Devoir de Philosophie

Roger CAILLOIS, L'homme et le sacré : L'homme et le sacré

Extrait du document

Dans le jeu, l'homme s'écarte du réel. Il recherche une activité libre

et qui ne l'engage qu'autant qu'il en a convenu d'avance. Il limite premièrement

les conséquences de ses gestes. Il fixe lui-même son enjeu.

Il ne sépare avec tant de soins le terrain du jeu (lice, piste, ring, scène

ou échiquier) que pour rendre bien évident qu'il s'agit là d'un espace

privilégié, que régissent des conventions spéciales et où les actes n'ont

de sens que d'accord avec elles. Au-dehors de l'enceinte, comme avant

et après la partie, on ne s'occupe plus de ces règles définies à plaisir.

L'extérieur, c'est-à-dire la vie, est comparativement une sorte de jungle,

où il faut s'attendre à mille périls. A mon sens, la joie, l'abandon,

l'aisance qu'on constate dans l'activité ludique, dérivent de cette sécurité.

On sait que les choses n'ont ici que l'importance qu'on leur donne,

qu'on ne sera compromis qu'autant qu'on y consent et qu'on a toujours

licence de se retirer, dès qu'on le désire.

« RÉSUMÉ. QUESTIONS DE VOCABULAIRE DISCUSSION fait. Aussi est-il plus libre et plus indépendant dans le jeu que dans la vie, et en un sens plus inaccessible à la mauvaise fortune. S'il joue d'un coup tous ses biens, on ne l'y a pas forcé, et s'il perd, il n'a per­ sonne que sa passion à blâmer. Qu'appelle-t-on beau joueur? Quelqu'un qui se rend compte qu'il n'a pas le droit de se plaindre de la malchance ni de s'affliger d'un malheur dont il a délibérément accepté, sinon poursuivi, l'éventualité. Beau joueur, en un mot, est celui qui possède assez d'équanimité 1 pour ne pas confondre les domaines du jeu et de la vie ; celui qui mon­ tre, même quand il perd, que pour lui le jeu reste jeu, c'est-à-dire un délassement auquel il n'accorde pas une importance indigne d'un cœur bien né et par les hasards duquel il tient pour indécent de se laisser abattre. 1. Équanimité : sang-froid. Questions : ---------, J. Résumez ce texte en 150 mots, avec une tolérance de + ou -JO%. 2. Expliquez les expressions suivantes : - un espace privilégié, - une sorte de havre. 3. Pensez-vous qu'à notre époque la séparation entre le jeu et la vie ordinaire soit aussi nette que l'affirme le texte ? Vous orga­ niserez votre réponse en un développement composé d'une cin­ quantaine de lignes illustré d'exemples précis. Barème de notation : Question J : 8 points -Question 2 : 2 points -Question 3 : JO points. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles