Devoir de Philosophie

Le mode de l'écrit Des apprentissages progressifs Apprendre à écrire Au cycle 3, il faut mettre l'élève en situation de rédiger des textes plus complexes qui correspondent à des modèles textuels.

Extrait du document

Le mode de l'écrit Des apprentissages progressifs Apprendre à écrire Au cycle 3, il faut mettre l'élève en situation de rédiger des textes plus complexes qui correspondent à des modèles textuels. L'enfant doit être capable de rédiger une lettre, un court récit, un poème, divers textes fonctionnels. Un modèle textuel est un type de texte, répertorié en fonction de sa forme, de son usage, de caractéristiques propres à son fonctionnement spécifique. Des compétences à maîtriser La didactique de l'écriture a été transformée dans les années 90 sous l'effet des recherches en linguistique : la grammaire de texte et les travaux sur les typologies textuelles ont apporté des outils nouveaux pour analyser les textes et déduire les compétences qu'il fallait mettre en oeuvre pour les écrire. Deux outils sont souvent utilisés : la cohésion textuelle et la cohérence textuelle. Cohésion et cohérence : éléments d'une compétence textuelle générale. La cohésion concerne les liens entre les phases au sein d'un texte. Elle vise les enchaînements linguistiques du texte. L'usage des temps verbaux, l'utilisation des pronoms, et autres outils de reprise comme les déterminants, la ponctuation, l'usage du vocabulaire et les différents substituts d'un mot en constituent l'armature. Les ruptures de cohésion peuvent apparaître des les cas suivants : une phrase inachevée, des ambiguïtés sur l'antécédent d'un pronom, sur le nom support de l'infinitif ou du participe, les répétitions systématiques, la ponctuation défaillante, des répétitions de termes. La cohérence concerne la construction globale du texte notamment dans ses aspects logiques (liens entre propositions soulignés par des connecteurs logiques), référentiels et discursifs. La clôture du texte (début et fin) est fondatrice de sa cohérence, éventuellement le titre. Des incohérences peuvent apparaître : texte sans début ou sans fin identifiable, coups de théâtre impossibles, situation contradictoire, changements brutaux non justifiables de temps ou de lieu dans un récit, questions illogiques. Les ruptures dans la cohérence sont souvent involontaires dans un texte d'enfant. La maîtrise des règles de cohésion et de cohérence constitue une base importante de la compétence textuelle générale de l'élève. Il faut donc se tourner vers la question des modèles textuels et commencer par ce qui les fonde : les types de textes. Types de textes : éléments d'une compétence textuelle spécifique. Un texte désigne « les termes, les phrases qui constituent un écrit ou une oeuvre ». Le texte (au sens technique) est une construction théorique qui s'efforce de rendre compte des principes qui sous-tendent l'organisation interne d'un texte au sens ordinaire du terme. Un texte est constitué le plus souvent de plusieurs séquences qui peuvent être enchaînées (narration puis commentaire) ou enchâssées (description à l'intérieur d'un récit). Les séquences textuelles sont des unités constituantes du texte, de la même manière que les groupes de mots sont des constituants de la phrase. Il existe de nombreuses typologies de textes et de discours. Celle qui s'est imposée dans les usages scolaires est celle de Jean-Marie Adam. S'appuyant sur le ...

« (narration puis commentaire) ou enchâssées (description à l’intérieur d’un récit). Les séquences textuelles sont des unités constituantes du texte, de la même manière que les groupes de mots sont des constituants de la phrase. Il existe de nombreuses typologies de textes et de discours. Celle qui s’est imposée dans les usages scolaires est celle de Jean-Marie Adam. S’appuyant sur le principe de la séquentialité il distingue :  Le type narratif : le texte raconte une suite d’évènements réels ou imaginaires. La séquence narrative est soumise à des principes structuraux (comporte un début et une fin, et un élément perturbateur) et actanciels dont rend compte le schéma binaire (état initial, complication, actions, résolutions, état final) que l’on trouve par exemple dans le roman, la fable, le conte, le fait divers dans un journal, la BD…..  Le type descriptif : le texte décrit un objet, un paysage, une personne. La séquence descriptive est régie par 3 opérations : l’ancrage (un titre ou un thème), l’aspectualisation (qualités et propriétés de l’objet décrit), la mise en relation (comparaisons, métaphores, caractérisations diverses).  Le type explicatif : lorsqu’un texte répond à une question en pourquoi ou en comment. Trois phases sont reconnues : le questionnement, la résolution, la conclusion. L’encyclopédie, le manuel scolaire, le discours pédagogique comportent de nombreuses séquences explicatives. Le type argumentatif : le texte vise à convaincre. Peu utilisé à l’école primaire, la séquence argumentative oblige à se décentrer, à prendre en compte un autre point de vue que le sien. Elle est représentée dans les discours politiques, les préfaces-manifestes, les textes publicitaires, l’essai…. Le type prescriptif : le texte vise à modifier le comportement du destinataire : recette de cuisine, notice de montage….Ce type de séquence pourrait être une sous catégorie de la séquentialité descriptive. Il s’appuie sur des outils reconnaissables : l’impératif ou l’infinitif, une mise en page particulière, un respect de la chronologie. Le type conversationnel repérable dans les conversations, les interviews, les dialogues de romans….  Le type poétique repérable bien sûr dans les poèmes mais aussi dans les slogans publicitaires ou politiques mais celle-ci est contesté car elle transcende les autres. Mais la plupart des textes intègrent plusieurs types de séquences (cas du roman ou du conte par exemple). L’usage scolaire complète souvent cette typologie des textes par une typologie des écrits, plus vague dans ses critères, mais plus facilement repérable : la lettre, l’écrit de presse, l’affiche, divers écrits fonctionnels comme la recette ou la notice de montage. Les typologies textuelles aident l’enseignant à organiser la diversification des pratiques de la lecture et d’écriture dans sa classe. Dans la vie sociale, nous avons souvent affaire à des écrits très variés : - en situation de lecture (affiches publicitaires, romans….), - en situation de productions d’écrits (listes ou lettres….)  D’où l’importance de la confrontation, dès la maternelle, des élèves à des écrits les plus divers possibles. La référence à des typologies de textes guide l’enseignant pour : - choisir des supports de lecture variés, - décider quels types de textes travailler, »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles