Devoir de Philosophie

De quoi pouvons-nous être vraiment sûrs ?

Extrait du document

mathématiques, semblent en revanche être l'objet d'une certitude mieux fondée et appuyée d'une part sur l'évidence des premiers principes et d'autre part sur la clarté des procédures de déduction, qui comprennent des procédures de révision et de correction des erreurs. Nous n'avons donc aucun motif raisonnable de ne pas être sûrs de ces idées ; Descartes a recours alors à l'hypothèse « métaphysique » d'un malin génie qui nous tromperait toujours.

Le cogito

Une certitude échappe cependant au pouvoir du malin génie : que mes pensées soient ou non erronées, tant que je pense, je suis. Cette affirmation est d'une évidence absolue et aucune hypothèse ne peut la remettre en question. A la question de savoir de quoi je puis être sûr, Descartes répond donc : je suis, j'existe, cela est certain. C'est sur cette certitude, complétée par celle de l'existence d'un Dieu vérace, que pourront se fonder toutes les autres connaissances.

« Ici; un peu de culture philosophique est nécessaire pour bien saisir l'enjeu du sujet Cette question est en effet celle que pose Socrate dans presque tous les-dialogues de Platon; c'est égale-· ment la question initiale du Discours de la méthode et des Méditations métaphysiques de Descartes, pour ne citer que ces ouvrages. • Les degrés de la certitude Il faudra donc tenir compte de cette tradition philosophique pour construire le plan :pouvons-nous atteindre une certitude absolue, et à propos de quoi? Y a-t-il des domaines où nous devons nous contenter d'une certitude relative ou provisoire, et s'agit-il alors toujours d'une certitude? Ce sera l'occasion d'analyser la diffé­ rence entre certitude, savoir, conviction, croyance, etc. +++++++++++++++++++++++++ BIBLIOGRAPHIE R. DESCARTES, Méditations métaphysiques, Garnier-Flammarion. œ Corrigé Plan détaillé Introduction 1. De l'intuition à l'évidence: Descartes La démarche cartésienne est demeurée le symbole de la recherche rigou­ reuse d'une certitude absolue. Découvrant que ses connaissances sont par­ semées d'incertitudes et de doutes, Descartes entreprend de fonder tout le savoir humain sur une base véritablement certaine. Il lui faut pour cela cri­ tiquer les fausses certitudes: tel est l'objet des deux premières Méditations. •Les sens Quoi de plus sûr que nos perceptions sensibles? Nous sommes sûrs de ce que nous voyons, entendons, etc. Descartes peut cependant invoquer les cas d'illusions optiq~es pour montrer que cette certitude est fragile et sou­ vent trompeuse. • Les idées intellectuelles Les idées intellectuelles, concepts abstraits, et particulièrement les idées »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles