Devoir de Philosophie

L'étude de l'histoire nous conduit-elle à désespérer de l'homme ?

Publié le 04/03/2004

Extrait du document

histoire

Le texte de Kant a inspiré la création de la SDN et de l'oNu, avec des résultats mitigés on le sait. Kant ne fait pas oeuvre d'historien. Réfléchissant sur l'histoire des hommes, il affirme qu'on ne peut pas, en s'appuyant sur l'expérience, prouver que l'histoire a un sens : celui du progrès moral de l'espèce humaine. Mais on peut le penser et, même, c'est un devoir de se placer sous cette Idée. La raison pratique (la morale) commande absolument aux hommes de mettre fin aux guerres. Peu importe que cette idée puisse paraître chimérique. Le devoir nous impose d'agir et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que le monde soit en accord avec ce que notre raison exige. C'est pourquoi Kant considère comme l'une des fins essentielles de l'humanité l'établissement de relations internationales régulières et la constitution d'une confédération des États qui protégerait, par la force commune de tous, les droits de chacun d'eux, même et surtout des plus faibles. On est encore loin, aujourd'hui, d'une communauté civile universelle. On peut cependant constater des débuts de réalisation avec la S.

L'histoire est une sorte d'éternel Retour du pire, sous des aspects différents, se sont toujours les mêmes violence, les mêmes injustices. Toutes les sages résolutions prises par les hommes après un terrible conflit sont aussitôt oubliées. MAIS, conventions internationales, déclarations des droits de l'homme, Traités en tout genre manifestent une volonté affirmée de ne pas répéter éternellement les mêmes erreurs que par le passé. L'histoire ne conduit donc pas à désespérer en l'homme mais à croire en sa perfectibilité.

histoire

« "La vraie philosophie de l'histoire revient à voir que sous tous ceschangements infinis, et au milieu de tout ce chaos, on n'a jamaisdevant soi que le même être, identique et immuable, occupéaujourd'hui des mêmes intrigues qu'hier et que de tout temps : elledoit donc reconnaître le fond identique de tous ces faits anciens oumodernes, survenus en Orient comme en Occident ; elle doit découvrirpartout la même humanité, en dépit de la diversité des circonstances,des costumes et des moeurs.

Cet élément identique, et qui persiste àtravers tous les changements, est fourni par les qualités premières ducoeur et de l'esprit humain — beaucoup de mauvaises et peu debonnes.

La devise générale de l'histoire devrait être : Eadem sed aliter(les mêmes choses, mais d'une autre manière).

Celui qui a lu Hérodote'a étudié assez l'histoire pour en faire la philosophie ; car il y trouvedéjà tout ce qui constitue l'histoire postérieure du monde : agitations,actions, souffrances et destinée de la race humaine, telles qu'ellesressortent des qualités en question et du sort de toute vie sur terre."SCHOPENHAUER [Introduction] Parce que l'homme vit de manière spécifique la temporalité, il aconscience de l'histoire et des multiples événements qui la composent. Faut-il, les restaurant en récit, considérer qu'ils ont en eux-mêmes du sens et qu'ils témoignent dechangements intervenant dans l'humanité ? Doit-on au contraire admettre que cette dernière reste toujourssemblable à elle-même, avec ses passions constantes auxquelles obéissent tous les événements, si diverspuissent-ils d'abord sembler ? Schopenhauer est partisan de cette deuxième solution, qu'il affirme comme uneévidence assez sombre et dont il déduit une conséquence, concernant l'étude même de l'histoire, qui mérited'être analysée. [I - Permanence de l'humanité] [A.

Le chaos apparent] L'histoire paraît se présenter comme un ensemble d'éléments dont la variété le dispute à l'incohérence :succession ininterrompue de conflits et de conquêtes, drames collectifs qui escortent à travers les siècles unehumanité qui semble livrée au déchaînement de toutes les passions – qu'elles soient nobles ou viles importantpeu puisqu'elles se soldent toutes par des événements plus ou moins catastrophiques.Schopenhauer n'envisage d'ailleurs, semble-t-il, que les événements qui relèvent de la responsabilité humaine.Mais, si l'on y adjoint les phénomènes naturels, la liste des tremblements de terre, éruptions volcaniques etautres raz-de-marée, le panorama n'est que plus chaotique. [B.

Un chaos durable et universel] L'énumération des événements que l'on peut effectuer recense des faits anciens aussi bien que modernes :les conflits existent entre les collectivités depuis le début de la mémoire humaine.

Et ils sont survenus « enOrient comme en Occident » les chroniques anciennes de la Chine ou du Japon ne se distinguent pas, de cepoint de vue, de celles du Moyen Âge européen.

Seuls changent les noms des acteurs et des combattants, laforme des armures, les armements.Si l'on prétend s'intéresser aux événements moins belliqueux et à la vie quotidienne (comme le font leshistoriens plus récents), le même constat s'impose : les règles de mariage sont diverses, mais il y a partoutdes unions ; la nourriture est variable d'un continent ou d'une région à l'autre, mais on doit se nourrir partout ;la forme des habitations n'est pas universelle, mais ce qui l'est, c'est la fonction d'habiter, etc. [C.

L'humanité est partout la même] Ce qui fait le « fond identique » de tous les événements que l'on peut ainsi archiver à l'infini (et l'on peut déjàse demander en quoi un tel archivage serait utile : qu'apporte-t-il d'autre qu'un certain plaisir de la variété, cequi n'est peut-être pas d'un immense profit intellectuel), c'est une humanité qui est « partout la même » et seprésente comme « un même être, identique et immuable ».Cette identité provient des « qualités premières du coeur et de l'esprit humains », ce qui signifienécessairement pour Schopenhauer « beaucoup de mauvaises et peu de bonnes », dans la mesure où lechaos historique nous montre effectivement plus de malheurs que d'éléments fastes : il est bien connu que «les gens heureux n'ont pas d'histoire » ! [II - Inefficacité de l'histoire] [A.

Objections immédiates] En affirmant ainsi le caractère anhistorique de l'humanité, Schopenhauer se distingue brutalement de tous les. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles