Devoir de Philosophie

Résumé de cours de philosophie

Publié le 14/01/2011

Extrait du document

philosophie

 

Introduction à la philosophie en ce compris

l’anthropologie (première partie)

Introduction : qu’est ce que la philosophie ?

I. Les deux sens du mot philosophie.

(1) Philosophie : croyances, vision du monde, conception de la réalité

d’un homme ou d’une collectivité humaine

déterminée.

(2) Philosophie : questionnement rationnel et critique sur la réalité

dans son ensemble en vue d’une vie meilleure ->

recherche passionnée de la vérité.

Le 2e sens va concerner le cours et a pour champ d’investigation le

1er sens.

II. Caractérisation de la philosophie par rapport à

d’autres dimensions de la culture (rapport entre la

philosophie et les autres disciplines).

(1) L’art : vise un aspect, une partie de la réalité présentée

d’une façon originale et subjective. Alors que la philosophie

vise un savoir total issu de la compréhension de ce qui a été

vécu, dit, accompli, créé.

(2) Religion : vise l’explication globale à l’instar (à la manière)

de la philosophie mais recourt à d’autres facteurs pour se

justifier (révélations, croyances, traditions et expériences

mystiques).

(3) Morale et droit : ils expriment une vision du monde

(philosophie au 1er sens) alors que la philosophie fait une

questionnement sur la morale et le droit.

(4) Sciences : toutes appréhendent une partie de la réalité alors

que la philosophie déploie un effort pour appréhender la

totalité du savoir -> fondement ultime des choses mais la

distinction entre les sciences et la philosophie n’est pas

parfaitement tranchée.

 

...

philosophie

« Le style philosophique Mais un tel objet est à la fois trop hétérogène et trop large pour suffire à définir la philosophie, dont on a d'ailleurs tendance à penser que l'ob­ jet importe moins que la méthode de son ques­ tionnement. Il est pourtant aisé de constater que l'histoire de la philosophie a vu se succéder les méthodes les plus diverses, de la maïeutique ou « accouchement des esprits » chez Socrate, au doute méthodique de Descartes, en passant par la démonstration selon la méthode géométrique dans L'Éthique de Spinoza, par l'encyclopédie au siècle des Lumières, la généalogie chez Nietzsche ou l'archéologie chez Foucault. La forme systéma­ tique de la philosophie, qui a constitué l'un de ses traits distinctifs pour une bonne partie des philo­ sophes dits« modernes», a elle-même été com­ plètement abandonnée. La figure du philosophe a connu de semblables bouleversements, de Socrate si fortement engagé dans la cité qu'il fut condamné à mort pour avoir subverti la jeunesse, à Spinoza excommunié pour ses positions prétendument athées, du philosophe intempestif chez Nietzsche à l'intellectuel engagé chez Sartre. De ces observations ressort l'idée que la philoso­ phie s'est déployée au long de son histoire selon autant de« styles»- ou peu s'en faut- qu'il y a de philosophes. Le seul point commun tient sans doute à cette « marque de fabrique », à la néces­ sité de ce positionnement qui semble indissocia­ ble de l'entrée en philosophie. C'est peut-être le signe qu'il faut chercher la caractéristique exclu­ sive de la philosophie dans ce qu'elle produit, dans ce qu'elle crée plus que dans ce qu'elle présup­ pose. Cela s'accommoderait très bien, du reste, de l'idée selon laquelle l'histoire de la philosophie tient plus d'une accumulation, certes raisonnée et dans une certaine mesure nécessaire, que d'une réelle évolution où les savoirs nouveaux annule­ raient les précédents. LA PHILOSOPHIE EXPLIQUÉE À TOUS La philosophie comme création de concepts L'un des invariants de toute philosophie -qui se trouve correspondre à la définition que Gilles Deleuze et Félix Guattari en donnent dans Qu'est -ce que la philosophie ? - réside dans la création de concepts. Pour Deleuze et Guattari, la philosophie est connaissance par purs concepts, le concept étant conçu comme la création d'un tout articulé obéissant à une règle de composition dont il donne la loi afin de résoudre un problème. Le concept d'Idée chez Platon peut se définir comme ce qui possède objectivement une qualité pure ou comme ce qui n'est pas autre chose que ce qu'il est, tandis t l'objet Quelpebs nosophie de la ? . »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles