Devoir de Philosophie

L'hypothèse de l'inconscient rend t-elle l'homme irresponsable ?

Extrait du document

L'hypothèse de l'inconscient est pour la première fois mis en avant par Freud au XIXème siècle, le terme d'inconscient n'existait pas encore à cette époque et n'a pas été reconnu par la pensée classique alors que l'inconscience représente une grande majorité de notre appareil psychique. Freud va montrer que cette notion est définie à partir du refoulement. Pour Freud , l'appareil psychique se divise en trois parties, le « moi » qui est la conscience claire à laquelle on accède sans problème , le « ça » qui est l'inconscient fait de pulsions et enfin le « sur-moi » qui représente la barrière de critique auto-imposée, intériorisée, c'est la conscience sociale , où nait les remords, la conscience de la culpabilité. C'est dans ces conditions que nous allons voir si l'hypothèse de l'inconscient rend l'homme irresponsable en nous demandant si être inconscient signifie t-il être irresponsable. Nous allons tout d'abord expliquer que l'inconscient conduit a l'irresponsabilité. Dans un deuxième temps nous allons voir que l'inconscient n'est qu'une hypothèse. Et pour finir nous développerons l'idée que l'homme peut avoir une responsabilité atténuée. L'inconscient représente une très grande partie de notre esprit, il commande la plus part des fonctionnalit&...

« expliquer ses faits. On ne peut pas se baser sur une hypothèse pour éviter d’être responsable. L’Homme ne peut donc ne pas totalement éviter toutes responsabilités à cause de sa présence physique perçut par l’entourage et de se « tribunal intérieur » présent dans sa tête. Donc l’hypothèse de l’inconscient n’a pas une réalité objective. En sommes, être responsable, c’est être l’auteur de ce qui se produit. Pour être responsable, il faut que l’Homme sache ce qu’il fait. Certes, en tant qu’homme il est libre, il est bien l’auteur de ce qu’il fait. Mais il y a des actes qu’il peut commettre dont il n’est pas responsable : ce sont les actes involontaires. Il faut entendre par là les actes dont il ne pouvait pas savoir que ça allait se produire. En effet, juridiquement, s’il est tenu pour responsable, la gravité de l’acte est basse si le faite est involontaire. Et le niveau d’inconscience le plus élevée : celle de la folie, écarte toute responsabilité vis-à-vis du sujet : Il n’existe plus de barrières entre l’inconscient et le conscient, ses pulsions ne font que sortir. Il n’est plus maître de lui-même. Les actes commis dans un état d’inconscience voulue comme la prise de stupéfiants amène quand même le sujet à prendre des responsabilités car c’est lui qui a voulu être dans cet état. Toutefois, là encore la responsabilité est atténuée par l’ignorance. Un crime commis en état d’ébriété sera moins puni que s’il est commis de façon lucide. Ce qui fait donc la limitation de la responsabilité, c’est donc la connaissance que le sujet a ce qu’il fait. Alors que philosophiquement, la réflexion précède l’action. Donc le sujet perçoit tout ce qu’il fait même dans un état anormal. Pour conclure, le problème était de savoir si être inconscient signifie être irresponsable. Nous avons vu que l’inconscient amène a des irresponsabilités, que l’homme n’est pas totalement maître de ce qu’il est, ce que signifie l’hypothèse de l’inconscient mais malgré cela l’Homme ne peut échapper à ses responsabilités. Dans la société, on a pu voir que la connaissance que le sujet a de ses actes c'est-à-dire si c’est voulu ou non limite la responsabilité mais ne l’enlève pas totalement. Donc l’Hypothèse de l’inconscient ne rend pas toujours l’homme irresponsable. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles