Devoir de Philosophie

Est-il possible d'ériger en objet de science l'activité du sujet qui fait la science ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

C'est le cas de la psychologie des conduites inaugurée par Pierre Janet. A la notion de comportement il substitue celle de conduite. Un comportement a nécessairement une signification, en ce qu'il répond à une situation déterminée et correspond à une intention, consciente ou non, du sujet. Ainsi l'introspection apparaît comme indispensable à l'interprétation du comportement lui-même, et la conscience constitue «une conduite particulière, une complication de l'acte, qui se surajoute aux actions élémentaires ». Il semble que cette conception, qui anime aujourd'hui la plupart des recherches psychologiques, ait l'avantage de respecter l'objectivité scientifique en se fondant sur l'expérience sans pour autant faire abstraction de l'activité du sujet.§ 2. La sociologie comme science positiveA. Cuvillier définit la sociologie comme «la science des groupes humains réels et concrets, c'est-à-dire enracinés dans l'histoire». Cette définition met heureusement l'accent sur cette idée que le concept fondamental de la sociologie est celui du groupe social, que ce groupe est quelque chose de réel et de distinct des individus qui le composent et non une pure abstraction, et enfin que le présent s'éclaire par le passé et s'oriente vers l'avenir, la sociologie n'étant pas une étude intemporelle des formes et des rapports sociaux. C'est cette «réalité objective des faits sociaux» que Durkheim voulait affirmer en prescrivant comme première règle, en des termes, il est vrai, équivoques, «de considérer les faits sociaux comme des choses».

« conscience et toute interprétation objective, où l'on se borne à l'observation externe, qui rattache par une loi lesréactions aux situations dans lesquelles elles se présentent. En d'autres termes, on étudie uniquement «ce quel'organisme fait ou ce qu'il dit», le langage pouvant être considéré comme un système de réflexes conditionnés, quise construisent de la même manière que les réflexes sialogènes chez les chiens de Pavlov. C'est ce que nousappelons psychologie de comportement de l'école américaine du behaviorisme. Pour les plus modérés, commeThompson, ce n'est qu'une hypothèse de travail. «Un behavioriste ne nie pas qu'il existe des états mentaux ; ildécide simplement de ne pas en tenir compte.» Mais Watson, son chef de file, réplique : «Il n'en tient pas compte,au sens où la chimie ne tient pas compte de l'alchimie ; l'astronomie des horoscopes ; la psychologie de la télépathieou des manifestations spirites. Le behavioriste ne s'en occupe pas parce qu'à mesure que -le courant de sa sciencedevient plus large et plus profond, ces vieux concepts sont engloutis pour ne jamais reparaître.» Un extrémiste del'Ecole, Givler, va même jusqu'à dire : «Donnez-moi un nerf et un muscle et je vous ferai un esprit.» La psychologien'est plus dès lors qu'un chapitre de la biologie.On ne voit pas l'intérêt d'une telle outrance et le principe méthodologique de Thomson a le mérite de circonscrire untype de recherche, qui n'empêche pas d'autres formes de psychologie de se développer de façon féconde à partird'autres principes. C'est le cas de la psychologie des conduites inaugurée par Pierre Janet. A la notion decomportement il substitue celle de conduite. Un comportement a nécessairement une signification, en ce qu'ilrépond à une situation déterminée et correspond à une intention, consciente ou non, du sujet. Ainsi l'introspectionapparaît comme indispensable à l'interprétation du comportement lui-même, et la conscience constitue «uneconduite particulière, une complication de l'acte, qui se surajoute aux actions élémentaires ». Il semble que cetteconception, qui anime aujourd'hui la plupart des recherches psychologiques, ait l'avantage de respecter l'objectivitéscientifique en se fondant sur l'expérience sans pour autant faire abstraction de l'activité du sujet. § 2. La sociologie comme science positive A. Cuvillier définit la sociologie comme «la science des groupes humains réels et concrets, c'est-à-dire enracinésdans l'histoire». Cette définition met heureusement l'accent sur cette idée que le concept fondamental de lasociologie est celui du groupe social, que ce groupe est quelque chose de réel et de distinct des individus qui lecomposent et non une pure abstraction, et enfin que le présent s'éclaire par le passé et s'oriente vers l'avenir, lasociologie n'étant pas une étude intemporelle des formes et des rapports sociaux. C'est cette «réalité objective desfaits sociaux» que Durkheim voulait affirmer en prescrivant comme première règle, en des termes, il est vrai,équivoques, «de considérer les faits sociaux comme des choses». Cette règle exprime simplement que ledéterminisme, postulat de toute science, s'applique à la sociologie. En conséquence, il est légitime de parler de loissociologiques. D'abord, des lois de structure, qui établissent entre les éléments d'un même type social descorrélations, comme le lien entre la puissance quasi absolue du chef de famille et le culte des ancêtres. Ensuite,parce que les faits sociaux sont des faits historiques, des lois d'évolution, comme le passage des économies ferméesaux économies d'échange. Enfin et surtout, parce que les faits sociaux sont des faits de groupe, des loisstatistiques, forme par excellence des lois sociologiques, qui éliminent l'individuel en tant que tel pour faire ressortirce qui est imputable au social lui-même. Le déterminisme sociologique est d'ailleurs un déterminisme causal d'unecomplexité particulière, car les effets réagissent à leur tour sur leurs causes, la réciprocité des actions causalesétant un fait marquant de l'explication sociologique. Ainsi, par ses méthodes mêmes, la sociologie n'a pas à faireétat de l'activité propre du sujet, et il lui est inutile d'admettre, avec A. Comte, selon une outrance qui fait penser àcelle de certains behavioristes, que «l'homme proprement dit n'existe pas, qu'il ne peut exister que l'Humanité», il luisuffit de s'en tenir au déterminisme global des faits sociaux qui assure son objectivité. »

Le document : "Est-il possible d'ériger en objet de science l'activité du sujet qui fait la science ?" compte 2569 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Est-il possible d'ériger en objet de science l'activité du sujet qui fait la science ?

Liens utiles