philosophe est-il un sceptique ?

Liens utiles