Devoir de Philosophie

Peut-on concevoir une société sans historiens ?

Extrait du document

PLAN

Introduction : sens de la naissance de l'historiographie ? — Les sociétés sans historiens, hier et aujourd'hui

a) Peut-on conclure de l'absence d'écriture et donc d'historiographie dans certaines sociétés à l'idée qu'elles sont sans histoire ? b) Mais à l'autre extréme, on ne voit pas plus la nécessité des historiens dans une société sans classe ou post-historique c) Sans avoir à imaginer une société pré- ou post-historique, quelle est la place de l'historien dans les sociétés totalitaires et mass-médiatiques modernes ?

Transition : quelle société a pu éprouver un jour le besoin d'historiens ?

Il — Les historiens des sociétés d'hier et d'aujourd'hui

a) L'insuffisance de l'historiographie positiviste et l'autre dimension de l'objectivité des Grecs

b)Le besoin d'historiographie lorsque se développe la conscience historique

c)       La disparition du narrateur

Conclusion : le problème de la société mass-médiatique

 

 

« Dissertations 55 stationnaires, sociétés chaudes/froides). Quelle est d'une part, la nécessité de l'écriture que dit l'étymologie de historiographie et la représentation de Clio, la muse de l'histoire, tenant un rouleau de papyrus ? S'il est difficile de penser ce qui reste de l'histoire indépendamment de la connaissance que nous en avons, l'écriture permet de prendre une certaine distance par rapport à l'immédiateté du vécu, et ainsi sa critique. Pourtant, on admet souvent seulement de façon relative que le « père de l'histoire », Hérodote, est un historien, car il n'y aurait de véritable historiographie que« scientifique». Il faudra donc, d'autre part, éclairer le propre de ce savoir. b) Mais, et d'un autre côté, loin de devoir imaginer d'« autres» sociétés pour se représenter la possibilité de sociétés sans historiens, le sens même de l'histoire telle que la pensent par exemple Marx et Lénine, et qui se résume à la lutte des classes, n'est-il pas dans l'avènement d'une société post-historique, société sans classes ? Tant que dure la lutte des classes l'histoire des historiens est seulement celle de la classe dominante, c'est-à-dire une histoire idéologique, et, une fois cette histoire accomplie, on ne voit pas quel serait l'intérêt ou le rôle de l'historien. Est-ce à dire qu'une société sans historiens nous oblige à examiner des sociétés pratiquement disparues ou difficilement imaginables ? c) Les sociétés totalitaires modernes ne sont-elles pas des sociétés sans historiens? On repensera à 1984 de G. Orwell et à Histoires et totalitarisme de Havel. Or si, comme Je suggèrent Heidegger, Havel ou Kundera, le totalitarisme est une expression de la modernité au même titre que les sociétés libérales -ce qui veut dire que leur essence serait commune sans que soit pour autant niée leur différence -peut-on observer comme une disparition de l'histoire dans les sociétés libérales ? (Cf. Nora et/ou Baudrillard) : « Pour exorciser Je nouveau, il y a deux moyens : soit le conjurer par un système d'information sans informations, soit l'intégrer au système de l'information» (L 'Événement monstre), ce qui signifie que la sous-information et la sur-information propres à ce que l'on appelait les blocs de l'Est et de l'Ouest conduisent tous deux à la dissolution de l'histoire. Mais même l'« information» en général ne peut être confondue avec Je savoir propre à l'historien. Elle relève d'un pur constat factuel qui reste à penser et dont l'intérêt reste à déterminer par rapport à la masse infinie d'autres constats possibles. Or lorsqu'elle est communiquée par les media, elle a précisément déjà été sélectionnée dans le flux constant d'informations qui leur parvient, jugée plus digne d'être communiquée. Cela signifie que son « objectivité» est un Jeurre si ce terme est supposé désigner ce qui est neutre vis­ à-vis de toute interprétation ; et en dehors de cette sélection, par ailleurs nécessaire, le simple rapprochement -délibéré ou non -de certaines informations, leur montage, est en soi susceptible d'induire des interprétations. Quelle est la nécessité sociale des historiens ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles