Devoir de Philosophie

L'activité technique vous paraît-elle être la caractéristique essentielle de l'humanité?

Publié le 01/05/2014

Extrait du document

technique

 

PROPOSITION DE PLAN

 

I. INTRODUCTION

La définition de la technique va impliquer la question de la nature humaine. Que vaut la technique?

Paradoxe : la technique, on le sait, présente des dangers pour l'humanité. La nature de l'homme se définit-elle pour l'activité tech¬nique destructrice?

technique

« Il. RÉDACTION DU DÉVELOPPEMENT Première partie 1°' § •Qu'est-ce que la technique? - La technique comble la fragilité originaire de l'homme : toute activité technique suppose une média­ tion entre l'organisme et l'environnement, entre le vivant et son milieu. Définir la nature humaine par l'activité technique, c'est la caractériser comme manque; l'homme est un être qui est dépourvu de ressources natu­ relles face à la nature, comme nous le dit Platon dans le mythe de Prométhée (Prota­ goras). Il ne peut subvenir à ses besoins que grâce à cet artifice qu'est la technique. - La technique doit être utile, efficace : l'activité technique a l'utilité pour fin tout ce qui relève de la fabrication, de la transformation, ou même de la réparation au moyen d'outils, d'instruments, de machines. Elle consiste aussi dans la recherche et l'invention de nouvelles technologies, comme par exemple le laser et ses implica­ tions médicales. 2• § • Homo faber : "a toolmaking man" = un fabricant d'outils : la main est le premier outil de l'homme. Dire que la nature humaine se définit par l'acti­ vité technique revient à dire que l'homme est homme parce qu'il a des mains . C'est ce premier outil, outil de tous les outils comme le dit Aristote, qui fait de l'homme un " homo !aber "· 3° § • La technique est-elle le propre de l'homme? oui, car l'homme conçoit d'abord dans sa tête un projet ( t-ani­ mal): l'homme est-il le seul à se livrer à une acti­ vité technicienne? Les araignées tissent, les castors construisent. Peut-on légitimement parler de technique à leur propos? Comme le montre Marx dans un célèbre passage du Capital, avant de construire réellement sa maison, l'architecte la conçoit dans sa tête. Son travail est la réalisation d'un projet. Il exprime, une intention, une finalité, alors que l'araignée tissant sa toile n'obéit qu'à l'ins­ tinct de son espèce. •Trans ition entre 1 et 2 : il apparaît donc que l'activité technique, défi­ nie comme nous venons de le faire, carac­ térise la nature humaine. La technique est alors élevée au niveau d'une norme : pour être homme, il faut faire, produire, transfor­ mer, fabriquer. Deuxième partie 1°' § • Dévalorisation de la technique chez les Grecs car elle n'est que moyen: telle n'était pas l'opinion des Grecs, qui con­ sidéraient l'activité technique comme une activité essentiellement servile. A l'homme libre s'opposait l'esclave producteur, c'est­ à-dire un être qui n'est pas à lui-même sa propre fin. Ce qui est dévalorisant dans la technique, selon les Grecs , c'est qu'elle est toujours en vue d'autre chose. De ce fait, le « technicien » est réduit à n'être qu'un «instrument de production"· agissant pour une fin qui lui est extérieure , dans l'intérêt de celui qui l'utilise. 2• § • Lorsque la technique devient une fin il y a danger : le danger, précisément, n'apparaît-il pas lorsque la technique, moyen de subvenir aux besoins élémentaires et d'augmenter son bien-être, devient une fin? La technique, Kant le montrait bien, reste muette sur la valeur des fins qu'elle poursuit et n'obéit qu'aux impératifs de l'habileté. Que se passe-t-il quand elle se prend elle-même »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles