Devoir de Philosophie

l'oeuvre d'art échappe-t-elle a l'artiste après sa création ?

Extrait du document

Elle est destinée à autrui, pour être présente à ses regards. D'autre part, la définition du langage: Hegel examine l'identité du langage et de l'art (« de même que »). Le langage aussi est lié à la pensée, il est également une conception née de l'esprit (« l'homme communique ses pensées »). Il y a aussi une volonté de produire à l'extérieur ce qui a sa source dans l'intérieur (« l'homme communique »). Cette production est également destinée à autrui (« les fait comprendre à ses semblables »). 2. Mais Hegel exprime également la différence entre l'art et le langage. Elle réside dans les moyens : grâce à quoi cette extériorisation est-elle possible ? Inversant l'ordre initial (l'art, le langage), Hegel traite d'abord des moyens (« le moyen de communication ») du langage. C'est un signe (donc un signe de quelque chose : de l'intériorité, c'est-à-dire de la pensée), mais qui, en tant que produit, est extériorité.

« Le texte présenté est extrait de « Esthétique » (1835), traduction de S. Jankélévitch, Paris, Aubier, 1945,repris par Flammarion, coll. « Champs », 1979, tome I, p. 3 1. Introduction La thèse de Hegel, qui est au centre du texte, définit la fonction de l'art : donner aux idées une existencesensible. 1. Certes, il y a identité entre l'art (« produire une conception née de l'esprit ») et le langage (« communiquerses pensées »). 2. Mais il y a une différence entre l'art (« donner aux idées une existence sensible ») et le langage (« un simplesigne »). 3. D'où les caractéristiques de l'oeuvre d'art : 1. être offerte aux sens ; 2. renfermer un contenu ; 3. être unproduit de la représentation de l'esprit. 4. Enfin Hegel expose l'intérêt fondamental de l'art : offrir au regard les pensées de l'esprit humain. Développement 1. Deux définitions figurent au début du texte. D'une part, il y a la définition de l'art, comprise implicitementcomme une activité, répondant à un besoin (« son besoin originel ») identique à son but. L'art est uneconception née de l'esprit (mais il y a d'autres conceptions nées de l'esprit, comme on le verra ultérieurement,par exemple le langage). Mais, plus spécifiquement, il y a art lorsqu'il y a volonté de produire à l'extérieur ce quiest né de l'esprit (à l'intérieur). De le produire à l'extérieur en affirmant (« manifester ») que c'est une oeuvrepropre de l'esprit. Cette production à l'extérieur (qui présente l'intérieur) est une représentation. Elle estdestinée à autrui, pour être présente à ses regards. D'autre part, la définition du langage: Hegel examinel'identité du langage et de l'art (« de même que »). Le langage aussi est lié à la pensée, il est également uneconception née de l'esprit (« l'homme communique ses pensées »). Il y a aussi une volonté de produire àl'extérieur ce qui a sa source dans l'intérieur (« l'homme communique »). Cette production est égalementdestinée à autrui (« les fait comprendre à ses semblables »). 2. Mais Hegel exprime également la différence entre l'art et le langage. Elle réside dans les moyens : grâce àquoi cette extériorisation est-elle possible ? Inversant l'ordre initial (l'art, le langage), Hegel traite d'abord desmoyens (« le moyen de communication ») du langage. C'est un signe (donc un signe de quelque chose : del'intériorité, c'est-à-dire de la pensée), mais qui, en tant que produit, est extériorité. Une extériorité à l'idéeaggravée, extrême : « purement ». Pureté qui n'est possible que parce que le signe est une forme (sanscontenu), qui en tant que telle n'a pas d'existence sensible. Forme du langage loin de toute la matérialité deschoses dont il parle, et qui n'a aucun rapport de nécessité avec ces choses. Arbitraire du signe, déjà soulignépar Hegel, presque cent ans avant Saussure, et qui accroît encore son caractère formel.Ensuite, Hegel traite de l'art, et de la différence (« au contraire ») des moyens utilisés par l'art pourextérioriser, par rapport à ceux du langage. Alors que le langage utilisait le minimum d'existence sensible (« uneforme »), l'art ne va pas jusqu'à l'extériorisation formelle, puisqu'il n'utilise pas seulement des signes. Aucontraire du langage, l'art donne aux idées (intérieures) une existence sensible (extérieure): un contenu. Deplus, si le signe du langage est arbitraire, au contraire l'extériorisation de l'art (l'existence sensible du contenu)doit correspondre à l'intériorité des idées. 3. Arrêtant sa comparaison entre l'art et le langage, Hegel définit les différents traits qui caractérisent l'oeuvred'art en tant que telle.D'abord, l'oeuvre d'art renferme (en son intériorité extériorisée) un contenu. Cela parce que l'art s'adresse àautrui, mais à ses sens (et pas seulement à sa pensée, ce que fait le langage, qui par là même n'a pas besoinde contenu et, peut n'être qu'une forme).Ensuite, ce contenu doit paraître (dans la représentation) comme quelque chose de plus (« pas seulement »)qu'un objet de la nature. Le texte de Hegel, dans sa richesse, indique que l'oeuvre d'art (c'est une « oeuvre »parce que c'est le résultat d'une production : « un produit de la représentation ») est à la fois contenu («l'oeuvre d'art doit renfermer en soi un contenu ») et une forme (« une forme visible »).L'oeuvre d'art jette dans la nature son produit (I'oeuvre est aussi matérialité) et ce dernier devient commen'importe quel produit, un objet. Un objet qui n'est pas seulement spirituel, mais aussi un objet réel. Maisl'oeuvre d'art est bien plus que cela. Le contenu de l'oeuvre d'art doit (« il faut ») être tel qu'autruireconnaisse en lui sa spiritualité (son rapport avec l'esprit). Hegel l'a déjà indiqué au début du texte, il lerépète : l'art, conception née de l'esprit, se produit comme représentation de l'esprit (et « de son activitéartistique »). Il y a donc une spécificité de l'art qui tient à la rencontre, au croisement de deux traits. L'art està la fois spirituel en tant que représentation de l'esprit, et matériel par son contenu, en tant que s'adressantaux sens (et non directement à l'esprit d'autrui). Spiritualité matérielle et matérialité spirituelle. 4. Quittant le point de vue de la production (l'art comme représentation des conceptions de l'esprit) Hegelexamine l'art au point de vue de sa réception, en se situant au niveau du regard. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles