Devoir de Philosophie

TECHNIQUE ET ACTIVITÉ

Extrait du document

technique

l’enfant, par exemple, découvre progressivement les mécanismes, les usages et les limites.

L’énorme production d’«objets techniques» de toutes sortes tend à faire oublier, à l’ère industrielle, que la technique humaine la plus «sophistiquée» est le prolongement du dispositif corporel de cet Homo, à la fois sapiens et faber, dont le premier spécimen connu paraît déjà équipé pour l’usage de la parole et la fabrication d’outils.

Revenant aux données platoniciennes sur la technique -Platon parlait, par exemple, d’une technique de la danse -, Mauss a rappelé le caractère primordial des « techniques du corps ».

Les « techniques du corps »

Avant les techniques à instruments, il y a les techniques du corps, dont l’inventaire n’est jamais terminé, en raison de leur évolution (par exemple, modifications de la technique du saut en hauteur) et qui marquent parfois des différences primordiales entre les sociétés.

Ainsi, parmi les «techniques de l’enfance», le portage revêt une importance particulière : .

« L’enfant porté à même la peau de sa mère pendant deux ou trois ans a une tout autre attitude vis-à-vis de sa mère qu’un enfant non porté ; il a un contact avec sa mère tout autre que l’enfant de chez nous. »

Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, P.U.F. (1950), 8e éd„ 1983, p. 377.

Les techniques du corps, la nature et les sociétés

« L’humanité peut assez bien se diviser en gens à berceaux et en gens sans berceaux. Car il y a des techniques du corps qui supposent un instrument. Techniques du sommeil. - La notion que le coucher est quelque chose de naturel est complètement inexacte... On peut distinguer les sociétés qui n’ont rien pour dormir, sauf «la dure», et les autres qui s’aident d’instrument. Certaines civilisations se caractérisent entre autres par l’usage, pour dormir, d’un banc pour la nuque. - Il y a les gens à natte et les gens sans natte (Asie, Océanie, une partie de l’Amérique). Il y a les gens à oreillers et les gens sans oreillers. Il y a enfin le sommeil debout. J’ai dormi debout en montagne. J’ai dormi souvent à cheval, même en marche quelquefois... le cheval était plus intelligent que moi. Les vieux historiens des invasions nous représentent Huns et Mongols dormant à cheval... Il y a l’usage de la couverture. Gens qui dorment couverts et non couverts. Il y a le hamac et la façon de dormir suspendu. » (...) « Il y a toutes les techniques des actes sexuels normaux et anormaux... Ici les techniques et la morale sexuelle sont en étroits rapports. »

Mauss, op. cit., pp. 377-383.

Spécificité des techniques du corps

«Un exemple : pendant la guerre j’ai pu faire des observations nombreuses sur cette spécificité des techniques. Ainsi celle de bêcher. Les troupes anglaises avec lesquelles j’étais ne savaient pas se servir de bêches françaises, ce qui obligeait à changer 8 000 bêches par division quand nous relevions une division française, et inversement. Voilà à l’évidence comment un tour de main ne s’apprend que lentement. Toute technique proprement dite a sa forme. Mais il en est de même de toute attitude du corps... »

Mauss, op. cit., p. 367.

Les «techniques de l’esprit»

Les opérations intellectuelles requièrent également des procédés et des règles, - des «méthodes» - qui peuvent être considérées comme des techniques de pensée.

Ainsi, les Exercices spirituels du fondateur de la Compagnie de Jésus, S. Ignace de Loyola, se présentent comme un manuel technique de la vie « spirituelle » pour parvenir à la sainteté :

«Se promener, voyager, marcher, courir, ce sont des exercices du corps; de même, préparer et disposer son âme à se dégager de toutes les affections déréglées, et, après qu’elles sont déracinées, à chercher et à découvrir la volonté de Dieu relativement au règlement de sa vie et au salut de son âme, c’est ce qu’on appelle exercices de l’esprit. »

S. Ignace de Loyola, Exercices spirituels, 1548, Observations, I.

Dans le même sens, l’ouvrage de Descartes - dont le titre exact est Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences (1637) - est également un ouvrage technique, qui énonce des règles de l’activité «intellectuelle» ayant pour objet d’atteindre la vérité.

Les objets techniques artificiels

  • LE MONDE DES TECHNIQUES
  • Les «techniques de l’esprit»
  • Les objets techniques artificiels
  • Les « objets techniques » et les incertitudes du langage
  • L’art et la technique Objets techniques et objets d’art
  • TECHNIQUE ET SAVOIR-FAIRE
  • Savoir et faire Technique artisanale et technique industrielle
  • La régression des techniques manuelles

« 76 lA problématique des fins l'enfant, par exemple, découvre progressivement les méca­ nismes, les usages et les limites. L'énorme production d' «objets techniques» de toutes sortes tend à faire oublier, à l'ère industrielle, que la tech­ nique humaine la plus « sophistiquée» est le prolongement du dispositif corporel de cet Homo, à la fois sapiens et /aber, dont le premier spécimen connu paraît déjà équipé pour. l'usage de la parole et la fabrication d'outils. Revenant aux données platoniciennes sur la technique - Platon parlait, par exemple, d'une technique de la danse-, Mauss a rappelé le caractère primordial des « techniques du corps». Les « techniques du corps » Avant les techniques à instruments, il y a les techniques du corps, dont l'inventaire n'est jamais terminé, en raison de leur évolution (par exemple, modifications de la tech­ nique du saut en hauteur) et qui marquent parfois des dif­ férences primordiales entre les sociétés. Ainsi, parmi les «techniques de l'enfance», le portage revêt une importance particulière : «L'enfant porté à même la peau de sa mère pendant deux ou trois ans a une tout autre attitude vis-à-vis de sa mère qu'un enfant non porté; il a un contact avec sa mère tout autre que l'enfant de chez nous.» Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, P.U.F. (1950), s• éd., 1983, p. 377. Les techniques du corps, la nature et les sociétés «L'humanité peut assez bien se diviser en gens à ber­ ceaux et en gens sans berceaux. Car il y a des techniques du corps qui supposent un instrument. Techniques du som­ meil. -La notion que le coucher est quelque chose de »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles