Devoir de Philosophie

Leibniz: La raison provient-elle de l'expérience sensible ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

Il naît une question, si toutes les vérités dépendent de l'expérience, c'est-à-dire de l'induction et des exemples, ou s'il yen a qui ont encore un autre fondement. Car si quelques événements se peuvent prévoir avant toute épreuve qu'on en ait faite, il est manifeste que nous y contribuons quelque chose du nôtre. Les sens, quoique nécessaires pour toutes nos connaissances actuelles, ne sont point suffisants pour nous les donner toutes, puisque les sens ne donnent jamais que des exemples, c'est-à-dire des vérités particulières ou individuelles. Or tous les exemples qui confirment une vérité générale, de quelque nombre qu'ils soient, ne suffisent pas pour établir la nécessité universelle de cette même vérité, car il ne suit point que ce qui est arrivé arrivera de même. Par exemple les Grecs et les Romains et tous les autres peuples ont toujours remarqué qu'avant le décours de 24 heures, le jour se change en nuit, et la nuit en jour. Mais on se serait trompé si l'on avait cru que la même règle s'observe partout ailleurs, puisque depuis on a expérimenté le contraire dans le séjour de Nova Zembla . Et celui-là se tromperait encore qui croirait que, dans nos climats du moins, c'est une vérité nécessaire et éternelle qui durera toujours, puisqu'on doit juger que la terre et le soleil même n'existent pas nécessairement, et qu'il y aura peut-être un temps où ce bel astre ne sera plus, au moins dans la présente forme, ni tout son système. D'où il paraît que les vérités nécessaires, telles qu'on les trouve dans les mathématiques pures et particulièrement dans l'arithmétique et dans la géométrie, doivent avoir des principes dont la preuve ne dépende point des exemples, ni par conséquent du témoignage des sens, quoique sans les sens on ne se serait jamais avisé d'y penser. C'est ce qu'il faut bien distinguer, et c'est ce qu'Euclide a si bien compris, qu'il démontre souvent par la raison ce qui se voit assez par l'expérience et les images sensibles.

Dès Platon, la référence aux données empiriques est critiquée, comme incapable de nous faire accéder à une authentique vérité. Le développement ultérieur des sciences s'appuie cependant sur des expériences, et donc sur ce que nous livre une perception contrôlée. Toutefois, ces vérités expérimentales restent différentes des vérités mathématiques : quelle est l'origine de cette différence?
 

« — Les deux exemples proposés par Leibniz montrent les dangers de l'induction (on peut rappeler celui de B. Russel :si un poulet induit du grain qu'à l'habitude de lui distribuer la fermière qu'il sera toujours choyé, il ne sera détrompéque le jour où la même fermière vient lui tordre le cou). Mais Leibniz va plus loin qu'une critique classique: il met enquestion ce qui fonde la possibilité de l'induction, le principe (en effet jamais strictement démontré) dudéterminisme. Considéré sur une très longue durée, l'Univers tel que nous le connaissons peut disparaître — enmême temps que les lois que nous y découvrons.— Aucune vérité expérimentale n'est donc, à rigoureusement parler, dotée d'une nécessité absolue. II. Caractère rationnel des mathématiques— A l'inverse, les mathématiques nous proposent des vérités nécessaires. Comme cette nécessité est impossibleaussi longtemps qu'est maintenue une référence à l'empirique, son fondement est indépendant « de l'induction etdes exemples».— Ce qui caractérise en effet les mathématiques, c'est la «démonstration par la raison».— Qu'est-ce que démontrer? C'est rendre nécessaire, mais par référence à une nécessité que l'esprit produit lui-même en définissant ses lois (la nécessité logique, dit P. Mouy, est «ce que l'homme, par raison, se contraint àsuivre »). C'est aussi, comme l'affirme Kant, fonder a priori — indépendamment de l'expérience comme le souligne iciLeibniz. III. Indépendance des mathématiques par rapport à l'empirique— La démonstration est à ce point constitutive des mathématiques qu'Euclide « démontre souvent par la raison cequi se voit assez par l'expérience et par les images sensibles». On pourrait, sur une figure «bien dessinée»,constater qu'elle présente certaines propriétés, mais un tel constant est insuffisant du point de vue mathématique,qui exige que ce qui paraît «évident» soit démontré.— La fin de l'avant-dernière phrase invite à évoquer le problème du passage des données empiriques aux conceptsmathématiques. La perception a pu servir de stimulus initial à l'élaboration des notions et figures mathématiques.Mais on ne pénètre dans les mathématiques qu'en se détachant de ses suggestions. On peut se référer à l'existencede «pré-mathématiques» en Assyrie ou Égypte (la géométrie par arpentage).— Dans cette optique, Kant affirmera que «le premier qui démontra le triangle isocèle... trouva qu'il ne fallait pass'attacher à ce qu'il voyait dans la figure... mais qu'il lui fallait engendrer par construction cette figure au moyen dece qu'il pensait à ce sujet et se représentait a priori par concept». CONCLUSIONPrivilège reconnu aux mathématiques: elles élaborent des vérités universelles, alors que toute autre vérité apparaîtseulement générale. La raison humaine, en définissant ses «objets» et leurs règles de combinaison, est ainsi capablede produire des vérités plus certaines que celles que lui propose le réel. LEIBNIZ (Gottfried Wilhelm). Né à Leipzig en 1646, mort à Hanovre en 1716. Il étudia les mathématiques à Iéna, la jurisprudence à Altdorf et la chimie à Nuremberg. En 1667, il rencontra lebaron Jean-Christian de Boinebourg, et commença de s'intéresser à la politique et aux hautes mathématiques. En1672, il fut chargé d'une mission auprès de Louis XIV, pour engager celui-ci à conquérir l'Egypte. Il fit un voyage àLondres et commença d'entretenir une correspondance suivie avec les plus grands esprits de son temps. Il tenta,dans ses lettres à Bossuet, d'aboutir à la réunion des Eglises chrétiennes. Au terme de longs travaux, il constitua lecalcul intégral (29 octobre 1675) et le calcul différentiel (1er novembre 1675). En 1676, il quitta Paris pour Hanovre,où il devint bibliothécaire du duc de Brunswick-Lunebourg. Il soutint les droits des princes allemands dans l'Empire en1678, préconisa un plan qui permît à Pierre le Grand de faire bénéficier ses peuples de la civilisation occidentale, etpublia un recueil de droit des gens. Il mourut en novembre 1716, et n'eut que son secrétaire pour accompagner aucimetière sa dépouille mortelle. En relations avec l'Europe entière, homme d'une culture universelle, Leibniz futmathématicien, philosophe, juriste, historien et fondateur de la critique historique, géologue, ingénieur et théologien.Il institua l'Académie de Berlin. — Il se révéla, d'abord, disciple de Descartes. Puis, ses réflexions sur le dogmeluthérien de la présence réelle et sur la transsubstantiation de la doctrine catholique l'incitèrent à chercher unenouvelle théorie de la substance. Ce n'est pas l'étendue, c'est la force, qui constitue l'essence des corps. Il fautfaire l'inventaire des faits scientifiques, s'attacher à leur « définition nominale », s'attacher plus à l'apparence qu'àl'essence. La « définition réelle » démontre la possibilité de l'essence et permet de distinguer possibilité logique etpossibilité d'existence. — Leibniz pose le principe de contradiction et le principe de raison suffisante : rien n'a lieusans raison. Le but final de cette recherche est d'atteindre l'absolu. La raison est la source des possibles. UneVolonté choisit parmi ceux-ci : c'est Dieu, « dont l'entendement est la source des essences et la volonté l'originedes existences ». L'harmonie préétablie est un « accord établi par Dieu entre les substances créées et qui expliquela concordance de leurs perceptions sans influence sur elles d'une substance corporelle et sans action réciproque deces substances les unes sur les autres ». Le corps et l'âme sont deux horloges séparées, mais accordées par Dieu, »

Le document : " Leibniz: La raison provient-elle de l'expérience sensible ? " compte 2012 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document 	Leibniz: La raison provient-elle de l'expérience sensible ?

Liens utiles