Devoir de Philosophie

Percevoir, est-ce seulement recevoir?

Extrait du document

La perception permet à l'homme d'avoir accès à un monde extérieur qui lui est inconnu au tout départ. Grâce à celle-ci, il va pouvoir se rassurer, se renseigner et apprendre à connaître cet univers extérieur. Cependant, percevoir doit être clairement différencié de ressentir : en effet la sensation se résume aux éléments qui frappent nos sens, tels une odeur, de la lumière ou un bruit. Mais c'est grâce à la perception que l'homme peut organiser ces éléments, et ainsi les interpréter. Nous pouvons alors nous demander si percevoir, c'est seulement recevoir. L'homme est-il purement passif face à ce qu'il perçoit ? Ou y-a-t-il un phénomène actif interne qui s'opère afin de dépasser la sensation ? D'abord, nous allons voir que percevoir, c'est indéniablement recevoir. Puis nous verrons que percevoir n'est p...

« Méditations Métaphysiques, prend comme exemple un morceau de cire : celui-ci a des qualités sensibles qui lui sont propres. Lorsque qu'on le fait fondre, toutes ces qualités sensibles disparaissent sans exception : Il passe de l'état solide à l'état liquide, du froid au chaud, etc... Pourtant, nous sommes capables de dire que c'est le même morceau de cire. Ainsi, les qualités sensibles de départ ne sont pas responsables de la connaissance que nous avons d'un objet. Son essence doit être distinguée de son apparence. Les sensations ne suffisent donc pas, ce qui signifie que l'homme produit un travail actif interne que Descartes définit comme une « inspection de l'esprit ». Si nous sommes capables de reconnaître un objet dont les qualités sensibles sont variables, alors nous faisons preuve d'un acte intellectuel. Percevoir un objet, ce ne serait donc pas le sentir mais le concevoir. Y-a-t-il alors une perception universelle ?   On peut dire que la perception reste subjective et individuelle. Deux personnes pourront voir le même paysage, mais ne le percevront pas de la même manière. Ce phénomène s'explique par le fait que notre perception est propre à notre expérience et à notre vécu. Aussi, la perception dépend d'un contexte donné ou d'un facteur extérieur. Prenons l'exemple de l'hallucination. Qu'elle soit due à un produit psychotrope ou à un élément physique, comme le manque de sommeil, elle est considérée comme réelle par celui qui la perçoit, même si elle n'est pas inscrite dans la réalité, dans la vérité. Percevoir n'est pas synonyme de connaissance exacte de ce qui nous entoure. C'est une impression propre, personnelle, qui diffère d'un être à un autre.   Percevoir, est-ce seulement recevoir ? La perception passe avec certitude par la sensation, qui permet à l'homme de recevoir des informations sur les qualités sensibles des objets qui l'entoure. Une fois ces qualités reçues, l'homme organise ces différentes sensations afin d'en extraire une connaissance, grâce à une réflexion interne. Ainsi percevoir n'est pas exclusivement recevoir.   »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles